Silvia Baron Supervielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Silvia Baron Supervielle
Image dans Infobox.
Silvia Baron Supervielle au Salon du livre, Paris, 2014.
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
Distinctions

Silvia Baron Supervielle, née le à Buenos Aires (Argentine)[1], est un écrivaine et traductrice argentine d'expression française. Elle habite à Paris depuis 1961.

Biographie[modifier | modifier le code]

Silvia Baron Supervielle a commencé à écrire[Quand ?] des poèmes et des nouvelles dans sa langue maternelle, l’espagnol.[réf. nécessaire]

Elle arrive en France en 1961 pour un court séjour, qui se prolonge plusieurs dizaines d'années. Au bout de quelques années elle recommence à écrire, désormais dans la langue de son pays d’adoption. Mais elle se dit toujours un écrivain du Río de la Plata.

En 1970, Maurice Nadeau publie une série de ses poèmes dans Les Lettres nouvelles. Son premier recueil en français, La Distance de sable, paraît en 1983 aux éditions Granit. Ses livres suivants sont publiés aux éditions José Corti, aux éditions du Seuil, aux éditions Arfuyen, puis aux éditions Gallimard.

Elle a traduit en français de nombreux écrivains argentins : Jorge Luis Borges, Silvina Ocampo, Alejandra Pizarnik, Roberto Juarroz, Julio Cortázar, etc. Elle est également l’auteure de la traduction en espagnol de la poésie et du théâtre de Marguerite Yourcenar.

Elle a reçu le Prix de littérature francophone Jean Arp 2012 pour l'ensemble de son œuvre[2]. Un hommage lui a été rendu à Strasbourg à l'occasion de la remise de ce prix les 22 et dans le cadre des Rencontres européennes de littérature.

Prix spécial Roger Caillois 2013 pour le centenaire de la naissance de Roger Caillois. Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises 2019. Académie française.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans, récits et nouvelles[modifier | modifier le code]

  • L'Or de l’incertitude, José Corti, 1990.
  • Le Livre du retour, José Corti, 1993.
  • La Frontière, José Corti, 1995.
  • Nouvelles Cantates, José Corti, 1995.
  • La ligne et l’ombre, Le Seuil, 1999.
  • La rive orientale, Le Seuil, 2001.
  • Le Pays de l’écriture, Le Seuil, 2002 (prix Tristan-Tzara).
  • Une simple possibilité, Le Seuil, 2004.
  • La forme intermédiaire, Le Seuil, 2006.
  • L'Alphabet du feu, Gallimard, 2007.
  • Journal d'une saison sans mémoire, Gallimard, 2009.
  • Le pont international, Gallimard, 2011.
  • Lettres à des photographies, Gallimard, 2013.
  • Notes sur Thème, Galilée, 2014.
  • La douceur du miel, Gallimard 2015.
  • Chant d'amour et de séparation, Gallimard 2017.
  • Le Regard inconnu, Gallimard 2020.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les Fenêtres, Hors commerce, 1977.
  • Plaine Blanche, Carmen Martinez, 1980.
  • Espace de la mer, Thierry Bouchard, 1981.
  • La Distance de sable, Granit, 1983.
  • Le mur transparent, Thierry Bouchard, 1986.
  • Lectures du vent, José Corti, 1988.
  • L'Eau étrangère, José Corti, 1993.
  • Après le pas, Éditions Arfuyen, 1997.
  • Essais pour un espace, Éditions Arfuyen, 2001.
  • Pages de voyage, Éditions Arfuyen, 2004.
  • Autour du vide, Éditions Arfuyen, 2008.
  • Sur le fleuve, Éditions Arfuyen, 2013.
  • Al Margen/En marge, poésie complète en édition bilingue espagnol-français, Adriana Hidalgo editora, Buenos Aires, 2013.
  • Un autre loin, Prix Alain Bosquet 2018, Gallimard 2018.
  • En marge. Éditions Points 2020'

Entretiens et correspondances[modifier | modifier le code]

Traductions en langue française[modifier | modifier le code]

En espagnol[modifier | modifier le code]

  • Marguerite Yourcenar, Les charités d'Alcippe, Visor, 1983
  • Théâtre I et II, Lumen, 1986
  • Les trente-trois noms de Dieu, Reverso ediciones.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]