Girecourt-sur-Durbion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girecourt et Durbion (homonymie).

Girecourt-sur-Durbion
Girecourt-sur-Durbion
Château de Girecourt-sur-Durbion.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Bruyères
Intercommunalité Communauté de communes Bruyères - Vallons des Vosges
Maire
Mandat
Sandrine George
2014-2020
Code postal 88600
Code commune 88203
Démographie
Gentilé Goëricurtiens, Goëricurtiennes
Population
municipale
342 hab. (2017 en augmentation de 4,91 % par rapport à 2012)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 52″ nord, 6° 36′ 02″ est
Altitude 335 m
Min. 330 m
Max. 357 m
Superficie 6,92 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Girecourt-sur-Durbion
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Girecourt-sur-Durbion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Girecourt-sur-Durbion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Girecourt-sur-Durbion

Girecourt-sur-Durbion est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est et membre de la communauté de communes Vologne-Durbion.

Ses habitants sont appelés les Goëricurtiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situation géographique de Girecourt-sur-Durbion.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Padoux Destord Rose des vents
Dompierre N Gugnécourt
O    Girecourt-sur-Durbion    E
S
Fontenay Méménil Viménil

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village fut le siège d'une seigneurie qui fut importante aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle fut également le chef-lieu d'un des cantons du district de Bruyères sous la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1985 juin 1995 Hubert Marquis    
juin 1995 mars 2001 Bernard Haraux    
mars 2001 mars 2014 Gérard Lecomte    
mars 2014 octobre 2014 Monique Fays   Ouvrière
Démissionnaire au cours du mandat
octobre 2014 En cours Sandrine George   Employée à la ville d'Épinal

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Girecourt-sur-Durbion fut une des communes fondatrices de la communauté de communes de l'Arentèle-Durbion-Padozel dont elle fut membre de 2003 à 2013.

Depuis le , elle est intégrée à la communauté de communes Vologne-Durbion[1]. Depuis le la commune appartient à la Communauté de communes Bruyères - Vallons des Vosges

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2017, la commune comptait 342 habitants[Note 1], en augmentation de 4,91 % par rapport à 2012 (Vosges : -2,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
266327341341407433467481481
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
488476425403400402378345355
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
304253249235233254235239215
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2017
235254272306304304304337342
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Pépinière.
  • Boucherie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château, classé Monument historique depuis 1997.
  • La nécropole des comtes de Bourcier de Villers, propriétaires du château au XIXe siècle, avec les sépultures des comtes Charles-Gabriel-Dieudonné (1765-1846), Charles-Jean-Baptiste (1798-1874) et Charles-Dieudonné (1836-1882), des comtesses Louise-Caroline-Henriette de Raguet de Brancion (1814-1878) et Jeanne-Marie-Thérèse Roxand de la Salle (1848-1914).
  • L'église Saint-Barthélémy recèle une Déposition de Croix de Jean Girardet et un chœur voûté de caissons. L'orgue de tribune a été réalisé par Jaquot-Jeanpierre en 1878[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des Actes Administratifs 2013 - Arrêté préfectoral n°1251/2013 du .
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 316 à 317.