Harold Bloom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloom.

Harold Bloom, né le à New York (État de New York) et mort le à New Haven (Connecticut)[1], est un critique littéraire et professeur américain.

Il a notamment défendu les poètes du XIXe siècle à une époque où ils étaient méconnus. Grand amateur de Shakespeare, il a préconisé une approche esthétique de la littérature contre les méthodes marxistes, féministes, néo-historicistes et post-modernistes. Avec David Rosenberg, il a écrit un ouvrage significatif à propos de l'hypothèse documentaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (octobre 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Harold Bloom est né à New York, fils de Paula (Lev) et de William Bloom. Il a vécu dans le Bronx à 1410 Grand Concourse. Il a été élevé en tant que juif orthodoxe dans une famille de langue yiddish, où il a appris l'hébreu littéraire ; il a appris l'anglais à l'âge de six ans. Le père de Bloom, un ouvrier du vêtement, est né à Odessa et sa mère, une femme au foyer, près de Brest Litovsk, dans l'actuelle Biélorussie. Harold avait trois soeurs aînées et un frère aîné ; il était le dernier frère vivant.

Dans son enfance, Harold Bloom a lu "Collected Poems" de Hart Crane, un recueil qui l'a inspiré tout au long de sa fascination pour la poésie. Bloom est allé à la Bronx High School of Science (où ses notes étaient médiocres mais ses résultats aux tests standardisés étaient élevés), et avait ensuite obtenu un B.A. dans Classics from Cornell en 1951, où il était étudiant du critique littéraire anglais M. H. Abrams et titulaire d'un doctorat de Yale en 1955. En 1954-1955, Bloom était boursier Fulbright au Pembroke College, à Cambridge.

Harold Bloom était un étudiant remarquable à Yale, où il s'est heurté à la faculté de New Critics, dont William K. Wimsatt. Plusieurs années plus tard, Bloom dédie son premier livre majeur, The Anxiety of Influence, à Wimsatt.

Harold Bloom était membre du département d'anglais de Yale de 1955 à 2019. Il avait reçu une bourse MacArthur en 1985. De 1988 à 2004, Bloom était professeur d'anglais Berg à l'Université de New York, tout en conservant son poste à Yale. En 2010, il est devenu l'un des fondateurs du Ralston College, une nouvelle institution basée à Savannah, en Géorgie, qui se concentre sur les textes primaires.

Harold Bloom a donné son dernier cours à Yale le 10 octobre 2019, quatre jours avant sa mort le 14 octobre 2019.

Les auteurs contemporains qui l'ont marqué sont John Banville, Peter Ackroyd, Will Self, A. S. Byatt, José Saramago, Thomas Pynchon, Philip Roth, Cormac McCarthy, Don DeLillo, John Crowley, Robert Penn Warren, James Merrill, John Ashbery, Elizabeth Bishop, A.R. Ammons, Henri Cole, Anne Carson, Jay Wright, Nathanael West, Bud Powell.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Shelley's Mythmaking. New Haven: Yale University Press, 1959.
  • The Visionary Company: A Reading of English Romantic Poetry. Garden City, N.Y.: Doubleday, 1961. Rev. and enlarged ed. Ithaca: Cornell University Press, 1971.
  • Blake's Apocalypse: A Study in Poetic Argument. Anchor Books: New York: Doubleday and Co., 1963.
  • Yeats. New York: Oxford University Press, 1970. (ISBN 0-19-501603-3)
  • The Ringers in the Tower: Studies in Romantic Tradition. Chicago: University of Chicago Press, 1971.
  • Poetry and Repression: Revisionism from Blake to Stevens'. New Haven: Yale University Press, 1976.
  • Figures of Capable Imagination. New York: Seabury Press, 1976.
  • Wallace Stevens: The Poems of our Climate. Ithaca, N.Y.: Cornell University Press, 1977.
  • Deconstruction and Criticism. New York: Seabury Press, 1980.
  • The Flight to Lucifer: Gnostic Fantasy. New York: Vintage Books, 1980. (ISBN 0-394-74323-7)
  • The Breaking of the Vessels. Chicago: University of Chicago Press, 1982.
  • The Book of J: Translated from the Hebrew by David Rosenberg; Interpreted by Harold Bloom. New York: Grove Press, 1990 (ISBN 0-8021-4191-9)
  • Ruin the Sacred Truths: Poetry and Belief from the Bible to the Present. Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1989.
  • The American Religion: The Emergence of the Post-Christian Nation; Touchstone Books; (ISBN 0-671-86737-7) (1992; août 1993)
  • The Anxiety of Influence: A Theory of Poetry. New York: Oxford University Press, 1973; 2d ed., 1997. (ISBN 0-19-511221-0)
  • A Map of Misreading. New York: Oxford University Press, 1975.
  • Kabbalah and Criticism. New York : Seabury Press, 1975. (ISBN 0-8264-0242-9)
  • Agon: Towards a Theory of Revisionism. New York : Oxford University Press, 1982.
  • The Western Canon: The Books and School of the Ages. New York: Harcourt Brace, 1994.
  • Omens of Millennium: The Gnosis of Angels, Dreams, and Resurrection. New York: Riverhead Books, 1996.
  • Shakespeare: The Invention of the Human. New York: 1999. (ISBN 1-57322-751-X)
  • Stories and Poems for Extremely Intelligent Children of All Ages. New York: 2001.
  • How to Read and Why. New York: 2001. (ISBN 0-684-85906-8)
  • El futur de la imaginació (The Future of the Imagination). Barcelona: Anagrama / Empúries, 2002. (ISBN 84-7596-927-5)
  • Genius: A Mosaic of One Hundred Exemplary Creative Minds. New York: 2003. (ISBN 0-446-52717-3)
  • Hamlet: Poem Unlimited. New York: 2003.
  • The Best Poems of the English Language: From Chaucer Through Frost. New York: 2004. (ISBN 0-06-054041-9)
  • Where Shall Wisdom Be Found? New York: 2004. (ISBN 1-57322-284-4)
  • Jesus and Yahweh: The Names Divine 2005. (ISBN 1-57322-322-0)
  • American Religious Poems: An Anthology By Harold Bloom 2006. (ISBN 1-931082-74-X)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Harold Bloom, Critic Who Championed Western Canon, Dies at 89 », The New York Times,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]