Esprels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Esprels
La fontaine.
La fontaine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Villersexel
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Villersexel
Maire
Mandat
Michel Richard
2014-2020
Code postal 70110
Code commune 70219
Démographie
Population
municipale
714 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 13″ nord, 6° 22′ 23″ est
Altitude Min. 252 m – Max. 408 m
Superficie 14,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Esprels

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Esprels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esprels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esprels

Esprels est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Borey Marast Rose des vents
Vallerois-le-Bois N Autrey-le-Vay
O    Esprels    E
S
Chassey-lès-Montbozon Pont-sur-l'Ognon

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle était incluse depuis 1973 dans le canton de Noroy-le-Bourg[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Villersexel.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays de Villersexel, créée en le .

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2003 Jean Vejux    
juillet 2003 en cours
(au 23 septembre 2016)
Michel Richard   Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[3],[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 714 habitants, en augmentation de 3,18 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
731 801 839 852 1 039 1 066 1 106 1 090 1 109
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
925 971 951 896 889 788 780 698 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
664 652 609 551 569 511 524 501 516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
568 584 608 596 631 678 700 705 714
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Animation du 14-juillet.
  • Théâtre pendant tout le mois de février.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture, zone artisanale, fabrique de meubles, hôtel, café-restaurants,
  • mais aussi salon de coiffure, boucherie, boulangerie, médecin, supérette, caserne de pompier, bureau de poste.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église  : l'église se situe au sein du diocèse de Besançon, dans l'unité pastorale du Pays de Villersexel. Le curé est M. l'abbé Michel Bruard[Quand ?].
  • Calvaires, érigés à chaque intersection du bourg : en direction d’Autrey-le-Vay, route de Vesoul, route de Chassey-lès-Montbozon, croix de Chaucheux en direction de Marast. L'une d'elles se trouve route du Négrot, route de Pont-sur-l’Ognon. Elle a été sculpté sur une bille de chêne par Lucien Callé, et fut bénie le 30 mai 1976 par l’abbé André Bougnon, vicaire épiscopal[8].
  • Lavoir de Saint-Desle.
  • Fontaine des Tilleuls.
  • Voie verte aménagée en 2014-2015 par la communauté de communes sur l'emprise de l'ancienne ligne de Montbozon à Lure, avec, à terme, l'ambition de créer un cheminement vers Besançon, au-delà de Lure et de se connecter à des axes tels que l’EuroVelo 6 qui relie Saint-Brevin-les-Pins, près de Nantes, en France à Constanța en Roumanie[9],[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Olivier Vieillard a été sacristain de l'église de 1994 à 1997, et était connu pour sa gentillesse[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Esprels.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Parti au 1) d’argent à la croix pattée à huit pointes de gueules, au 2) de gueules aux deux pals accolés d’or, celui de dextre retrait, celui de senestre abaissé, confondus en abîme, chargés de trois marteaux contournés de sable, celui du milieu posé en fasce ; au chef d’azur chargé de deux jumelles d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Les maires de Esprels », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 9 octobre 2016).
  3. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  4. « Michel Richard à nouveau maire », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Histoire d’un monument : la croix de Négrot », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  9. Alain Roy, « Tourisme - Huit kilomètres de l’ancienne voie de chemin de fer bientôt rendus aux randonneurs Voie verte pour trame bleue », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « La voie verte accompagnera ainsi la trame bleue de l’Ognon et reliera les campings de la communauté de communes Autrey, Bonnal, la base de loisirs de Villersexel, etc. ».
  10. Olivier Bouras, « La voie verte Villersexel-Bonnal inaugurée », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « La communauté de communes du Pays de Villersexel a signé une convention sur 25 ans avec la SNCF « Réseaux » pour aménager, cette voie verte. L’emprise foncière de l’ancienne voie ferrée est mise à disposition de la com-com, qui en assure ce que l’on nomme le gardiennage ».