Dmytro Firtash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dmytro Firtash
Image dans Infobox.
Dmytro Firtash
Biographie
Naissance
(56 ans)
Bohdanivka
(oblast de Ternopil, actuellement Synkiv)
Nom dans la langue maternelle
Дмитро Васильович ФірташVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
National Academy of Internal Affairs of Ukraine (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Site web
Distinctions

Dmytro Vasylovych Firtash (en ukrainien : Дмитро́ Васи́льович Фі́рташ, né le à Bohdanivka, raïon de Zalishchiky, oblast de Ternopil, actuellement Synkiv) est un homme d'affaires ukrainien. C'est notamment le copropriétaire de RosUkrEnergo, mais également le président de la Fédération des employeurs d'Ukraine[1] (FEU) et du Conseil économique et social tripartite national[2] (CNTES). Il a également été co-président du Conseil consultatif des investisseurs nationaux et étrangers sous le ministère ukrainien de l'Éducation, de la Science, de la Jeunesse et des Sports[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé son service militaire, Dmytro Firtash se lance dans le monde des affaires et fonde sa propre société commerciale, implantée d'abord à Tchernivtsi, en Ukraine, puis à Moscou au début des années 1990. Il devient co-propriétaire de RosUkrEnergo et contrôle en 2004 une grande partie du titane auparavant détenu par l’État ukrainien. Il devient également propriétaire de plusieurs usines de produits chimiques.

En 2007, afin de consolider les actifs de son entreprise dans différents secteurs, Dmytro Firtash créé un groupe international de sociétés privées, le Group DF (le "groupe d'entreprises Firtash"). Celui-ci comprend les actifs de Firtash dans l'industrie chimique et les secteurs de l'énergie et de l'immobilier.

En 2008, sur l'initiative et avec le soutien financier de Firtash, l'Université de Cambridge (Royaume-Uni) créé un centre d'études ukrainiennes visant à promouvoir le patrimoine culturel ukrainien au Royaume-Uni[3]. Dmytro Firtash lance la même année des bourses Cambridge-Ukraine, qui couvrent les frais de scolarité et d'hébergement des étudiants admissibles en provenance d'Ukraine et souhaitant passer un master à l'Université de Cambridge dans lequel des cours de langue, de littérature, de cinéma et de culture ukrainienne sont dispensés. En 2009, il est pointé du doigt par Ioulia Timochenko selon qui il financerait les campagnes de ses trois opposants à l'élection présidentielle ukrainienne de 2010, par le biais de sa compagnie RosUkrEnergo. Elle poursuivra en justice cette compagnie en 2011 pour atteinte à la primauté du droit ukrainien. Durant les années de prison de cette dernière, Firtash sera accusé d'avoir joué un rôle dans son emprisonnement. Il dément les rumeurs et un tribunal se rangera de son côté en 2013.

En 2010, Firtash se lance dans l'industrie de l'azote. De septembre 2010 à septembre 2011, il acquiert diverses entreprises du secteur : "Concern STIROL" (Gorlovka), "Severodonetsk production Association Azot" et "Azot Cherkassy"[4]. En un peu plus d'un an, la commercialisation commune de quatre entreprises fabricantes d'engrais appartenant à Firtash renforce sa position sur le marché intérieur[5]. L'homme d'affaires poursuit en parallèle ses activités dans le secteur du titane[5].

Le 17 mai 2011, il annonce financer la construction du campus de l'Université catholique ukrainienne dans la ville de Lviv[6]. En parallèle, Firtash reprend la Nadra Bank (11e banque d'Ukraine à l'époque)[7].

Le 29 novembre 2011, il réunit différentes organisations d'employeurs en une seule association, qu'il préside : la Fédération des employeurs d'Ukraine (FEU), qui regroupe désormais 70 % du PIB de l'Ukraine[1]. En 2012, il initie avec la FEU un fonds de capitaux visant à soutenir les petites entreprises en leur créant les conditions préalables à la réalisation de leurs idées. Ce fonds, "Bukovyna", deviendra le premier fonds d'investissement d'Ukraine, le seul finançant le développement des idées prometteuses "à partir de zéro" dans tous les secteurs de l'économie. Le 1er février 2013, Dmytro Firtash achète la totalité de InterInter Media Group Limited, appartenant jusqu'alors à Valeriy Khoroshkovsky (en)[8].

Le 30 janvier 2014, alors que la crise ukrainienne bat son plein, il appelle à une résolution pacifique et civilisée des conflits[9]. Quelques semaines plus tard, Firtash interpelle le chef de l'Union des entrepreneurs et industriels russes, Aleksandr Shokhin, et la communauté des affaires russes sur l'importance d'un arrêt de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Il est arrêté à Vienne dans la nuit du mercredi 12 au jeudi 13 mars 2014, dans le cadre d'une enquête ouverte en 2006 sur un soupçon de pots-de-vin versés à des responsables politiques pour la construction d'une usine de titane en Inde[10].

Chaîne de télévision en Ukraine Propriétaire (2020)
STB Viktor Pintchouk
Noviy Viktor Pintchouk
ICTV Viktor Pintchouk
M1 (en) Viktor Pintchouk
M2 (en) Viktor Pintchouk
Otse Viktor Pintchouk
1+1 Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
2+2 Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
TET (en) Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
Plious Plious Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
Bigoudi Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
1+1 International Ihor Kolomoïsky, Ihor Sourkis
Oukraïna Rinat Akhmetov
NLO TV Rinat Akhmetov
Indigo Rinat Akhmetov
Foutbol 1 Rinat Akhmetov
Foutbol 2 Rinat Akhmetov
Inter Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
Mega (en) Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
K1 Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
K2 Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
NTN Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
Enter film Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
Piksel Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
ZOOM Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
Inter+ Dmytro Firtash, Serhiy Lyovotchkine
ZIK Taras Kozak (Victor Medvedtchouk)
Telekanal 112 Taras Kozak (Victor Medvedtchouk)
NewsOne Taras Kozak (Victor Medvedtchouk)
5 Kanal Petro Porochenko
Priamiy Volodymyr Makeyenko
Espresso TV 75% Ivan Jevago, 22,5% Larissa Knyajitska
Telekanal 24 Andri Sadovy
UA:Perchiy Publique.
NACH Evgen Mouraïev

Interviewé en mai 2014 au sujet du conflit entre l'Ukraine et la Russie par la chaîne de télévision Inter TV Channel, Firtash déclare que l'Ukraine doit être forte et que la priorité est l'organisation d'élections présidentielles afin de légitimer le gouvernement en place. Il promet également de fournir des armes à l'armée ukrainienne.

En une quinzaine d'années[Quand ?], Firtash est devenu l'un des principaux investisseurs dans le secteur de l'énergie et de l'industrie chimique en Europe de l'Est et en Europe Centrale[11].

Les États-Unis ont demandé l'extradition de Firtash[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Firtash: Federation of Employers of Ukraine ready to co-finance Donbas reconstruction », sur Kyivpost.com, (consulté le )
  2. a et b (en) « Dmitry V. Firtash », sur bloomberg.com (consulté le )
  3. (en) « Firtash donates $6.7 million to Cambridge Ukrainian studies », sur kyipost.com, (consulté le )
  4. (en) « Firtash acquires third chemical plant », sur Ft.com (consulté le )
  5. a et b (en) « Group DF acquires 32.7% stake in Italian titanium alloy producer via its affiliated company », sur interfax.com.ua, (consulté le )
  6. (en) « Ukrainian Catholic University Accepts Pledge for New Campus », sur ucef.org, (consulté le )
  7. (en) « Ukrainian tycoon Firtash takes over bank Nadra », sur Reuters, (consulté le )
  8. (en) « Khoroshkovsky sells Inter channel to Firtash (UPDATED) », sur kyivpost.com, (consulté le )
  9. (uk) « ЗТМК в марте 2014 г. увеличил производство титановой губки на 8,8% - до 505 т », sur rbc.ua (uk),‎ (consulté le )
  10. Piotr Smolar, L'arrestation de l'oligarque Dmitro Firtach, un signal pour Moscou, Le Monde, 14 mars 2014
  11. (en) « By making my company big and competitive, I make Ukraine big and competitive. », sur wordfolio.co.uk, (consulté le )
  12. (en) Boris Groendahl, Irina Reznik et Esteban Duarte, « Ukraine Oligarch Loses U.S. Extradition Fight, Is Arrested », sur Bloomberg.com, (consulté le )