Niko Pirosmani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Niko Pirosmani
Пиросмани.png
Niko Pirosmani en 1916
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Mirzaani (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
TbilissiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ნიკო ფიროსმანიVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail
Mouvement
Site web

Niko Pirosmani (en géorgien : ნიკო ფიროსმანი), né Nikolos Pirosmanachvili (ნიკოლოზ ფიროსმანაშვილი) le à Mirzaani (en) (province de Kakhétie, Géorgie) et mort le à Tbilissi (Géorgie), est un peintre naïf géorgien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Pirosmani naît en Géorgie, à Mirzaani, dans une famille paysanne de la province de Kakheti. Ses parents, Aslan Pirosmanachvili et Tekle Toklikichvili, sont des fermiers, propriétaires d'une petite vigne et de quelques vaches. Orphelin, il grandit sous la responsabilité de ses deux soeurs aînées, Mariam and Pepe. Il s'installe avec elles à Tbilissi en 1870. En 1872, alors qu'il habite un petit appartement proche de la gare de Tbilissi, il travaille comme domestique chez de riches familles de la ville et apprend à lire et écrire le russe et le géorgien. En 1876, il revient à Mirzaani et devient berger.

Une vie de pauvreté : d'abord gagner sa vie[modifier | modifier le code]

Pirosmani apprend la peinture en autodidacte. En 1882, avec George Zaziashvili lui aussi autofidacte, il ouvre un atelier et peint des enseignes pour des tavernes et autres commerces à Tbilissi. En 1890, il est conducteur de train. En 1893, il co-fonde une exploitation laitière à Tbilissi, qu'il quittera en 1901. Tout au long de sa vie, Pirosmani est resté pauvre ; il n'hésitait pas à prendre des métiers ordinaires, dont celui de peintre en bâtiment ou d'intérieur.

En plus de peindre des enseignes à Tbilissi, il réalisait des peintures de diverses nature et des portraits, selon les commandes. Son travail a connu à l'époque une certaine notoriété, et environ 200 de ses oeuvres existent encore à ce jour. Ses relations avec les artistes professionnels restent cependant difficiles, etant donnée la priorité qu'il mettait à gagner de quoi vivre plutôt qu'à approfondir des recherches esthétiques.

Une reconnaissance limitée de son vivant[modifier | modifier le code]

Certains des taverniers, appréciant l’art de Pirosmani, l’exposaient dans leur taverne. L’artiste était très lié à ce milieu, mais semblait néanmoins habiter son propre univers. Les gens de l'époque le voyaient comme un homme ‘hors de ce monde’. Son talent, sa solitude, son existence menée au jour le jour et son habitude de boire qui s’est développée au fil des ans ont fini par l'épuiser.

Fin de vie[modifier | modifier le code]

En avril 1918, en pleine pandémie, il meurt à 55 ans de la grippe, affaibli par la malnutrition et une insuffisance hépatique. Il est inhumé au cimetière de Nino, à un endroit précis qui reste inconnu.

Style et postérité[modifier | modifier le code]

Le style de Pirosmani ne nous est accessible que par les oeuvres qui lui ont survécu. De nombreux musées et galeries officiels possèdent une grand échantillon de ses œuvres. Le petit musée Niko Pirosmanachvili (rue Piromanachvili, au sud de la gare de chemin de fer) permet (pour 5 laris ou 2 dollars, en 2018) de voir une douzaine de copies de ses toiles, et d'apprécier son logement, minimaliste, très inconfortable, de 12 à 13 mètres carrés en rez-de-chaussée.

Pirosmani a développé une approche personnelle, travaillant avec des matériaux négligés par les autres peintres comme une toile cirée noire de haute qualité produite normalement pour des besoins industriels. Il a également peint sur du carton, des assiettes, et de temps en temps sur de la toile classique. La toile cirée restait cependant son support privilégié, la durabilité et l’élasticité de cette matière ayant contribué à la conservation de son oeuvre dans le temps.

Le style de Pirosmani mélange des choix esthétiques personnels et des formes populaires traditionnelles, entre les arts moderne et antique. Contrairement aux grands maîtres des époques antérieures, qui ne signaient pas leurs œuvres, il a signé les siennes. Il crée des images non conventionnelles inspirées par la réalité. Tout individualiste qu'il était, Pirosmani était profondément enraciné dans son sol natal, et a injecté dans ses oeuvres la 'couche culturelle’, la mémoire d’art antique et médiéval de son pays. Bien que profondément religieux, Pirosmani n’a pas peint de saints ou des sujets religieux. Il s’est concentré sur ses contemporains, des résidents de Tiflis et des villages de Kakhétie. Peints avec des mouvements larges, libérales, les visages brillent contre le fond noir, et malgré la présence d'éléments du quotidien dans ses travaux, il y a autant d'éléments réels que surréalistes dans son œuvre.

La plupart des œuvres survivantes de Pirosmani sont des représentations du peuple et d'animaux. Les animaux constituent une partie impressionnante de l’héritage de l’artiste géorgien. Les images ne reproduisent pas simplement l’apparence générale de l'animal. Pirosmani s'attache a représenter la partie animée de la nature plutôt que de fidèlement reproduire son apparence physique, les animaux semblant vivre un vie à eux. Plutôt que des observations spéciiques, Pirosmani exprime une vision générale de le nature, un univers peu dépeint. Comme un artiste dont la façon de penser était à bien des regards archaïque, Pirosmani n’a pas créé de paysages purs ou séparé de leur environnement naturel les humains ou les animaux. Ses paysans sont debout sur la terre, sous le ciel. Certains de ses sujets sont des personnes ayant existé, tels Ilya Zdanevich, le propriétaire de taverne Alexandre Gaanov, l’actrice Margarita, qui, selon une légende romantique, fût la responsable de la faillite de Pirosmani et la seule femme que Pirosmani ait aimé (cette histoire forme le thème de la chanson intitulée en français « Million de roses »[1]). Les sujets de Pirosmani incluent également des figures légendaires d’histoire géorgienne du Chota Roustavéli et la Reine Tamara, mais Pirosmani peint le plus souvent des inconnus - un pêcheur, un nettoyeur de rue, un joueur d’orgue, une femme géorgienne avec un tambourin, une femme avec un parapluie où une paysanne avec des enfants.

Evocations[modifier | modifier le code]

Pirosmani est représenté sur un billet de banque géorgien d'une valeur de 1 lari. Il est cependant rare de le voir en usage, les pièces de même valeur étant bien plus répandues.

En 1969, Gueorgui Chenguelaia lui consacre un film, Pirosmani, évoquant sa vie et son destin[2]. En 1988, Sergueï Paradjanov présente au Festival de Rotterdam un court-métrage centré sur le peintre, Arabesques sur le thème de Pirosmani[3].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Million de roses Musique de Ojārs Raimonds Pauls, texte original letton de Leons Briedis. lettonie-francija.fr.
  2. Pirosmani vu par Chenguelaia et Paradjanov : portraits en creux. Antony Fiant, in Biographies de peintres à l’écran, sous la direction de Patricia-Laure Thivat. Presses Universitaires de Rennes, 2011.
  3. Paradjanov au Festival de Rotterdam (25-29 janvier 2019) Valérie Pozner, Revue 1895, numéro 87 (2019) : Émulsion – Mouvement – Accéléré – Couleur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]