Ernest Petit (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernest Petit.
Ernest Petit
Fonctions
Sénateur de la Cinquième République
Sénateur de la Quatrième République (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Autres informations
Parti politique
Conflit

Ernest Petit est un général français et homme politique né le à Paimbœuf (Loire-Inférieure) et décédé le à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à Saint-Cyr, puis à l'École supérieure de guerre, il s'évade pendant la Première Guerre mondiale du fort d'Ingolstadt, où son compagnon de captivité est Charles de Gaulle. En 1940, il rallie la France libre et devient, en 1941, chef d'état-major du général de Gaulle à Londres. En 1942, il est désigné par le Comité national français pour diriger la mission militaire française en URSS. Il est à l'origine de la création de l'escadrille Normandie-Niemen[1].

Durant sa mission à Moscou, le général Petit se laissa circonvenir par les Soviétiques, comme le confirme Philippe de Gaulle, non sans préciser que son père, qui le savait, le tenait pour moins dangereux que sentimental[2].

Après la Libération, le général Petit commande la troisième région militaire à Rouen (de 1945 à 1946), puis la région militaire de Paris (de 1946 à 1947). Au début de 1947, il dirige le cabinet militaire de François Billoux, ministre PCF de la défense nationale. Il est élu sénateur de la Seine en 1948, puis réélu le 18 mai 1952. Apparenté PCF au Conseil de la République, il est expert des questions militaires | pages totales = 578 En janvier 1958, il fait une intervention remarquée sur l'Algérie dénonçant avec force « une guerre où l'on n'interdit pas de manière draconienne les atrocités et les tortures ». En juin 1958, il vote contre le projet de réforme constitutionnelle. Il est réélu en juin 1958 lors du dernier renouvellement du Conseil de la République[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Ernest Petit », Sénat (consulté le 5 avril 2010)
  2. De Gaulle mon père : Entretiens avec Michel Tauriac, t. 1, Plon, , p. 414-415

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque universitaire de Pologne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Nadaud, "PETIT Ernest (général)", Dictionnaire biographique Mouvement ouvrier Mouvement social, Période 1940-1968, tome 10, Les Éditions de l'Atelier, 2014; et site maitron-en-ligne.