Ilia Zdanevitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ilia Zdanevitch
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Илья Михайлович ЗданевичVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Formation
Faculté de droit de l'université d'État de Saint-Pétersbourg (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Archives conservées par

Ilia Zdanevitch, dit Iliazd (en russe Илья Михайлович Зданевич, dit Ильязд), est un poète, historien d'art et éditeur franco-russe né le à Tiflis en Géorgie, alors dans l'Empire russe, et mort à Paris 6e le [2],[3].

Poète, homme de lettres, artiste et éditeur, réalisateur de livres d’art moderne, Iliazd est également l’auteur d’une œuvre poétique (sonnets), de dramaturgie en langage poétique abstrait (zaoum) et de romans tous écrits en russe, tous ouvrages édités en petit nombre d’exemplaires.

Un exemplaire de tous ses livres est conservé au département des livres rares de la Bibliothèque nationale de France à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ilia Zdanevitch manifeste très jeune des goûts pour les arts, la musique, la géographie, les mathématiques. En 1911, étudiant à l’université de droit de Saint-Pétersbourg, il est introduit dans les cercles d’avant-garde et y expose la théorie futuriste. En 1914, il accueille à Moscou puis à Tbilissi, le futuriste italien Marinetti.

En 1912, il découvre avec son frère Kirill et le peintre Mikhaïl Le Dentu le peintre naïf géorgien Niko Pirosmani (le « Douanier Rousseau géorgien ») et le fait connaître. L'essentiel de sa collection est conservé par le Musée national de Géorgie dans les sites de Tbilissi, Sirnaghi et à Mirzaani, village natal de Pirosmani.

En 1917, licencié en droit, Iliazd travaille brièvement comme rédacteur à la Douma russe. Revenu à Tbilissi, il fonde avec d’autres artistes le groupe futuriste l’université du Degré 41, nouvelle école poétique avec l’apparition de la poésie zaoum. Il y crée les Éditions du 41° pour lesquelles il compose et réalise plusieurs ouvrages futuristes, apprenant ainsi le métier d'imprimeur.

Ilia en France[modifier | modifier le code]

En 1920, Iliazd quitte la Géorgie, alors indépendante, pour Paris où il arrive en , après un an passé à Constantinople dans l'attente d'un visa. Il loge chez Michel Larionov et Nathalie Gontcharova, connus à Moscou. Il fait la connaissance de Pablo Picasso, de Robert et Sonia Delaunay, Max Ernst, Paul Eluard, Louis Aragon, André Breton, Tristan Tzara et des autres artistes Dada.

Dès son arrivée, il poursuit en France un cycle de conférences littéraires. De 1922 à 1936, Ilia travaille dans les tissus et la mode, d’abord avec Sonia Delaunay puis de 1927 à 1935 avec Coco Chanel, qui sera la marraine de sa fille. Il crée pour elle des modèles de tissus et dirige une de ses usines. Il travaille dans ce milieu jusqu’en 1948, avec François Victor-Hugo.

Iliazd est un des principaux organisateurs des Bals russes de Montparnasse qui réunissent l’ensemble du milieu artistique de l’entre-deux-guerres et de soirées dont celle du Cœur à Barbe dont le déroulement houleux marque la rupture entre dadaïstes et surréalistes[réf. nécessaire].

À Paris, il réside dans le Quartier latin, rue Mazarine. Il vit et travaille aussi dans le village de Trigance, dans le Haut Var, région qui lui rappelle les paysages de sa Géorgie natale ; il s’y intéresse à l’histoire locale, effectuant des recherches sur les anciens seigneurs du lieu et collectant des objets témoins de la vie traditionnelle.

L’éditeur[modifier | modifier le code]

Iliazd édite en France au 41° vingt-cinq livres illustrés par des artistes relevant de l’art moderne. L’ensemble de sa propre œuvre est imprimé à l’Imprimerie union et les gravures, eaux-fortes et autres sont réalisées dans les ateliers Lacourière-Frélault, Georges Visat ou Georges Leblanc.

Le Dentu le Phare paraît en 1923. En 1940, il édite Afat, premier d’une série de neuf ouvrages illustrés par Picasso qu’il rencontre fréquemment à Trigance et à Paris. En 1968, il est son témoin lors de son mariage avec Hélène Douard à Vallauris.

À la suite d’une polémique avec Isidore Isou et les lettristes, il réalise en 1949 Poésie de mots inconnus, anthologie de poésie phonétique illustrée par Picasso, Marc Chagall, Henri Matisse, Max Ernst, Alberto Giacometti et Joan Miró[réf. nécessaire].

En 1965, il édite Maximiliana, hommage à l’astronome Ernst Wilhelm Tempel, découvreur de planètes, dont les llustrations sont de Max Ernst.

En 1968, l’Hommage à Lacourière, illustré par treize artistes dont Joan Miró, est publié à la demande de la Bibliothèque nationale. En 1974 paraît son dernier ouvrage, Le Courtisan grotesque, texte d’Adrien de Monluc, auteur du XVIIe siècle.

Du au une rétrospective est organisée au Musée des Beaux-arts Pouchkine de Moscou.

En 1954 et 1955, il collabore avec Marcel Duchamp pour l’édition d’une série de Boîtes-en-valise[réf. nécessaire].

Le retour à la "petite" Géorgie[modifier | modifier le code]

Il est inhumé en 1975 au carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge.

Œuvres disponibles en langue originale (russe)[modifier | modifier le code]

Les œuvres d'Ilia Zdanevitch sont publiées à Moscou depuis 1994 aux éditions Hylaea (un volume aux éditions Grundrisse) par Régis Gayraud et Sergueï Koudriavtsev, à partir des éditions originales ou des manuscrits originaux, chaque volume comportant des introductions, l'établissement des variantes, des commentaires et des documents inédits formant un dossier de l'œuvre :

  • Парижачьи, опись (Les Parigots, inventaire) : roman inédit, texte établi d’après les manuscrits russes), Moscou, éd. Hylaea, 1994. 285 p.
  • Восхищение (Le Ravissement, roman) : édition comprenant les variantes d’après l’étude des manuscrits russes), Moscou, éd. Hyalea, 1995. 221 p.
  • Письма Моргану Филипса Прайсу (Lettres à Morgan Philips Price) : roman épistolaire inédit, texte établi d’après les manuscrits russes, Moscou, éd. Hyaea, 2005, 192 p.
  • Философия футуриста (Philosophie d'un futuriste) : recueil contenant le roman inédit Philosophie édité d'après les manuscrits, une réédition du Ravissement, une réédition des cinq drames futuristes en zaoum) Moscou, éd. Hylaea, 2008, 840 p.
  • Футуризм и всёчество (Futurisme et toutité) : manifestes, conférences, correspondance 1912-1914, texte établi par A. Kroussanov, E. Basner et G. Marouchina, éd. Hylaea, 2013, 2 vol., t. 1 : 360 p. t. 2 : 320 p.
  • Поэтические книги 1940-1971, (Livres de poésie 1940-1971) : recueils poétiques publiés en France ou inédits, avec introduction, commentaires et variantes Moscou, éd.Hylaea, 2014, 256 p.
  • Восхождение на Качкар (L'Ascension du Katchkar) : récits d'une ascension du Mont Katchkar dans la Chaîne pontique, éd. Grundrisse, 2021, 208 p.
  • Дом на говне (La Maison sur la merde) : conférences et interventions prononcées à Paris et à Berlin entre 1921 et 1926, éd. Hylaea, 2021, 654 p.

Œuvres disponibles en français[modifier | modifier le code]

  • Le Ravissement, roman, éd. et trad. Régis Gayraud, Alinéa, 1987
  • L'Iliazde, in Igor Terentiev, Un record de tendresse, trad. Régis Gayraud, Paris, Clémence-Hiver, 1990.
  • Lettres à Morgan Philips Price, éd. et trad. Régis Gayraud, Clémence-Hiver, 1990 (ISBN 2-905471-08-5)
  • La Lettre, trad. André Markowicz, Clémence-Hiver, 1990
  • Sentence sans paroles, trad. André Markowicz, Clémence-Hiver, 1990
  • Nathalie Gontcharova-Mikhaïl Larionov, éd. et trad. Régis Gayraud, Clémence-Hiver, 1995
  • Ledentu le phare, éd. fac-simile suivie de Promenade autour de Ledentu le Phare, par Régis Gayraud, Allia, 1995
  • Les Nouvelles écoles dans la poésie russe. Chez Olénine d’Alheim, in Régis Gayraud, L’avant-garde russe racontée aux Dadas, « Pleine Marge » no 33, Paris, 2001.
  • Iliazd/Dimitri Snégaroff, correspondance croisée en vers, trad. Régis Gayraud, Ekatérina Koulechova et Michel Viel, in : "Carnets de l'Iliazd-Club", no 7, Paris, Iliazd-Club, 2010.
  • L'Iliazde (version longue), trad. Régis Gayraud, in : "Carnets de l'Iliazd-Club", no 7, Paris, Iliazd-Club, 2010.
  • Œuvres poétiques, trad. André Markowicz, Éditions Mesures[4], 2020
  • Le Ravissement, roman, trad. revue et nouvelle préface par Régis Gayraud, Ginkgo éditeur, 2021

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Gayraud, Ilia Zdanevitch (1894-1975), l'homme et l'œuvre, thèse pour le doctorat en études slaves, sous la direction de Michel Aucouturier, Paris, Université Paris IV-Sorbonne, 1991, 660 p. (2 vol.)
  • Régis Gayraud, Futurisme russe : le cas Zdanevitch, In : "Ligeia, dossiers sur l’art" no 21-22-23-24, oct.1997-juin 1998.
  • Régis Gayraud, Pirosmani-Iliazd-Picasso, In : Pirosmani, catalogue de l’exposition, Nantes, Musée des Beaux-arts-éditions MeMo, 1999.
  • Régis Gayraud, Retour sur une polémique : le lettrisme d’Isidore Isou face à la zaum’ d’Il’ja Zdanevic. Essai de comparaison de deux systèmes en conflit, In : "Slavica occitania", no 10, Toulouse, Université de Toulouse-Le Mirail, 2000, pp. 103–122.
  • Режис Гейро, Ильязд в рисунках и зарисовках (Régis Gayraud, Iliazd en portraits et en esquisses), Moscou, Hylaea/Iliazd-Club, 2015, 188 p. (en russe).
  • Сергей Кудрявцев, Заумник в Царьграде, (Sergueï Koudriavtsev, Un zaoumnik à Tsargrad), Moscou, Grundrisse, 2015, 216 p. (en russe).
  • Régis Gayraud, Iliazd : Del Cáucaso a España / Iliazd : from the Caucasus to the Spain, in Iliazd & Picasso, páginas de arte y vida, Málaga, Fundación Picasso, Casa natal, 2019 (en espagnol et en anglais).
  • Catherine Boschian-Campaner, Iliazd, un apatride à Paris, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Principales expositions consacrées à Iliazd[modifier | modifier le code]

L'œuvre éditoriale d'Iliazd est présente dans de nombreuses expositions thématiques. Des expositions consacrées spécialement à Iliazd ont également eu lieu à travers le monde :

  • La Rencontre Iliazd-Picasso, Musée d'art moderne de la ville de Paris, -
  • Iliazd (exposition rétrospective des années futuristes à l'œuvre ultime), Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris, -
  • Iliazd, maître d'œuvre du livre moderne, galerie d'art de l'Université du Québec à Montréal, 5-
  • Iliazd and the illustrated book, The Museum of Modern Art, New York, -
  • Kirill Zdanevitch-Ilia Zdanevitch, Musée national des Beaux-arts de Géorgie, Tbilissi, 1er octobre-
  • I libri di Iliazd, Centro Di, Firenze, -
  • Iliazd, ses peintres, ses livres, Galerie Flak, Paris, -
  • Iliazd/Livres, Espace du Château, Cagnes-sur-Mer, 29-
  • Zdanevitch, Musée national des Beaux-arts de Géorgie-Centre culturel français Alexandre-Dumas, Tbilissi, -
  • Iliazd. Le XXe siècle d’Ilia Zdanevitch (exposition rétrospective), Musée des beaux-arts Pouchkine, Moscou, -
  • Iliazd & Picasso, páginas de arte y vida, Fundación Picasso, Casa natal, Málaga, -

Association et revue[modifier | modifier le code]

En 1990 a vu le jour une association, l'Iliazd-Club, qui édite une publication consacrée à la défense, à l'étude et à la promotion de l'œuvre d'Ilia Zdanevitch, les Carnets de l'Iliazd-Club.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Mnogolikij Il'jazd, court métrage par Sergueï Tioutine, 2010 (26 minutes), en russe
  • Édifices étoilés, court-métrage par Stanislav Dorochenkov, 2015 (11 minutes)
  • Iliazd, long-métrage par Stanislav Dorochenkov, 2021 (90 minutes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]