Jean-Marie Benoist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoist.
image illustrant la philosophie image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la philosophie et un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Jean-Marie Benoist
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Jean-Marie Jules Benoist, né le à Paris et mort le (à 48 ans) à Megève (Haute-Savoie), est un philosophe, écrivain et universitaire français.

Sa famille maternelle comptait le socialiste Jules Guesde parmi ses aïeuls et était donc aussi apparentée à la famille Schneider[1], maître des forges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études supérieures en hypokhâgne au lycée Henri-IV et khâgne au lycée Louis-le-Grand à Paris, Jean-Marie Benoist est reçu à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Agrégé de philosophie, il est professeur au lycée français Charles-de-Gaulle de Londres.

Il est ensuite maître assistant de Claude Lévi-Strauss au Collège de France. Il fait partie, avec Bernard-Henri Lévy, Maurice Clavel, André Glucksmann, Jean-Paul Dollé, Gilles Susong, etc., de ceux que l’on a nommés, à partir de la fin des années 1970, les « nouveaux philosophes », appellation générique donnée dans un dossier des Nouvelles littéraires, confié à Bernard-Henri Lévy par le rédacteur en chef du magazine, Jean-Marie Borzeix ; l’appellation a fait florès.

En 1978, Jean-Marie Benoist se porte candidat aux élections législatives contre Georges Marchais, le dirigeant du Parti communiste français, sans succès. La même année, il fait partie des signataires de l'appel "Un bateau pour le Viêt-nam" paru dans la presse : "Il s'agit d'envoyer un bateau de 8 000 tonnes à la limite des eaux territoriales vietnamiennes pour repêcher ces hommes et leur trouver un pays d'asile. Le plus vite possible. Ce n'est pas un acte politique. C'est un acte humanitaire, une urgence. Pour faire partir un bateau pour le Viêt-nam il faut 100 millions d'anciens francs. Donnez pour sauver[2]."

Il a publié de très nombreux textes dans des revues et journaux et a, pendant quelque temps, été chroniqueur au Quotidien de Paris, dirigé par Philippe Tesson.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Schneider (1898-1960) a épousé une artiste, Lilian Volpert (1902-1982), fille de Louise Bazile et petite-fille de Jules Bazile dit « Jules Guesde ».
  2. Télé 7 jours no 968, semaine du 16 au 22 décembre 1978, page 118.

Liens externes[modifier | modifier le code]