Ida Vitale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vitale.
Ida Vitale
Description de cette image, également commentée ci-après
Ida Vitale en 2015.
Naissance (96 ans)
Montevideo, Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Espagnol
Mouvement Génération de 45
Genres

Ida Vitale (née à Montevideo le ) est une femme de lettres et poétesse uruguayenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle grandit dans un milieu cultivé, avant d'entamer des études de droit qu'elle abandonne pour se tourner vers les lettres. Entre 1974 et 1985, elle émigre au Mexique en compagnie du poète Enrique Fierro (es), à la suite du coup d'État de 1973 en Uruguay. Depuis 1989, ils vivent ensemble à Austin, au Texas[1].

Membres de la Génération de 45 rassemblés autour de Juan Ramón Jiménez.

Elle fait partie de la Génération de 45 (es), avec d'autres écrivains uruguayens tels que Juan Carlos Onetti, Carlos Maggi et Idea Vilariño.

Elle remporte en 2009 le prix international Octavio Paz de la poésie – partagé avec le catalan Ramón Xirau (es)[2],[3]. Par ailleurs, son œuvre poétique a également été récompensé en 2015 par le prix Reina Sofia pour la poésie ibéro-américaine[4].

En 2018, elle remporte le prix Cervantes, plus haute distinction de la littérature en espagnol[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La luz de esta memoria, 1949.
  • Palabra dada, 1953.
  • Cada uno en su noche, 1960.
  • Oidor andante, 1972.
  • Fieles (anthologie), 1977.
  • Jardín de sílice, 1978.
  • Elegías en otoño, 1982.
  • Fieles, 1982.
  • Entresaca, 1984.
  • Sueños de la constancia (anthologie), 1988.
  • Procura de lo imposible, 1988.
  • Serie del sinsonte, 1992.
  • Paz por dos (en collaboration avec Enrique Fierro), 1994.
  • Donde vuela el camaleón, 1996.
  • Reducción del infinito, 2002.
  • Plantas y animales, 2003.
  • Trema, 2005.
  • Mella y Cribla, 2010.

Traductions de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en)/(es) Reason Enough, Host Publication, 2007 (anthologie).
  • (fr)/(es) Ni plus ni moins, Le Seuil, 2016. Edition bilingue français espagnol, traduction Silvia Baron Supervielle et François Maspero. Ce livre reprend tout ou partie des ouvrages publiés en 1949, 1953, 1960, 1972, 1978, 2002, 2005, 2010.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Silvia Baron Supervielle, « Introduction », dans Ni plus ni moins, Paris, Seuil, , p. 12.
  2. (en) Ida Vitale, Reason Enough, Host Publications, 2007.
  3. (es) AFP (25 novembre 2009) «Uruguaya Ida Vitale y mexicano Ramón Xirau ganan el Premio Octavio Paz 2009»(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. (es) « Ida Vitale. Uruguay, 1923. XXIV Premio Reina Sofia de poesia iberoamericana 2015 », sur premioreinasofia.usal.es, .
  5. (es) « Ida Vitale, premio Cervantes 2018 », sur El País, (ISSN 1134-6582).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :