Cityscoot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cityscoot
logo de Cityscoot
illustration de Cityscoot

Création 19/03/2014
Dates clés 2016 : lancement initial à Paris
Fondateurs Bertrand Fleurose
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Paris 75017
Drapeau de France France
Direction Bertrand Fleurose
Activité Location de courte durée de voitures et de véhicules automobiles légers

Ape : 7711A

Produits Location de scooters
Sociétés sœurs Scoot Up Location 527964639

BFS1 484503438

Effectif Non précisé
SIREN 800 862 021
Site web cityscoot.eu

Fonds propres 16 559 200 € au 31/12/2018
Dette 4 504 100 € au 31/12/2018 (financière)
Chiffre d'affaires 16 695 400 € au 31/12/2018
(+126%)
Bilan comptable 21 556 500 € au 31/12/2018
Résultat net -5 174 000 € au 31/12/2018

Cityscoot est une entreprise française proposant des scooters électriques en libre-service en région parisienne, à Nice, Milan et Barcelone. Cityscoot est à la fois le nom de l'opérateur et de la marque commerciale.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société est lancée à Paris en [1]. Un mois après son lancement, elle lève 15 millions d’euros afin d’augmenter son parc à 1 000 véhicules. En , elle lève 40 millions d’euros[2]. En , elle se lance à Nice, puis en à Milan[3] avec 500 véhicules au démarrage et un objectif d'atteindre 1 000 véhicules avant l'été 2019[4]. En , elle se lance à Rome avec 500 véhicules, et entre dans le Next40[5].

En , Cityscoot annonce un partenariat avec Uber. Les scooters Cityscoot seront intégrés et disponibles sur cette dernière application[6].

En juillet 2020, Cityscoot ouvre son service à Barcelone, à la suite de l'appel d'offres effectué par la municipalité catalane[7]. Le mois suivant, elle cesse son activité à Rome, évoquant une faible reprise d’activité après le confinement[8].

En juillet 2021, la société parvient à faire annuler par la justice administrative l'arrêté de la mairie de Paris qui interdit à une grande partie des véhicules à moteur l'accès à la rue de Rivoli. Cette annulation ne porte que sur les deux-roues électriques[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cityscoot "essaye de s’implanter dans un maximum de villes près de Paris" », sur europe1.fr, (consulté le )
  2. Julien Dupont-Calbo, « Cityscoot lève 40 millions pour se déployer hors de Paris », sur www.lesechos.fr, (consulté le ).
  3. « Présentation de Cityscoot », sur avere-france.org (consulté le )
  4. « Le loueur français de scooter électrique Cityscoot roule désormais aussi à Milan », sur econostrum.info, (consulté le )
  5. (it) « Cityscoot a Roma, nuovo servizio di sharing elettrico », sur moto.it, (consulté le )
  6. Jean-Gabriel Bontinck, « Avec Uber, déplacez-vous aussi en Cityscoot », sur leparisien.fr, (consulté le )
  7. Pascal Samama, « Cityscoot poursuit sa conquête de l'Europe avec Barcelone », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  8. (it) « Cityscoot lascia Roma: "Ci concentriamo su città dove la domanda è più dinamica" », sur RomaToday (consulté le ).
  9. Benoît Hasse, « Paris : les scooters électriques de nouveau autorisés à circuler rue de Rivoli », sur leparisien.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]