Frizon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Frison.

Frizon
Frizon
Le lavoir traditionnel.
Blason de Frizon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Golbey
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Colette Pierrat
2014-2020
Code postal 88440
Code commune 88190
Démographie
Gentilé Tambois(es)
Population
municipale
505 hab. (2015 en augmentation de 10,75 % par rapport à 2010)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 11″ nord, 6° 21′ 52″ est
Altitude Min. 297 m
Max. 381 m
Superficie 11,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frizon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frizon

Frizon est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Frizonnais ou les Tambois.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 14 km d'Épinal, le village est bâti en étage sur un plateau dominant la rive gauche de la Moselle, arrosé par l'Avière. On y distingue Frizon-Haute et Frizon-Basse. Les deux parties du village sont partagées par le ruisseau du Poinsot.

Le village était traversé par la D 6 venant de Nomexy (4 km) et se dirigeant vers Mazeley (7 km). Un nouveau tracé de la D 6 évite l'agglomération et l'accès à la RN 57 se fait par un échangeur dont l'emprise est partagée entre Frizon et Nomexy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennes mentions : Frizon (1793), Frison (1801)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence romaine a été confirmée en 1834 par la découverte d'une médaille en or (aureus acheté par le musée d'Épinal en 1834) au type de Tibère. En 1861, une enquête de l'instruction publique note l'existence de pavés en pierre calcaire (largeur de 7,10 m ) visibles entre le bois d'Igney, le moulin du Rang Denis et Bois le Conte et conclut à l'existence d'une voie romaine qui venait de Bettegney-Saint-Brice pour aller vers Igney (Cahiers Vilminot, 4, p. 6).

Le village de Frizon apparaît sous le nom de Frezonis Villa dans un titre de 1104 inscrit au prieuré de Belval.

Les archives révèlent, en date du 25 février 1574, un "dénombrement" de Claude de Bussignécourt, seigneur de Damelevières de ce qu'il possédait "lez Haute et Basse Frizon".

Détruite par les Suédois lors de la guerre de Trente Ans, ravagée par les troupes de Louis XIV peu après, l'ancienne Frizonium Villa ne comptait plus qu'une cinquantaine d'habitants au XVIIe siècle.

Le duc de Lorraine Stanislas Leszczyński y fit construire un relais de chasse au XVIIIe siècle entre Frizon-Haute et Frizon-Basse ; celui-ci était devenu un restaurant mais il a fermé depuis.

Le 27 avril 1895, les trois ponts du village furent emportés par la vague d'eau consécutive à la rupture du barrage de Bouzey et on dénombra quatre victimes.

Le 11 juillet 1984, une rafale descendante souffla sur la commune causant de nombreux dégâts matériels mais aucune victime ne fut à déplorer. La forêt de Frizon porte encore aujourd'hui les traces de cet événement dont elle a beaucoup souffert.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Frizon.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 avril 2014 Jean-Marie Chrétien    
avril 2014 en cours Colette Pierrat    

La commune de Frizon est intégrée dans la communauté de communes CAPAVENIR.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 505 habitants[Note 1], en augmentation de 10,75 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
393472514532586601648652645
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
644661613634625632621626639
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
666553519545473434462426373
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 - -
400397430377406473505--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, le territoire a une superficie de 1 175 hectares dont 615 en terres labourables, 106 en prés, 10 en vignes, 398 en bois, 14 en jardins, vergers et chenevières. ll y était produit froment, seigle, avoine, pommes de terre, vin et beaucoup de fourrage. On notait trois moulins à grains : l'Ate, l'Étang, Randeney. Une tuilerie occupait six ouvriers. Il s'y tenait commerce de grains, de bestiaux et de fourrage.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.
  • Église Saint-Martin néogothique de Frizon-Haute et son chœur du XVIe siècle. Son clocher se situe à l'altitude de 376 mètres au-dessus du niveau de la mer.
  • La maison sise au 230, allée des Marronniers a bénéficié d'une protection au titre des monuments historiques par arrêté du 18 mai 2009 : les quatre pièces en enfilade du rez-de-chaussée avec l'escalier et le vestibule, soit : la cuisine avec sa cheminée, la pièce du placard chauffant, la pièce avec sa cheminée Renaissance et la pièce avec l'alcôve[5].
  • Musée « agraire et paysan ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au sautoir bretessé contre bretessé d'or, au chef cousu de gueules chargé d'un marronnier au naturel feuillé de quatre pièces et fruité d'une ; adextré d'une tour d'argent et senestré d'une tourelle du même, les deux ajourées de sable.
Commentaires : Le sautoir bretessé contre bretessé est celui de la famille Frizon dont un des membres a habité la commune voisine de Noméxy. Frizon est divisé en deux parties la Haute-Frizon symbolisée par la tour, et la Basse-Frizon symbolisée par la tourelle. Le marronnier indique qu'une grande allée de marronniers sépare ces deux parties du village[6].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]