Hippolyte Morestin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hippolyte.
Hippolyte Morestin
Portrait de Hippolyte Morestin
légende de l'image
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à Basse-PointeVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Chirurgien (en) et anatomiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Hippolyte Morestin, né le à Basse-Pointe (Martinique), est mort le à Paris, est un médecin français, professeur agrégé d'anatomie à la Faculté de Paris, spécialiste de chirurgie réparatrice à l'Hôpital du Val-de-Grâce, auteur d'importantes contributions, notamment dans le domaine de la chirurgie maxillo-faciale lors de la Grande guerre.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Il est le fils du Dr Charles Amédée Morestin[1], né en 1837, médecin[2],[3] à l'Hôpital civil de Saint Pierre, mort au chevet d'un malade le 25 août 1901.

Il est surnommé le père des Gueules cassées en faisant progresser la chirurgie maxillo-faciale. Il influence le chirurgien britannique Harold Gillies (en)[4],[5] qui est attaché au British General Hospital à Rouen, pendant la guerre. Il a de nombreux élèves devenus illustres: Raymond Passot, Suzanne Noël, Léon Dufourmentel (qui lui succède en 1919 au Val-de-Grâce), et Thierry de Martel. Il a aussi soigné Al Capone (à sa demande expresse) et Sarah Bernhardt.

Il meurt de complications pulmonaires de la grippe espagnole (ou de tuberculose selon d'autres sources).

« Tout notre service a assisté à son enterrement : toutes les infirmières en uniformes, tous nos blessés valides. Ces derniers, qui étaient en cours de traitement, souvent pleuraient. Pour l’accompagner à sa dernière demeure nous avons traversé tout Paris à pied, du Val-de-Grâce au Père Lachaise. Dans les rues, tout le monde en silence regardait. Rien ne pouvait être si impressionnant que ce si long défilé de blessés à la face » Hélène Rous de Madinhac, infirmière du Val-de-Grâce[6].

Amédée Morestin, son frère cadet né en 1886, est dentiste[réf. souhaitée].

Éponymie[modifier | modifier le code]

« Le Docteur Morestin (1869-1919) », [portrait charge par A. & G. Chanteau], Chanteclair, 1922. Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.
« Le Docteur Morestin », Chanteclair, 1922, p. 13. Coll. de la Bibliothèque interuniversitaire de Santé.
  • Colique salivaire de Morestin : douleur intense et brutale du plancher de la bouche signant la rétention de salive dans la lihiase sous-mandibulaire.
  • Syndrome de Morestin (ou syndrome d'Ollivier-Perthes)[7]:asphyxie traumatique[8], hyperpression brutale du système-cave supérieur par écrasement du thorax par effet de blast, risquant de provoquer une cécité.
  • Méthode de Morestin (ou opération de Mustardé): otoplastie.
  • Opération de Souligoux-Morestin.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Des Opérations qui se pratiquent par la voie sacrée, G. Steinheil (Paris), 1894, in-8°, VII-400 p., disponible sur Gallica.
  • « Pathogénie de la grenouillette sus-hyoïdienne », in: Gazette des Hôpitaux Civils et Militaires, 1897, vol. 70, p. 529-533.
  • Anomalies musculaires, G. Steinheil (Paris), 1897, 15 p.
  • Tumeur salivaire parotidienne, G. Steinheil (Paris), 1900, 8 p., in-8, disponible sur Gallica.
  • Le cancer de la joue, impr. de F. Levé (Paris), 1900,14 p., in-8, disponible sur Gallica.
  • Les formes bénignes de psoïtis, impr. de F. Levé (Paris), 1900,13 p., in-8, disponible sur Gallica.
  • Traitement opératoire du pied plat, impr. de F. Levé (Paris), 1901, in-8°, 9 p., disponible sur Gallica.
  • Titres et travaux, Impr. A.-G. Lemasle (Le Havre), 1901, Texte intégral.
  • Traitement d'un volumineux angiome de la joue et de la région parotidienne, impr. de F. Levé (Paris), 1901, in-8° , 12 p., disponible sur Gallica.
  • « De l’ablation esthétique des tumeurs du sein », in: Bull Mém Soc Chir Paris, 1903, vol. 29, p. 562.
  • « De la reposition et du plissement cosmétiques du pavillon de l’oreille », in: Rev Orthop, 1903, vol. 4, p. 394.
  • Titres et travaux, G. Steinheil (Paris), 1904, Texte intégral.
  • Traumatisme articulaires, O. Doin (Paris°, 1904, 127 p.
  • Chirurgie générale des articulations, Doin (Paris), 1907, Texte intégral et disponible sur Gallica.
  • « Torsion d'un appendice épiploïque du gros intestin », in: Bull. et mem. Soc. anat. de Paris, 1912, vol. 87, p. 391-394.
  • « De la correction des flexions permanentes des doigts », in: Rev Chir, 1914, vol. 50, p. 1-27.
  • « Les transplantations cartilagineuses dans la chirurgie réparatrice », in: Bulletin et mémoire de la Société de Chirurgie de Paris, 1915, vol. 41, p. 2046.
  • « Quelques cas de greffes graisseuses appliquées à la chirurgie réparatrice », in: Bull, et Mem. Soc. Chir. de Par, 1915, vol. 41, p. 1631.
  • « Cicatrice très étendue du crane réduite par des excisions successives », in: Bull Et Mon de Soc de Chir, 1916, vol. 150, p. 2052-2054.
  • « Deux cas de reconstitution de l'os malaire et du contour orbitaire à l'aide de transplants cartilagineux », in: Bull Mem Soc Chir, Paris, 1916, vol. 42, p. 1700-1707.
  • « La cure radicale du cancer de la langue », in: J. de chir, 1919, vol. 15, p. 221-252.
  • « Les Blessures de la face », in: Évolution de la chirurgie de guerre. Science et dévouement, Éditions Aristide Quillet (Paris), 1918, p. 137-159.
En collaboration
  • avec Maurice-Auguste Chevassu, Jean François Auguste Le Dentu, Pierre Delbet, Anselme Schwartz: Nouveau traité de chirurgie clinique et opératoire, J. B. Baillière et fils (Paris), 1911.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médecin major de 1re classe au Val-de-Grâce.
  • Legion Honneur Officier ribbon.svg Officier de la Légion d'honneur[9] le 30 décembre 1918.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Mouchet: « Nécrologie. Hippolyte Morestin (1869-1919) », in: Paris médical : la semaine du clinicien, 1919, no 32, p. 92-92, Texte intégral.
  • Dr Horace Bianchon (!): « Le Dr Morestin », in: Le Figaro du jedi 13 février 1919, disponible sur Gallica.
  • J.L. Faure: « Hippolyte Morestin (1869-1919) », in: La Presse médicale, 20 février 1919, no 10, p. 109-110, Texte intégral.
  • Dr L. Dartigues: «  Hippolyte Morestin », in: L'Album du Rictus, journal humoristique mensuel, tome III, p. 46-47, Texte intégral.
  • Paul Lecène[10], Henri Mondor: « L’œuvre chirurgicale de H. Morestin », in: J Chir, 16 (1920): 1-8.
  • « Hippolyte Morestin », in: Aux médecins morts pour la Patrie (1914-1918). Hommage au corps médical français, Alcan et Lisbonne, Asselin et Houzeau, J.-B. Baillière et Fils, G. Doin, Masson et Cie, Poinat (Paris), 1922, p. 355, Texte intégral.
  • Bruno Boutroux: Hippolyte Morestin, [Thèse de Médecine no 59, Nancy], 1978.
  • J.P. Lalardrie: « Hippolyte Morestin 1869–1918 », in: British Journal of Plastic Surgery, Volume 25, p. 39-41, 1972, Texte intégral.
  • (en) Blair O. Rogers: « Hippolyte Morestin (1869–1918), a brief biography », in: Aesthetic Plast Surg, 1982, 6, 141.
  • Sophie Delaporte (préf. Stephane Audouin-Rouzeau), Gueules cassées de la Grande Guerre, Paris, A. Viénot, , 261 p. (ISBN 978-2-914-64558-4, OCLC 963255469).
  • Karine Ferret-Dussart, La chirurgie maxillo-faciale à travers l'histoire : à propos des collections du Service de santé des armées au Val-de-Grâce, Paris, Glyphe & Biotem éd, coll. « Société, histoire et médecine », , 363 p. (ISBN 978-2-911-11954-5, OCLC 70113714).
  • Xavier Riaud, Première guerre mondiale et stomatologie : des praticiens d'exception, Paris, L'Harmattan, coll. « Médecine à travers les siècles », , 220 p. (ISBN 978-2-296-04952-9, OCLC 999805775, lire en ligne).
  • Xavier Riaud (préf. Claude Séverin), Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale 1914-1918 (Biographie), Paris, L'Harmattan, coll. « Médecine à travers les siècles », , 136 p. (ISBN 978-2-296-11195-0, OCLC 690478047, lire en ligne).
  • Xavier Riaud: « Hippolyte Morestin (1869-1919) », Article en ligne, 23 janvier 2012, dans le site verdun-meuse.fr.
  • Xavier Chevallier: « Le destin hors du commun du docteur Hippolyte Morestin », Article en ligne, 8 juin 2014, dans le site madinin-art.net
  • Marie-Aude Bonniel « Hippolyte Morestin, le médecin des gueules cassées », in: Le Figaro, 23 octobre 2014, Article intégral en ligne.
  • Nicolas Guirimand: « De la réparation des "gueules cassées" à la "sculpture du visage" », in: Actes de la recherche en sciences sociales, 2005/1-2 (no 156-157), Texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son frère, Charles Morestin, est mort lors de l'éruption de la montagne Pelée en 1902 (source: demande de secours des Sinistrés de la Martinique faite par la mère d'Hippolyte, le 7 août 1902)
  2. « Considérations sur les tumeurs sanguines des os », [Thèse pour le doctorat en médecine no 101, soutenue le 3 juillet 1862] à Paris.
  3. Maison de la famille Morestin dans l'Inventaire général du patrimoine culturel.
  4. « Story: Gillies, Harold Delf » dans le site Te Ara
  5. (en) CJ Williams: « Harold Gillies: Aesthetic Reconstructor », Texte intégral dans le site nzedge.com
  6. Hélène Marie Zoé Baillaud épouse Rous de Madinhac (1892-1976): « Mémoires d’une infirmière au Val-de-Grâce, en 1914-1918 », [sd] [sl].
  7. A. El Koraichi, J. Tadili, R. Benafitou, S. Kettani: « Syndrome d’Asphyxie Traumatique ou Syndrome de Perthes : À propos de deux observations pédiatriques »Texte intégral dans le site de la Société de Réanimation de Langue Française
  8. Asphyxie traumatique dans le Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2014
  9. « Cote LH/1935/59 »
  10. Paul Lecène notice bio-bibliographique dans le site de la Biu Santé.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]