Saint-Vallier (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Vallier
Saint-Vallier (Vosges)
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté de communes de Mirecourt Dompaire
Maire
Mandat
Julien Nageleisen
2020-2026
Code postal 88270
Code commune 88437
Démographie
Gentilé Saint Valleroises, Saint Vallerois
Population
municipale
99 hab. (2019 en diminution de 10,81 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 48″ nord, 6° 18′ 57″ est
Altitude 413 m
Min. 332 m
Max. 442 m
Superficie 4,44 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Épinal
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Charmes
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vallier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vallier
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Saint-Vallier
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Vallier

Saint-Vallier est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Vallier
Regney Frizon
Saint-Vallier
Bouxières-aux-Bois

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par le ruisseau le Poinsot[1],[Carte 1].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Saint-Vallier.

Gestion et qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Nappe des Grès du Trias Inférieur ». Ce document de planification, dont le territoire comprend le périmètre de la zone de répartition des eaux[Note 1] de la nappe des Grès du trias inférieur (GTI), d'une superficie de 1 497 km2, est en cours d'élaboration. L’objectif poursuivi est de stabiliser les niveaux piézométriques de la nappe des GTI et atteindre l'équilibre entre les prélèvements et la capacité de recharge de la nappe. Il doit être cohérent avec les objectifs de qualité définis dans les SDAGE Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le conseil départemental des Vosges[2].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Vallier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Épinal, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (70,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (50,3 %), forêts (29,7 %), prairies (10 %), terres arables (9,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village, Saint Valley, est attesté dès 1421. On rencontre ensuite Saint Valey en 1433, Sainct Valley en 1481, Sainct Valer en 1505, Saint Vallier en 1594, Sainct Vallié en 1664, Saint Vallière en 1711, Saint Vallier en 1722. De Saint Valère, martyr au IIIe siècle.

Saint-Vallier dépendait de la prévôté de Dompaire et du bailliage de Vosge, puis du bailliage de Darney dès 1751. Au spirituel, la commune dépendait du doyenné de Jorxey.

De 1790 à l’an IX, Saint-Vallier faisait déjà partie du canton de Dompaire, alors inclus dans le district de Mirecourt.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fontaine Valère, dans la forêt entre Saint-Vallier et Frizon, source d'eau minérale.
Cette eau faillit faire de Saint-Vallier une station thermale réputée. En effet, par un rapport présenté dans la séance du à l'Académie Impériale de Médecine, elle fut reconnue comme se rapprochant, sous la composition chimique, de l'eau minérale de Contrexéville. Un arrêté ministériel du confirma son utilité en la reconnaissant propre à l'usage médical, ses eaux étant déclarées « fondantes, altérantes, purgatives et très propres à dissiper les engorgements du foie et des autres viscères abdominaux.»

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1840 1841 Joseph Balay    
1841 1844 Joseph Marchal    
1844 1855 Dominique Balay (père)    
1872 1874 Auguste Guillerez    
1855 1876 Nicolas Viriot    
1876 1881 Dominique Balay (fils)    
1881 1888 Jean-Nicolas Roussel    
1888 1891 Auguste Guillerez    
1892 1896 Justin Roussel    
1896 1910 Félix Roussel    
1910 1910 Dominique Manchard   Démissionnaire
1910 1919 Félix Roussel   Maire intérimaire
1919 1924 Dominique Manchard   A souhaité être suppléé pour cause de maladie
1921 1925 François Cousin   Maire intérimaire
1925 1945 Émile Roussel    
1945 1953 Jean-Marie Leroy   Surnommé « le Père Jean »
1953 1989 André Leroy    
1989 1997 Christian Paillard    
mars 1997 En cours
(au 18 février 2015)
Marie Marchal    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12].

En 2019, la commune comptait 99 habitants[Note 4], en diminution de 10,81 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,86 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
173184189188210181194198208
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
20219016715614012911610398
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
836775728066716982
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2015 2019
70707262909110510099
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Une zone de répartition des eaux est une zone comprenant les bassins, sous-bassins, fractions de sous-bassins hydrographiques et systèmes aquifères définis dans le décret du 29 avril 1994, où sont constatées une insuffisance, autre qu'exceptionnelle des ressources par rapport aux besoins.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Saint-Vallier » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche communale de Saint-Vallier », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  2. « SAGE Nappe des Grès du Trias Inférieur », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Épinal », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Pat - Saint-Vallier 88270
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.