Robin Milner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Robin Milner
Naissance
Yealmpton, près de Plymouth
Décès
Cambridge
Nationalité britannique
Domaines mathématiques, informatique
Institutions City University de Londres
université de Swansea
université Stanford
université d’Édimbourg
université de Cambridge
Diplôme B. A. Cambridge
Formation King’s College de l'université de Cambridge
Directeur de thèse pas de directeur : il n'a pas soutenu de thèse
Étudiants en thèse 19[1]
Influencé par Christopher Strachey, Dana S. Scott, John McCarthy
Renommé pour Logic for Computable Functions (LCF), langage de programmation ML, Calculus of Communicating Systems (CCS).
Distinctions

Membre élu de Royal Society, Academia Europaea, British Computer Society, Royal Society of Edinburgh, ACM, Académie des sciences (France), National Academy of Engineering

Arthur John Robin Gorell Milner, né le à Yealmpton, près de Plymouth et mort le à Cambridge[2],[3], est un informaticien britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier de l’infanterie, Milner obtient en 1947 une bourse pour le Collège d'Eton. De 1952 à 1954, il effectue son service militaire au canal de Suez, dans le corps des Royal Engineers, où il obtient le grade de sous-lieutenant, il étudie ensuite, grâce à une autre bourse, les mathématiques puis la philosophie au King’s College de l'université de Cambridge[4].

En 1957, il obtient son B. A. à l'université de Cambridge, et travaille ensuite à Londres, dans des emplois à temps partiel, puis un an comme enseignant en mathématiques à la St Marylebone Grammar School (en) et enfin, à partir de 1960 comme programmeur dans l'entreprise Ferranti, où il s'occupe de la bibliothèque de programmes de leur ordinateur Sirius (en).

En 1963, il est nommé chargé d'enseignement de mathématiques et informatique à la City University de Londres, où il s'intéresse à l'intelligence artificielle, notamment grâce aux travaux de Christopher Strachey. Il poursuit des activités de recherche à l'université de Swansea (1968-1971), à l'université Stanford (1971-1973) et, à partir de 1973, à l'université d'Édimbourg. Après un séjour comme professeur invité à l'université d'Aarhus de 1979 à 1980, il est nommé professeur titulaire à Édimbourg en 1984, et directeur, de 1986 à 1989 du Laboratory for Foundations of Computer Science (en) dont il est fondateur. Il y développe notamment l'enseignement de l'informatique théorique. En 1995, Milner retourne à l'université de Cambridge où il dirige de 1996 à 1999 le Cambridge University Computer Laboratory (en), et dont il se retire progressivement. Il devient professeur émérite en 2001, et continue ses recherches tant à Cambridge qu'à Édimbourg. En 2006-2007, il occupe la Chaire internationale de recherche Blaise-Pascal de l'École normale supérieure de Paris.

Travaux[modifier | modifier le code]

Milner s'est toujours intéressé aux bases théoriques de problèmes pratiques, notamment dans les langages, la programmation, des preuves formelles et des modèles abstraits de calcul.

Il développe, à la suite de travaux de Dana S. Scott dans le groupe de recherche de John McCarthy à Stanford, le démonstrateur de théorèmes Logic for Computable Functions (en) ou LCF l'un des premiers outils de démonstration automatique de théorèmes.

Le langage de programmation ML (pour Meta-Language) que Milner développe pour la réalisation du démonstrateur LCF, est le premier langage de programmation avec inférence de types polymorphe et un système de gestion d'exceptions typé. Le langage a évolué en un langage de programmation pour le développement et l'enseignement, et Milner a dirigé, de 1983 à 1990, son développement vers Standard ML.

Dans un tout autre domaine, Milner développe une théorie pour l'analyse de systèmes concurrents, qui devient le Calculus of Communicating Systems (en), CCS. Il est la base de la norme ISO Language of Temporal Ordering Specification (en) ou LOTOS. Avec Joachim Parrow et David Walker il développe son successeur, le pi-calcul, et pour cela également le concept de bisimulation.

Finalement, il a conçu un modèle mathématique basé sur la notion de bigraphe (en) pouvant être utilisé dans l'informatique ubiquitaire, modèle sur lequel il a collaboré aussi avec Tony Hoare.

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Prix et nomination
Doctorat honoris causa

Même s'il n'a jamais soutenu de thèse, il est docteur honoris causa de diverses universités : École polytechnique Chalmers (1988), université de Stirling (1996), université de Bologne (1997), City University (1998), université d'Aarhus (1999), université de l'Essex (2000), université d'Édimbourg (2003), université de Glasgow (2005) et université Paris-Sud (2007) ; il est fellow d'honneur de l'université de Swansea (2004).

Prix Milner

La Royal Society attribue un prix pour des contributions exceptionnelles en informatique appelé Prix Milner. Récipiendaires sont Xavier Leroy (2016), Thomas Henzinger (2015), Bernhard Schölkopf (2014), Serge Abiteboul (2013) et Gordon Plotkin (2012)[7].

Milner lui-même a fait un legs à l'université d'Édimbourg pour organiser une conférence, la Milner Lecture qui depuis 1966 honore chaque année un chercheur qui a contribué des avancées significatives en informatique théorique et pratique.

Livres[modifier | modifier le code]

Conférences[modifier | modifier le code]

Robin Milner a prononcé des conférences à l'occasion de remises de prix ou de doctorats honoris causa, dont certaines sont accessibles :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]