Eugeniusz Faber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eugeniusz Faber
Image illustrative de l’article Eugeniusz Faber
Biographie
Nationalité Polonais
Naissance
Chorzów (Pologne)
Décès (à 82 ans)
Liévin (France)
Taille 1,69 m (5 7)
Période pro. 19591975
Poste Attaquant
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1959-1971 Ruch Chorzów 290 (106)
1971-1975 RC Lens 127 0(53)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1959-1969 Pologne 036 0(11)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Eugeniusz Faber, né le à Chorzów en Pologne et mort le à Liévin en France, est un footballeur international polonais évoluant au poste d'attaquant, reconverti dans la direction d'une école de football à Liévin.

Eugeniusz Faber commence le football dans sa ville de Chorzów et s'engage au Ruch Chorzów. Au sein du club, il joue en première division polonaise et obtient deux titres de champion de Pologne, en 1960 et 1968. Il intègre également l'équipe nationale et dispute 36 rencontres pour 11 buts. Rejoignant la France en 1971, il s'engage au RC Lens, évoluant en deuxième division. Champion de France de D2 en 1973, Faber est meilleur buteur du championnat cette saison et évolue ensuite en première division pour ses deux dernières saisons en professionnel. Il est finaliste de la Coupe de France avec Lens en 1975, perdue face à l'AS Saint-Étienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Natif de Chorzów, Faber travaille tout d'abord en tant que mineur à partir de 1954 et intègre alors le club de football de la compagnie minière. Ses performances amènent le Ruch Chorzów à s'intéresser à lui et à le recruter en 1959. Jouant au plus haut niveau du football polonais, il remporte avec son club le titre national en 1960 puis à nouveau en 1968[1]. En 1971, le club recrute Michal Vičan au poste d'entraîneur. Celui-ci souhaite faire plus de place à des jeunes joueurs dans l'effectif et ne souhaite pas garder Faber[1] ce qui amène son départ. En Pologne, Faber est surnommé Ojgą[2].

Dans ce contexte où Faber est disponible, Henri Trannin, recruteur du Racing Club de Lens qui l'a repéré, le fait venir en France pour s'engager avec le club sang et or[3],[4], alors en deuxième division. Faber est connu des dirigeants lensois depuis un match amical disputé par les deux clubs en 1961[1]. Son compatriote Ryszard Grzegorczyk rejoint également le RC Lens. Pour sa première saison, Faber atteint avec son club la demi-finale de la Coupe de France. Opposé en match aller-retour au Sporting Étoile Club Bastia, Lens est battu à l'aller en Corse 3-0. La victoire au retour au stade Bollaert 2-0 où Faber ouvre le score ne suffit pas à empêcher l'élimination des Lensois[5],[6]. En 1973, l'équipe de Lens prend la tête du groupe A à l'issue de la dernière journée aux dépens de Boulogne, parvient à remporter le titre de champion et est promue en première division[7]. Cette équipe est surnommée « l'équipe des Polonais » en raison de la présence de plusieurs joueurs de nationalité polonaise et de descendants d'immigrants polonais. Les chefs de file en sont Faber et Grzegorczyk. Faber est meilleur buteur du championnat avec 21 réalisations[8]. Bien intégré dans le club, Faber vit entouré par une population essentiellement d'origine polonaise qui communique avec lui en Polonais. Ainsi, malgré ses efforts pour apprendre le Français, il ne maîtrise pas cette langue 2 ans après son arrivée et bénéficie pour la traduction de l'aide de son entraîneur, Arnold Sowinski[9].

La saison 1974-1975 du RC Lens est marquée par son parcours en Coupe de France. Lens atteint la finale pour la deuxième fois après 1948 en ayant notamment battu le Paris Saint-Germain en demi-finale. Cette rencontre, disputée au stade Auguste-Delaune de Reims voit Faber inscrire deux buts dans le temps réglementaire et Lens s'imposer 3-2 en prolongations à la suite d'une réalisation de Casimir Zuraszek[10],[11],[12]. En finale, Faber et ses coéquipiers sont dominés 2-0 par l'AS Saint-Étienne, qui finit également championne de France cette saison, sur deux buts d'Oswaldo Piazza et Jean-Michel Larqué[13]. Lors de son passage à Lens, Faber est surnommé Géniek en raison de son prénom et de « coups de génie » dont il peut faire preuve sur le terrain[4].

Son dernier but avec le RC Lens en première division, contre Saint-Étienne le , permet alors à Eugeniusz Faber d'être le joueur lensois le plus âgé à avoir marqué à ce niveau. Cette statistique tient jusqu'en mars 2021, date à laquelle Yannick Cahuzac lui succède[14].

En sélection[modifier | modifier le code]

Faber intègre l'équipe nationale en 1959. Sa première sélection a lieu le contre la Finlande dans le cadre de la qualification pour les Jeux olympiques de 1960 disputés à Rome. Le match est remporté par la Pologne 6-2[15]. La sélection se qualifie pour ces Jeux et Faber est retenu dans la sélection olympique mais ne dispute aucune rencontre. Sa dernière sélection se déroule le contre les Pays-Bas pour une victoire polonaise 2-1[15]. Il dispute avec sa sélection 36 rencontres et inscrit 11 buts[15].

Après-carrière[modifier | modifier le code]

À la fin de sa carrière, Faber rentre en Pologne et entraîne des équipes de troisième division. Il effectue un voyage en France en décembre 1981. Pendant ce voyage, l'état de siège est instauré en Pologne et Faber décide de demeurer en France[1]. Il s'installe à Liévin. Employé par cette commune, il dirige l'école de football du club local de l'USA Liévin entre 1982 et 1997 et prend sa retraite en 2004[16]. Resté proche des anciens joueurs devenus entraîneurs lensois Arnold Sowinski et Joachim Marx, Faber meurt le à Liévin[17],[18]. Un terrain synthétique porte son nom dans cette commune depuis 2015[18],[19].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Faber est un ailier gauche dont les points forts sont sa vitesse, sa capacité à dribbler et déborder ainsi que la précision de son tir, mais aussi par la façon dont il joue de manière correcte[1],[20].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Avec le Ruch Chorzów, Eugeniusz Faber est champion de Pologne en 1960 et en 1968. Avec le RC Lens, il est champion de France de deuxième division en 1973 et finaliste de la Coupe de France en 1975.

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques d'Eugeniusz Faber au RC Lens [n 1],[21]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Total
Division M B M B M B
1971-1972 Drapeau de la France Racing Club de Lens National 17 8 - - 17 8
1972-1973 Drapeau de la France Racing Club de Lens Division 2 33 21 - - 33 21
1973-1974 Drapeau de la France Racing Club de Lens Division 1 33 5 - - 33 5
1974-1975 Drapeau de la France Racing Club de Lens Division 1 22 10 - - 22 10
Total sur la carrière 105 44 - - 105 44

Notes et références[modifier | modifier le code]

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Eugeniusz Faber » (voir la liste des auteurs).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les statistiques d'Eugeniusz Faber en Pologne ainsi qu'en France dans les coupes nationales n'étant pas précisément connues, elles ne figurent pas dans le tableau ci-dessous.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (pl) « 100 zapomnianych piłkarzy na stulecie niepodległości #2 », sur rfbl.pl (consulté le ).
  2. (pl) « Znakomity piłkarz Ruchu przegrał trzy finały Pucharu Polski. Teraz radzi niebieskim », sur slask.sport.pl, (consulté le ).
  3. Dupont et Paquet 2006, p. 68.
  4. a et b Dupont et Paquet 2006, p. 79.
  5. Dremière 1997, p. 120.
  6. « Historique de la Coupe de France - La saison 1971 - 1972 », sur fff.fr (consulté le ).
  7. Dremière 1997, p. 122.
  8. Pascal Guislain, « Les remontées historiques en Division 1 du RC Lens », sur lavenirdelartois.nordlittoral.fr, L'Avenir de l'Artois, .
  9. « Les joueurs polonais du Racing club de Lens », sur ina.fr, INA (consulté le ).
  10. Dupont et Paquet 2006, p. 73.
  11. « Historique de la Coupe de France - La saison 1974 - 1975 », sur fff.fr (consulté le ).
  12. Dremière 1997, p. 129-130.
  13. Dupont et Paquet 2006, p. 74-75.
  14. Fabien Chorlet, « RC Lens : Yannick Cahuzac s'offre un très vieux record », sur butfootballclub.fr, .
  15. a b et c « Eugeniusz Faber », sur eu-football.info (consulté le ).
  16. « Cinquante ans après leur union en Pologne, les époux Faber-Opielka se redisent « oui » », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord, .
  17. Grégory Lallemand, « Mort d'Eugeniusz Faber : « Il avait ressuscité le football à Lens » », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord, .
  18. a et b Lucas Gellé, « RC Lens : Eugeniusz Faber, légende du club, est décédé », sur nordlittoral.fr, Nord Littoral, .
  19. « les équipements sportifs », sur lievin.fr (consulté le ).
  20. Dremière 1997, p. 117.
  21. « Fiche d’Eugeniusz Faber », sur footballdatabase.eu

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Col., Football 74, Les Cahiers de l'Équipe, 1973, cf. page 80.
  • Laurent Dremière, La Saga des Sang et Or, La Voix du Nord Éditions, , 239 p. (ISBN 978-2-908260-92-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Isabelle Dupont et Dominique Paquet, Racing Club de Lens, un siècle de passion en Sang et Or, Jordan Éditions, , 145 p. (ISBN 978-2-930485-03-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]