Gilles Archambault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gilles Archambault
Description de cette image, également commentée ci-après
Gilles Archambault avec Catherine Mavrikakis au Salon du livre de Montréal 2016.
Naissance (88 ans)
Montréal, Canada
Nationalité Canadien
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Stupeurs (1979)
  • Qui de nous deux? (2011)
  • Combien de temps encore? (2017)
  • Tu écouteras ta mémoire (2019)

Gilles Archambault, né le à Montréal, au Québec, est un romancier et nouvelliste québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1955, il obtient son baccalauréat au Collège Sainte-Marie et sa licence en lettres de l'Université de Montréal en 1957.

Il a créé une maison d'édition avec Jacques Brault et François Ricard, les Éditions du Sentier, qui a existé de 1978 à 1986[1].

Féru de jazz, il a beaucoup écrit sur le genre et a animé l'émission Jazz Soliloque à Radio-Canada pendant de nombreuses années[2].

Écrivain profondément mélancolique, considéré comme « discret », il a publié avec régularité, depuis les années 1960, des livres traitant du temps, du vieillissement, de la mort. Des œuvres qui « sans être autobiographiques, sont des témoins très proches de l'homme que j'ai été », a-t-il confié à Sophie Marcotte et François Ricard lors d'un entretien parmi les nombreux qu'il a donnés[3],[4],[5].

Blandine Campion, spécialiste de l'œuvre, a écrit que le romancier explore le même espace restreint depuis quarante-et-un ans. Elle décrit cet espace ainsi : « l'espace de "l'à-quoi-bon", ce lieu incernable dans lequel le temps fuit inexorablement, ralentissant les gestes, raréfiant l'oxygène et rendant vaine toute velléité d'action ou de changement puisque, de toute façon, "tout est toujours trop tard" »[6].

Il a dit écrire pour « trouver une réponse inexistante à l'inconfort de vivre »[7].

Pendant plusieurs années, à partir de 1988, et ce, jusqu'en 2017, il a mené des entrevues avec des écrivains québécois au Salon du livre de Montréal[8].

À l'émission de radio de Joël Le Bigot, à Radio-Canada, il a offert des chroniques matinales, des billets d'humeur, mêlant « ironie, sarcasmes, balivernes et boutades »[9]. Celles-ci ont été reprises en livres[1].

Le fonds d'archives de Gilles Archambault est conservé au Centre d'archives de Montréal de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Le Tricycle et Bud Cole Blues, Montréal, Leméac, 1974, 79 p.

Chroniques et essais[modifier | modifier le code]

  • Une discothèque de base (avec Pyer Gingras et Jacques Thériault), Montréal, Leméac, 1973, 242 p.[12]
  • Les Plaisirs de la mélancolie, Montréal, Quinze, 1980, 133 p. (ISBN 2-8902-6207-3), Boréal, coll. Papiers collés, 1994, 116 p. (ISBN 2-8905-2615-1)
  • Le Regard oblique, Rumeurs de la vie littéraire, Montréal, Boréal, coll. Papiers collés, 1984, 179 p. (ISBN 2-8905-2103-6)
  • Chroniques matinales, Montréal, coll. Papiers collés, Boréal, 1989 (ISBN 2-8905-2279-2)
  • Nouvelles chroniques matinales, Montréal, coll. Papiers collés, Boréal, 1994 (ISBN 2-8905-2618-6)
  • Dernières chroniques matinales, Montréal, coll. Papiers collés, Boréal, 1996 (ISBN 2-8905-2750-6)
  • Sortir de chez soi, Montréal, coll. Lieu-dit, Le Noroît, 2013 (ISBN 978-2-8901-8799-3)
  • Une démarche de chat : notes sur une façon de vivre, Montréal, coll. Essai, Le Noroît, 2016 (ISBN 978-2-8976-6001-7)

Récits[modifier | modifier le code]

Carnets[modifier | modifier le code]

  • En toute reconnaissance : carnet de citations plutôt littéraires, Montréal, Boréal, 2018 (ISBN 9782764625453)

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aurélien Boivin, « Gilles Archambault », sur thecanadianencyclopedia.ca, 20 janvier 2011 (modifications 2014) (consulté le )
  2. Ted, « Nuit de jazz avec Gilles Archambault », sur tedpublications.com, (consulté le )
  3. Sophie Marcotte, François Ricard, « Entretien avec Gilles Archambault », sur erudit.org, (consulté le )
  4. Alain Cuerrier, « Gilles Archambault à l'écoute de la fragilité du monde », sur erudit.org, (consulté le )
  5. Isabelle Houde, « Gilles Archambault, l'homme qui aurait voulu trois vies », sur lesoleil.com, (consulté le )
  6. Blandine Campion, « Douceur trompeuse », sur ledevoir.com, (consulté le )
  7. Louis Cornellier, « Contes un peu désespérés », sur erudit.org, (consulté le )
  8. Joël Le Bigot, « Entretien avec Gilles Archambault: entre le jazz et la littérature », sur ici.radio-canada.ca, (consulté le )
  9. Jacques Brault, « Remarque sur l'écriture de Gilles Archambault », sur erudit.org, (consulté le )
  10. Fonds Gilles Archambault (MSS382) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  11. http://www.litterature.org/recherche/ecrivains/archambault-gilles-37/date/#oeuvres
  12. Andréanne Lechasseur-Pierre, « Bibliographie de Gilles Archambault », sur erudit.org, (consulté le )
  13. « Les Prix du Québec - le lauréat Gilles Archambault », sur prixduquebec.gouv.qc.ca (consulté le )
  14. « Gagnants et finalistes précédents des LivresGG », sur Prix littéraires du Gouverneur général (consulté le )
  15. « Prix Fleury-Mesplet 2021 : appel à candidatures (rappel) », sur Appui-livres, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]