Jean-François Nadeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nadeau.
Jean-François Nadeau
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-François Nadeau
lors du Salon international du livre de Québec en 2010

Naissance
à Cookshire
Profession

Jean-François Nadeau (né en 1970 à Cookshire (aujourd'hui Cookshire-Eaton), dans les Cantons-de-l'Est) est un historien, éditeur et politologue québécois. Il est directeur adjoint de l’information au quotidien Le Devoir après avoir été directeur des pages culturelles du même journal de 2003 à 2013. Auparavant, il a été directeur littéraire aux Éditions de l'Hexagone et professeur d’histoire canadienne à l’Université Laurentienne (Sudbury).

Biographie[modifier | modifier le code]

Nadeau étudie l'histoire à l’Université de Sherbrooke, puis la science politique à l'Université Laval et à l'Université de Montréal. Il fait des études de deuxième cycle sur le nationalisme québécois et, en particulier, sur André Laurendeau. En 2003, il soutient une thèse de doctorat sur Robert Rumilly à l'UQAM. Une nouvelle version de cette thèse est publiée sous le titre de Robert Rumilly, l’homme de Duplessis (2009). On lui doit une édition critique des lettres de Chevalier de Lorimier ainsi qu'une édition d'articles de Jules Fournier, Mon encrier, et la réédition de la biographie de Louis-Joseph Papineau par la féministe Eva Circé-Côté. Les travaux de Nadeau portent sur la vie politique québécoise et en particulier sur le nationalisme des années 1930 jusqu'à la Révolution tranquille et sur les courants d'extrême droite au Québec. Il admire les libres-penseurs et pamphlétaires Aristide Filiatreault et Arthur Buies, auxquels il a consacré des articles. Lui-même se dit appartenir à la gauche [réf. souhaitée].

En 2006, il est à l’origine d’une controverse sur la légalité de l'exhumation et sur la pertinence de conserver une dépouille supposée être celle d’Alexis le Trotteur dans un musée[1]. Les débats entourant la légalité de la détention des os d’Alexis le Trotteur ont conduit le musée à céder les os à la municipalité de Clermont où ils sont désormais inhumés[2].

À l'automne 2007, il fait paraître chez Lux Éditeur la première biographie de Pierre Bourgault. L'ouvrage fait événement, ranimant certains débats dans les cercles indépendantistes. Le livre a reçu les éloges de la critique et du public, recevant plusieurs prix et apparaissant en tête des palmarès des meilleures ventes en librairie[3].

Édition[modifier | modifier le code]

En 1995, Jean-François Nadeau a cofondé, avec Robert Comeau, la maison d'édition Comeau & Nadeau, spécialisée en histoire du Québec. La maison est connue sous le nom de Lux Éditeur depuis 2002 et fonctionne sur la base d’un collectif.

En 1997, il a cofondé le journal mensuel satirique Le Couac avec Pierre de Bellefeuille.

Télévision et radio[modifier | modifier le code]

Chroniqueur pour plusieurs émissions radiophoniques sur les ondes de Radio-Canada, dont «Le 15-18»[4], «Vous m’en lirez tant», «Macadam tribus», «Christiane Charette», «Plus on est de fous et plus on lit». Animateur de l’émission «C’est une autre histoire» sur les ondes de Radio-Canada.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LaPalme: la caricature et autres sujets sérieux: entretiens, Éditions de l'Hexagone, 1997.
  • Bourgault, Lux Éditeur, 2007.
  • Robert Rumilly: l'homme de Duplessis, Lux Éditeur, 2009.
  • Adrien Arcand, führer canadien, Montréal, Lux Éditeur, 2010.
  • Le Devoir, Un siècle québécois, Montréal, Éditions de l'Homme, 2010 (sous la direction de)
  • The Canadian Fuhrer. The Life of Adrien Arcand, Toronto, Lorimer, 2011.
  • Pierre Falardeau, un très mauvais ami, (traduction de Jean-François Nadeau), Lux Éditeur, 2011.
  • L’Union des artistes, 75 ans de culture au Québec, Montréal, Éditions de l'Homme, 2012 (sous la direction de)
  • Un peu de sang avant la guerre, Lux Éditeur, 2013.
  • Les radicaux libres, Lux Éditeur, 2016.
  • Les Montréalais, Éditions de l’Homme, 2016.
  • Montrealers: A Cultural History in Photographs, Juniper Publishing, 2016.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]