Idiophone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce « xylophone » en pierre (ou lithophone) est un idiophone.
Une mbira dzavadzimu, instrument africain à lamelles.

Un idiophone, ou autophone, est un instrument de musique de la famille des percussions dont le son est produit par le matériau de l'instrument lui-même, lors d'un impact produit soit par un accessoire extérieur (comme une baguette), soit par une autre partie de l'instrument (comme des graines sur un filet qui l'entoure).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les idiophones sont probablement plus anciens que les membranophones en raison de la simplicité de leur conception. Ils forment certainement la famille instrumentale la plus représentée et la plus jouée dans le monde.

Cette famille rassemble les instruments qui ne sont ni à cordes (cordophones), ni à membrane (membranophones), ni à vent (aérophones). Les matières — végétales, animales ou minérales, comme le bois, le bambou, la corne, le verre, le métal, la pierre ou encore le plastique — sont utilisées pour leur son propre. Le terme idiophone vient du grec idios, « soi-même ». Nombre de ces instruments présentent une structure simple, et c’est la totalité de l’instrument même (idio-) qui vibre, qui produit le son (phone).

Classifications[modifier | modifier le code]

Selon le mode d’« ébranlement »[modifier | modifier le code]

Il existe sept modes principaux :

  • par frappement : ce mode implique un élément frappant et un élément frappé, en général immobile ;
  • par raclement ;
  • par entrechoc : les deux éléments, frappé et frappant, sont jumeaux et mobiles, l'un va à la rencontre de l'autre (castagnettes, cuillers, kashaka (en)) ;
  • par pilonnement : il s'agit en général d'un élément frappé par plusieurs percuteurs ;
  • par secousse ;
  • par pincement ;
  • par frottement : certains idiophones à entrechoc peuvent parfois entrer dans ce mode en fonction de leur utilisation (c'est le cas des cymbales qui peuvent tout autant être entrechoquées ou frappées que frottées).

Selon la variété des sons[modifier | modifier le code]

Parmi les instruments les plus représentatifs, on distingue les instruments mélodiques :

Et les autres idiophones qui ne donnent pas plus d'une note. Ils sont plus petits mais tout aussi connus, même si souvent secondaires dans un ensemble orchestral :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]