Gouvernement d'Oufa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gouvernement d’Oufa
Уфимская губерния (russe)

1865 – 1928

Blason
Description de l'image Ufimskaya gubernia.png.
Informations générales
Statut Gouvernement
Capitale Oufa
Démographie
Population 2 220 497 habitants (1897)
Superficie
Superficie 189 663,0 verstes²
Histoire et événements
1865 Création
1919 Abolition

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le gouvernement d’Oufa (en russe : Уфимская губерния) est une division administrative de l’Empire russe, puis de la R.S.F.S.R., située au sud de l’Oural avec pour capitale la ville d’Oufa. Créé en 1865 le gouvernement exista jusqu’en mars 1919.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le gouvernement d’Oufa était bordé au nord par le gouvernement de Perm et, dans le sens des aiguilles d’une montre, par les gouvernements de Orenbourg, de Samara, Kazan et Viatka.

Le territoire du gouvernement d’Oufa se trouve actuellement réparti entre la Bachkirie, le Tatarstan et l’oblast de Tcheliabinsk.

Histoire[modifier | modifier le code]

Femme bachkire, par Jacques Grasset de Saint-Sauveur, 1797.
Oufa entre 1858 et 1917.
Cavalier bachkir, 1841.

En 1708 la région faisait partie du gouvernement de Kazan. En 1744 elle est intégré au nouveau gouvernement d'Orenbourg dont Oufa a été la première capitale. Au début du XIXe siècle, le gouvernement d'Orenbourg et Oufa compte environ un million d'habitants. La région des monts Oural est importante par ses ressources minières[1]. Oufa a 6 000 habitants et un millier de maisons, deux mosquées construites en brique, 7 églises, 2 couvents, un séminaire, une école primaire et une d’arrondissement. Son évêque porte le titre d'archevêque d'Orenbourg et Oufa. Au nord-ouest d'Oufa, Menzelinsk compte 500 maisons, autant que Tcheliabinsk située plus à l'est. Kargala (Tatarskaya Kargala) est un bourg marchand tatar. La région est peuplée pour moitié de Russes et pour moitié de musulmans, notamment des Bachkirs. Selon le géographe Conrad Malte-Brun, ces derniers sont robustes, le visage assez plat ; « Malgré leur extérieur rude et sauvage, ils sont gais et hospitaliers, mais enclins au pillage ». Ils ont quelques écoles où les enfants n'apprennent que la lecture et des rudiments de religion et conservent des rites préislamiques. Ils sont divisés en 34 hordes commandées par un ancien. Leur richesses consiste principalement en chevaux dont ils mangent la chair et consomment le lait fermenté (koumis). Ils pratiquent aussi l'apiculture et la chasse à l'ours. Ils fournissent des cavaliers armés d'arcs à l'armée russe. Ils ne paient pas d'impôts mais sont obligés d'acheter du sel dans les magasins d’État. Les Tatars d'Oufa, sédentaires, sont de bons agriculteurs et presque tous leurs villages ont une école. Les femmes portent de riches vêtements et bonnets ornés de kopeks (pièces d'argent) ou autres parures[2].

En 1865, la région d'Oufa est détachée d'Orenbourg pour former un gouvernement séparé.

Pendant la révolution russe de 1905, des heurts opposent les paysans musulmans et russes[3].

En mai 1918, au début de la guerre civile russe, la Légion tchécoslovaque se soulève contre les Bolcheviks et s'empare d'Oufa. Pendant que les Armées blanches antibolchéviques marchent vers Perm, les soldats rouges reviennent par le sud et reprennent Oufa le 23 juin. L'amiral Alexandre Koltchak, chef de l'Armée blanche de Sibérie (en), décide de reprendre la ville. Après une première tentative infructueuse le 31 décembre 1918, les Blancs s'en emparent le 13 mars 1919 mais en sont de nouveau chassés le 9 juin[4].

Entre-temps, le 23 mars 1919, le gouvernement soviétique a proclamé la suppression du gouvernement d'Oufa pour le remplacer par la République socialiste soviétique autonome bachkire dont Oufa devient la capitale.

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle le gouvernement d’Oufa était divisé en six ouïezds : Belebeï, Birsk, Zlatooust, Menzelinsk, Sterlitamak et Oufa.

Population[modifier | modifier le code]

En 1897 la population du gouvernement était de 2 220 497 habitants, dont 41,0 % de Bachkires, 38,0 % de Russes, 8,4 % de Tatares et 3,7 % de Maris.

Personnes notables[modifier | modifier le code]

Parmi les personnes connues du Gouvernement d'Oufa, on peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 6, Paris, 1833, p. 101-102.
  2. Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 6, Paris, 1833, p. 105-110.
  3. Juliette Cadiot, « Un Empire « un et indivisible » ? », Cahiers du monde russe, 48/2-3 | 2007 [1]
  4. Tony Jaques, Dictionary of Battles and Sieges: P-Z, vol. 3, Greenwood Press, 2007, p.1050.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Conrad Malte-Brun, Précis de la géographie universelle, Volume 6, Paris, 1833 [2]
  • Tony Jaques, Dictionary of Battles and Sieges: P-Z, vol. 3, Greenwood Press, 2007, p.1050 [3]