Suzanne Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzanne Noël
Suzanne Noël.png
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Suzanne Blanche Marguerite GrosVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de

Suzanne Noël, née Suzanne Gros[1] le à Laon (Aisne)[2] et morte le à Paris, est une docteure en médecine, spécialisée en chirurgie esthétique et pionnière dans ce domaine. Elle est aussi connue pour avoir créé, en 1924, la section française du club service Soroptimist International, mouvement interprofessionnel féminin créé aux États-Unis en 1921, et avoir par la suite fondé d'autres sections un peu partout en Europe et en Asie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Suzanne Gros naît en 1878 à Laon dans l'Aisne[3], dans une famille bourgeoise. Après son mariage, à 19 ans, avec le dermatologue Henri Pertat, elle déménage en 1897 au 107 avenue de Villiers (17e arrondissement de Paris), ville où elle entame en 1905 des études de médecine avec le soutien de son mari, à une époque où les femmes sont très rares dans ce domaine. En 1908, elle est nommée externe des hôpitaux de Paris dans le service du professeur Morestin, pionnier de la chirurgie maxillofaciale[4], puis prolonge cette expérience en entrant en 1909 dans le service de dermatologie du professeur Brocq à l'Hôpital Saint-Louis. Reçue 4e à l’internat en 1912, 4e à l'écrit et 1re à l'oral[5], elle approfondit ses connaissances dans le domaine de la chirurgie maxillofaciale ; elle est notamment amenée à soigner la comédienne Sarah Bernhardt à la suite d’un lifting pratiqué aux États-Unis ayant abouti à un demi-échec[6],[4].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À l'entrée de la guerre en 1914, sans avoir pu soutenir sa thèse de doctorat, comme tous les internes, Suzanne Pertat est autorisée à exercer la médecine en ville. Elle rejoint alors le professeur Morestin à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris. En 1916, elle se forme aux techniques de la chirurgie réparatrice et correctrice. Et à partir de là, dans des conditions extrêmement précaires, elle participe à l'effort de guerre en opérant les « gueules cassées »[7], les blessés de la face[6].

Son premier mari, le docteur Henri Pertat (1869-1918) meurt durant la Première Guerre mondiale[4].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En octobre 1919, dans le 6e arrondissement de Paris, elle épouse le docteur André Noël, qu'elle avait connu et aimé pendant ses études. En , la grippe espagnole emporte sa fille unique, Jacqueline. En août 1924, son deuxième mari se suicide en sautant dans la Seine[4].

La chirurgie esthétique occupe dès lors une place fondamentale dans sa vie : elle soutient sa thèse en 1925 et étend ses activités de chirurgie, jusque-là confinées au visage, aux autres parties du corps (remodelage des seins, des fesses, des cuisses, dégraissage de l'abdomen et des jambes), ce qui l'amène à inventer des techniques (dégraissage par aspiration) et des instruments (craniomètre, gabarits) encore utilisés aujourd'hui.

Impliquée dans la cause des femmes, elle organise en 1923 une manifestation pour appeler les femmes qui travaillent à ne pas payer d'impôts puisque l'État ne leur reconnaît aucun droit. Elle est alors contactée par deux femmes américaines fondatrices d'un club féminin : les Soroptimist. L'idée d'une union féminine professionnelle lui plaît. En 1924, elle fonde le 1er club Soroptimist français à Paris (et en 1930, sa fédération européenne) qui défend les droits des femmes[4]. Elle fonde successivement les clubs Soroptimist de La Haye, Amsterdam, Vienne, Berlin, Anvers, Genève, les clubs baltes, ceux d'Oslo, Budapest, et même ceux de Pékin et Tokyo.

Parallèlement, elle se consacre à la chirurgie. Elle contribue à développer des techniques de reconstruction qui pourront s'appliquer à des cas de mutilations sévères, puis à la réduction d'anomalies physiques.

Ses consultations ont lieu dans son appartement au 31 rue Marbeuf (8e arrondissement de Paris), à compter de 1919, puis en 1938 de l'avenue Charles-Floquet (7e arrondissement de Paris) ou à la clinique des Bleuets, où elle reçoit des femmes d'affaires, des enseignantes, des artistes mais aussi des petites employées, opérant parfois gratuitement pour les plus pauvres. Elle appelle « légers lissages » les liftings, qu'elle réalise sans hospitalisation ni cicatrices visibles, avec des opérations qui ont lieu à quelques mois d'intervalle. Avec son confrère Raymond Passot, qui réalise entre 1920 et 1930 2 500 liftings sur des femmes d'un haut niveau social, elle fait partie des médecins qui ont permis la légitimation de la chirurgie esthétique en France, jusque-là dépréciée[6].

En 1928, elle reçoit la Légion d'honneur et la reconnaissance de la nation, pour sa contribution à la notoriété scientifique de la France sur la scène internationale.

Au printemps 1936, elle est opérée de la cataracte et réalise qu'elle ne peut plus exercer au même rythme qu'avant[4]. Elle va alors se consacrer au club Soroptimist, voyageant à travers le monde pour ouvrir de nouvelles antennes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sépulture de Suzanne Noël au cimetière de Montmartre.

Pendant la guerre de 1939-1945, elle modifie les visages de résistants ou de juifs recherchés par la Gestapo[4]. À la Libération, elle intervient pour effacer les séquelles physiques de déportés des camps de concentration nazis[7].

L'apport technique de Suzanne Noël est particulièrement innovant. Dans les années 1926 à 1936 principalement, elle se rend dans de nombreux pays pour promouvoir ses idées, devenant une ambassadrice de la chirurgie plastique et du féminisme à travers le monde. Lors de ses conférences largement suivies, elle sait partager son savoir et sa volonté d'émancipation des femmes. À ce titre, elle a fait beaucoup d'émules, aussi bien sur des sujets techniques (chirurgie plastique) que féministes.

Elle meurt à son domicile parisien du 36 avenue Charles-Floquet (7e arrondissement) le 11 novembre 1954, à 76 ans. Une plaque commémorative y a été apposée en septembre 2018. Elle est inhumée avec ses proches, Jacqueline (1908-1922) et le docteur André Noël (1885-1924), au cimetière de Montmartre.

Travaux[modifier | modifier le code]

Chirurgie esthétique[modifier | modifier le code]

Pionnière avec Raymond Passot de la chirurgie esthétique et réparatrice, Suzanne Noël a marqué l'histoire des sciences comme étant la première femme à exceller dans ce domaine[8].

Défense du droit des femmes[modifier | modifier le code]

Le Soroptimist français est un club défendant les droits des femmes, fondé en 1924 à Paris par Suzanne Noël[4]. Elle a consacré une grande partie de sa vie à faire respecter les droits humains, la reconnaissance des droits des femmes et la protection des jeunes filles. Les chartes des nouveaux clubs Soroptimist sont remises au nom de Suzanne Noël et une bourse portant son nom est instituée pour aider une femme médecin à se spécialiser en chirurgie plastique[9].

Plaque de l'allée Suzanne Noël à Paris.

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sydney Ohana, Histoire de la chirurgie esthétique : de l' Antiquité à nos jours, Flammarion, , 300 p. (ISBN 978-2-08-068987-0).
  2. « Noel Gros Pertat, Suzanne Marguerite », biusante.parisdescartes.fr, consulté le 17 février 2022.
  3. « Suzanne NOEL », sur https://www.bu.u-picardie.fr/BU/wp-content/uploads/PDF/PDFSante/Picards/SuzanneNoel.pdf (consulté le )
  4. a b c d e f g et h Anna Cuxac, « Suzanne Noël La suffragette ès têtes », Causette, no 104,‎ , p. 36-37.
  5. « Suzanne NOEL une femme d'exception », sur http://lyon-tete-d-or.soroptimist.fr, (consulté le )
  6. a b et c Frédérique Féron, « Opération rajeunir », Paris Match, semaine du 24 au 31 mai 2017, p. 121-124.
  7. a et b « Les droits des femmes », À Périgueux, no 6,‎ , p. 11.
  8. Yasmine Youssi, « Suzanne Noël, journal d'une pionnière de la chirurgie esthétique », Télérama,‎ (lire en ligne).
  9. A global Voice For Women, « Fonds des bourses SIE » [PDF], sur soroptimist.it (consulté le ).
  10. Célia Vanier, « Aisne : un timbre à l'effigie de Suzanne Noël, féministe et pionnière de la chirurgie esthétique », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Source Le Dauphine Libéré du 11/11/2018 https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2018/11/11/soroptimist-grande-guerre-mondiale-premiere-conflit-armistice-la-statue-de-suzanne-noel-pionniere-de-la-chirurgie-reparatrice-des-gueules-cassees-inauguree-a-annecy
  12. « Rue Suzanne Noël / M+, l'info de Mulhouse », sur M+, l'info de Mulhouse (consulté le ).
  13. Thomas Mankowski, « Sur la carte de la ville, des femmes laissées en plan », Sud Ouest, no 21911,‎ , p. 18.
  14. « Inauguration du graff à Béthune en l’honneur de Suzanne Noël, une femme d’exception », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  15. « Suzanne Noël, pionnière féministe de la chirurgie esthétique », sur France Culture, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]