Tony Kurbos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tony Kurbos
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de la France France
Naissance (57 ans)
Lieu Maribor Drapeau de la Slovénie Slovénie
Taille 1,73 m (5 8)
Période pro. 1979 à 1994
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1972–1979 Kickers Stuttgart
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1979-1980 Drapeau de l'Allemagne Kickers Stuttgart 24 (3)
1981-1982 Drapeau de la Belgique KSK Tongres 27 (3)
1982-1985 Drapeau de la France FC Metz 113 (49)
1985-1986 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 30 (11)
1986-1987 Drapeau de la France FC Mulhouse 33 (23)
1987-1989 Drapeau de la France OGC Nice 48 (9)
1989 Drapeau de la France AS Monaco 14 (3)
1990 Drapeau de la France OGC Nice 17 (1)
1990-1991 Drapeau de la France USL Dunkerque 18 (0)
1991 Drapeau de la France JS Saint-Pierroise 21 (10)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Zvonko Kurbos, dit Tony Kurbos, né le à Maribor en Slovénie (alors en Yougoslavie), est un footballeur allemand puis naturalisé français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Attaquant de nationalité allemande engagé par le FC Metz en juillet 1982, il forme un duo prolifique avec Merry Krimau : 17 buts pour Kurbos et 23 buts pour Krimau (ex-finaliste de la coupe UEFA avec Bastia en 1978). En 1983-1984 il devient le leader de l'attaque messine et marque 15 buts en championnat et surtout le second but de la finale de la Coupe de France gagnée par Metz contre l'AS Monaco. En avril 1984, il marque six buts face à l'équipe de Nîmes (3-7) en championnat de France[1].

En 1984-1985, il reforme un nouveau duo ravageur avec le sénégalais Jules Bocandé. Le , le FC Metz élimine le FC Barcelone chez lui, au Camp Nou en Coupe d'Europe en le battant 4 à 1, après s'être incliné 4 à 2 au match aller. Tony Kurbos est à l'occasion l'auteur d'un hat-trick[2]. Puis Kurbos partira jouer en Division 2 une saison à l'AS St-Étienne d'abord, où il ne parviendra pas à s'imposer, et ensuite une autre saison au FC Mulhouse. Il revient à l'OGC Nice en juillet 1987 où il retrouve Jules Bocandé. Blessé à de nombreuses reprises, il ne retrouvera jamais le niveau connu à Metz et quittera Nice après trois saisons, en juin 1990, en ayant connu un intermède de quelques mois à l'AS Monaco. Il rejoint ensuite le club La Saint-Pierroise à la Réunion, où il remplace en attaque le grand Roger Milla.

En 1994, il met un terme à sa carrière et rentre à Stuttgart en Allemagne d'où il est originaire. En 1999 il rejoint à nouveau la Côte d'Azur et s'installe à Vence où il est importateur de voitures allemandes[3].

Tony Kurbos possède la nationalité française depuis 1986.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), L'Harmattan, 1997. (ISBN 2738466087)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Football : quadruplés, quintuplés... qui sont les multi-buteurs de la Ligue 1 ? », sur SudOuest.fr, (consulté le 30 octobre 2014)
  2. (en) « The Joy of Six : Great European upsets », sur The Guardian, (consulté le 26 août 2012)
  3. https://www.scribd.com/doc/2110281/Actufoot06-n256