James Gray (informaticien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
James Gray
Image dans Infobox.
James Gray à la conférence Computing in the 21st Century à Pékin en octobre 2006.
Biographie
Naissance
Disparition
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Décès
Nom dans la langue maternelle
James Nicholas "Jim" GrayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Site web
Distinctions
Prix Turing ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Prix ACM Software System ()
SIGMOD Edgar F. Codd Innovations Award (en) ()
ACM Fellow ()
Prix Turing ()Voir et modifier les données sur Wikidata

James Nicholas Gray, dit Jim Gray (né le et disparu en mer le ) est un informaticien américain. Chercheur attaché au département Microsoft Research de Microsoft, il fut récompensé du prix Turing en 1998 pour ses contributions à la recherche sur les bases de données et les transactions informatiques et ses applications techniques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gray est né à San Francisco, deuxième enfant d'Ann Emma Sanbrailo, une enseignante, et de James Able Gray, membre de l'armée américaine; la famille a déménagé à Rome, en Italie, où Gray a passé la plupart des trois premières années de sa vie; il a appris à parler italien avant l'anglais. La famille a ensuite déménagé en Virginie, où il a passé environ quatre ans, jusqu'à ce que les parents de Gray divorcent, après quoi il est retourné à San Francisco avec sa mère. Son père, un inventeur amateur, a breveté un design pour une cartouche de ruban pour machines à écrire qui lui a valu un important flux de redevances.

Après avoir été refusé à l'Air Force Academy, il est entré à l'Université de Californie à Berkeley en 1961. Pour aider à payer ses études, il a travaillé pour General Dynamics, où il a appris à utiliser une calculatrice Monroe. Découragé par ses notes en chimie, il quitta Berkeley pendant six mois, revenant après une expérience dans l'industrie qu'il décrira plus tard comme «épouvantable». Gray a obtenu son baccalauréat en mathématiques de l'ingénierie (mathématiques et statistiques) en 1966[1].

Après son mariage, Gray a déménagé avec sa femme Loretta dans le New Jersey, l'État d'origine de sa femme; elle y a obtenu un emploi d'enseignante et lui de chercheur aux Bell Labs, travaillant sur une simulation numérique qui devait faire partie de Multics. Chez Bell, il travaillait trois jours par semaine et passait deux jours en tant qu'étudiant au Courant Institute de l' Université de New York. Après un an, ils ont voyagé pendant plusieurs mois avant de s'installer à nouveau à Berkeley, où Gray a commencé son doctorat sous la direction de Michael A. Harrison. En 1969, il a obtenu son doctorat en langages de programmation, puis a effectué deux ans de postdoctoral chez IBM.

À Berkeley, Gray et Loretta ont eu une fille; ils ont ensuite divorcé. Gray s'est remarié avec Donna Carnes.

Travaux[modifier | modifier le code]

Gray a été chercheur et concepteur de logiciels notamment chez IBM, Tandem Computers et DEC. Il a rejoint Microsoft en 1995[2].

Gray a contribué à plusieurs grands systèmes de base de données et de traitement des transactions. Le System R d'IBM a été le précurseur des bases de données relationnelles SQL qui sont devenues un standard dans le monde entier. Pour Microsoft, il a travaillé sur TerraServer-USA et Skyserver.

Ses réalisations les plus connues sont :

Il a participé au développement de Virtual Earth[4],[5],[6]. Il a également été l'un des co-fondateurs de la Conference on Innovative Data Systems Research.

Disparition[modifier | modifier le code]

James Gray, qui est un marin expérimenté, disparaît en mer le 28 janvier 2007, dans la baie de San Francisco. Aucun message de détresse n'est reçu par les garde-côtes. Les recherches suivent pendant quatre jours, sans succès[7]. Le 1er février, des images satellite de la zone sont prises et soumises à l'analyse d'un groupe de milliers de volontaires, étudiants, collègues et amis de James Gray. Le bateau est retrouvé sur ces images, mais les conditions météo rendent impossible toute intervention[8].

Le 31 mai 2008, l'Université Berkeley organise un hommage au chercheur, en présence de sa famille.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Jim Gray et Andreas Reuter, Transaction processing : concepts and techniques, San Mateo, Calif, Morgan Kaufmann Publishers, (ISBN 1-55860-190-2).
  • (en) Jim Gray, The Benchmark Handbook : For Database and Transaction Processing Systems, San Mateo, Calif, M. Kaufmann Publishers, , 334 p. (ISBN 978-1-55860-159-8).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biography of Dr. Jim Gray » [archive du ], faircom.com (consulté le )
  2. Steve Silberman, « Inside the High Tech Hunt for a Missing Silicon Valley Legend », Wired,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Eswaran, Gray, Lorie et Traiger, « The notions of consistency and predicate locks in a database system », Communications of the ACM, vol. 19, no 11,‎ , p. 624–633 (DOI 10.1145/360363.360369)
  4. Winslett, « Interview with Jim Gray for ACM SIGMOD Record, March 2003 as part of Distinguished Database Profiles », sigmod.org
  5. Interview on MSDN Channel 9, Behind the Code, March 3, 2006
  6. « Deconstructing databases with Jim Gray », regdeveloper.co.uk
  7. (en-US) « Coast Guard searches for missing SF boater / 63-year-old man failed to return from trip to Farallon Islands », sur SFGATE, (consulté le )
  8. « Friends of missing computer scientist suspend search for him », sur archive.md, (consulté le )