Gabarnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabarnac
La mairie (mai 2009).
La mairie (mai 2009).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Langon
Canton L'Entre-deux-Mers
Intercommunalité Communauté de communes de Podensac, des Coteaux de Garonne et de Lestiac-sur-Garonne, Paillet, Rions
Maire
Mandat
André Massieu
2014-2020
Code postal 33410
Code commune 33176
Démographie
Gentilé Gabarnacais
Population
municipale
353 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 36′ 58″ nord, 0° 16′ 03″ ouest
Altitude Min. 24 m – Max. 120 m
Superficie 5,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Gabarnac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Gabarnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gabarnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gabarnac
Liens
Site web www.gabarnac.fr

Gabarnac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Gabarnac se situe au nord de la Garonne à 38 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 10 km au nord-nord-est de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 4,5 km au sud-est de Cadillac, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Monprimblanc au nord-nord-est, Semens à l'est, Sainte-Croix-du-Mont au sud et Loupiac à l'ouest.

Communes limitrophes de Gabarnac
            Monprimblanc
Loupiac Gabarnac Semens
Sainte-Croix-du-Mont

Les hameaux[modifier | modifier le code]

  • Balan
  • Benel
  • Bern
  • Bidonnet
  • Bonneau
  • Bourg (le)
  • Doublet
  • Faugas
  • Fourneau (le)
  • Goutey (le)
  • Labatut
  • Laffitte
  • Lamothe
  • Loustalette
  • Mathelot (le)
  • Mestrepeyrot
  • Mourlannes
  • Peybrun
  • Valentin

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par des routes communales, c'est-à-dire non référencées par la DDE, qui relient le bourg aux différents villages alentour dont, surtout, Sainte-Croix-du-Mont et Loupiac.

L'accès le plus proche à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) est le no 2, dit de Podensac, situé à 10 km vers l'est-sud-est, par Cadillac. Le no 3, dit de Langon, est à 11 km vers le sud, par Saint-Maixant.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 23 km vers le sud.

Les gares SNCF de Langon et de Barsac, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine, sont situées toutes deux à 9,5 km de Gabarnac (l'une au sud par Saint-Maixant, l'autre au sud-est par le pont de Cadillac) mais le trafic est plus important à Langon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Gabarnac viendrait du patronyme attesté Cavarinus, dont le « v » est sonorisé « b » en gascon, auquel est accolé le suffixe gaulois -acum à fonction localisante[2].

La graphie gasconne du nom de la commune est identique à la française.

Ses habitants sont appelés les Gabarnacais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Seurin de Garbanac forme la commune de Garbanac[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Pierre Canteau    
1947 1964 Yves Croizet    
1964 1977 Marcel Berckmans    
1977 1989 Serge Massieu    
1989 2000 Serge Colomb    
2000 2008 Pierre David    
2008 en cours André Massieu[5]   Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 353 habitants, en augmentation de 13,87 % par rapport à 2009 (Gironde : 5,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
471 392 472 457 444 397 415 417 408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
399 372 356 388 431 376 361 368 386
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
394 418 364 388 382 379 343 306 312
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
304 317 275 268 273 266 276 322 353
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La grosse poutre oblique qui vient presque jusqu'au sol est solidaire de la charpente du toit. Elle sert en quelque sorte de gouvernail et permet, mue par un attelage ou un treuil, de positionner les ailes du moulin face au vent (l'axe des ailes disparues reste visible sur le côté droit du toit). Qui plus est, elle sert de support au câble du paratonnerre qui est placé dans une gorge sur la face supérieure de cette poutre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 34,5 km pour Bordeaux, 7,4 km pour Langon et 3,8 km pour Cadillac. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 15 juin 2011.
  2. Histoire de Gabarnac sur le site de la mairie.
  3. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 15 juin 2011.
  4. Historique des communes, p. 22, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 9 avril 2013.
  5. Commune de Gabarnac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 15 juin 2011.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Notice MH de l'église Saint-Seurin », notice no IA33000155, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 juin 2011.
  11. « Notice MH du portail », notice no PA00083552, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 15 juin 2011.