Incendie du centre de données d'OVHcloud à Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Incendie du centre de données d'OVHcloud à Strasbourg
Type Incendie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Strasbourg, France
Coordonnées 48° 35′ 08″ nord, 7° 47′ 50″ est
Date Nuit du au

L'incendie du centre de données d'OVHcloud à Strasbourg est un incendie qui eut lieu dans la nuit du dans le centre de données de l'entreprise OVHcloud dans le quartier du Port du Rhin, à Strasbourg, entre 1 heure, moment de l'alarme, et 7 heures, lorsque l'incendie fut circonscrit. Bien que le sinistre n'ait fait aucune victime[1], l'incendie a intégralement détruit un des quatre centres de données strasbourgeois (SBG2), et partiellement un autre (SBG1)[2],[3]. Un deuxième incendie a lieu le [4].

Les deux autres sites adjacents (SBG3 et SBG4) furent épargnés, de même que les sites basés dans le Nord à Roubaix et à Gravelines et au Canada à Beauharnois[5] ; mais il a fallu mettre ces premiers hors de fonctionnement durant l'incendie. Cet arrêt total ou partiel a occasionné des interruptions de service pour des milliers d'entreprises et services publics, et des pertes de données définitives encore non estimées.

Premier incendie[modifier | modifier le code]

Les causes de l'incendie, déclaré peu avant h, sont encore inconnues. Les premiers éléments de l'enquête penchent sur un départ de feu accidentel depuis deux onduleurs, dont l'un avait eu des opérations de maintenance quelques heures avant l'incendie[6],[7].

Conséquences immédiates[modifier | modifier le code]

D'après une analyse de Netcraft, spécialiste anglais du monitoring d'Internet, environ 3,6 millions de serveurs HTTP représentant 464 000 noms de domaines, et 18 % des IP attribuées à OVH, ne répondaient plus le entre h et h du matin[8].

Les sinistrés, affectés à différents degrés, incluent notamment[3],[9],[10],[11] :

Deuxième incendie[modifier | modifier le code]

Le 19 mars au soir, un nouvel incendie a lieu dans un local à batteries du bâtiment SBG1, interrompant les travaux de remise en état[4].

Des questionnements en suspens[modifier | modifier le code]

En tant qu'hébergeur OVH aurait eu quelques négligences sur la conception de son centre de données à Strasbourg. Ces choix d'infrastructure ont eu un impact direct sur la propagation de l'incendie et la relance des centres de données adjacents pourtant épargnés par le feu pour certains.

  1. Les datacenters Strasbourg 1 et Strasbourg 4 devaient être fermés (annoncé en 2017) [15],[16]
  2. Le datacenter SBG4 n’était pas indépendant énergétiquement comme annoncé en 2017 [15],[16]
  3. SBG3 n’avait pas sa propre salle réseau[15]
  4. Des backups étaient réalisés sur le même datacenter[15]
  5. Les planchers du datacenter SBG2 étaient en bois[15][17]
  6. L’absence de système d’extinction automatisé sur SBG2[15],[17]
  7. L'énergie stockée dans des batteries en plomb (qui sous les flammes brûlent leur énergie) dans les salles serveurs[17]
  8. Le courant d'air dû à la conception free cooling qui a propagé l'incendie dans les étages[17]
  9. L'absence de coupe-feu[17]

Le centre de données de Strasbourg (SBG2) est basé sur le concept d'une tour de 5 à 6 étages afin de s'appuyer sur le free cooling. À ce jour, d'autres centres de données d'OVH exploitent la même conception à savoir ROUBAIX 4 (RBX-4) et Beauharnois 1-2 (BHS1-2). [16]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Strasbourg : « Important incendie » sur le site classé Seveso de l'entreprise OVH », sur 20minutes.fr (consulté le 10 mars 2021)
  2. « OVH Tasks », sur travaux.ovh.net (consulté le 10 mars 2021)
  3. a et b « A Strasbourg, un « important incendie » sur le site de l’entreprise OVH », sur Le Monde (consulté le 10 mars 2021)
  4. a et b J-F.T. et A.B., « Strasbourg, Nouvel incendie chez OVHcloud », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mars 2021)
  5. « Découvrez l'histoire d'OVHcloud », sur OVHcloud (consulté le 13 mars 2021)
  6. « L’incendie survenu sur le site de l’entreprise OVH serait d’origine accidentelle », Le Monde avec AFP, (consulté le 11 mars 2021)
  7. Guillaume Périssat, « Incendie OVH : des onduleurs suspects selon Octave Klaba », sur L'1FO Tech par L'Informaticien, (consulté le 18 mars 2021)
  8. (en) « 3.6 million websites taken offline after fire at OVH datacenters » (consulté le 11 mars 2021)
  9. « L'INCENDIE DES SERVEURS OVH FAIT PARTIR EN FUMÉE UNE PARTIE DU WEB FRANÇAIS », sur BFM TV (consulté le 10 mars 2021)
  10. (en) « Blaze destroys servers at Europe's largest cloud services firm », sur Reuters (consulté le 10 mars 2021)
  11. « Strasbourg: important incendie chez OVHcloud, de nombreux sites internet indisponibles partout dans le monde » (consulté le 10 mars 2021)
  12. « Incendie chez OVH : quels sont les sites internet en panne après la destruction des serveurs à Strasbourg », sur midilibre.fr (consulté le 16 mars 2021)
  13. Violaine Morin, « Après l’incendie du site d’OVH à Strasbourg, des services de l’éducation nationale perturbés », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2021)
  14. « Le Mans. Université : les élections reportées à cause de l’incendie du site OVH de Strasbourg », (consulté le 10 mars 2021)
  15. a b c d e et f « Six choses qu'OVH ne dit pas sur l'incendie de Strasbourg », sur www.journaldunet.com (consulté le 12 avril 2021)
  16. a b et c « Panne OVH : l'hébergeur revient sur le dernier incident qu'il a connu avec plus de détails », sur Developpez.com (consulté le 12 avril 2021)
  17. a b c d et e « Incendie – 6 erreurs d’OVHcloud », sur Datacenter Magazine, (consulté le 12 avril 2021)