Écaquelon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ecaquelon)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Écaquelon
Écaquelon
L’église Saint-Jacques  Inscrit MH (1926).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Pont-Audemer
Intercommunalité Communauté de communes de Pont-Audemer Val de Risle
Maire
Mandat
Christiane Dupont
2014-2020
Code postal 27290
Code commune 27209
Démographie
Gentilé Écaquelonais
Population
municipale
610 hab. (2015 en augmentation de 17,76 % par rapport à 2010)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 31″ nord, 0° 43′ 35″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 144 m
Superficie 13,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Écaquelon

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Écaquelon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écaquelon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écaquelon

Écaquelon est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Ses habitants sont appelés les Écaquelonais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Écaquelon est une commune du Nord-Ouest du département de l'Eure en région Normandie. Située sur la rive droite de la Risle, elle appartient à la région naturelle du Roumois[1].

Le bourg d'Écaquelon est à 16,7 km au sud-est de Pont-Audemer[2], à 31,2 km au sud-ouest de Rouen[3], à 39,5 km au nord-est de Lisieux[4] et à 43,3 km au nord-ouest d'Évreux[5].

Communes limitrophes d’Écaquelon[6]
Illeville-sur-Montfort Touville
Glos-sur-Risle, Montfort-sur-Risle Écaquelon[6] Saint-Léger-du-Gennetey
Glos-sur-Risle Thierville Bonneville-Aptot

Boisement[modifier | modifier le code]

Le Nord-Ouest de la commune d'Écaquelon est couverte par la forêt de Montfort.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Schacherlon en 1174[7].

Il s'agit d'un type toponymique fréquent issu de l'ancien scandinave ou d'une forme d'anglo-scandinave dont Jean Renaud dresse la liste à propos de l'appellatif vieux norrois lundr « petit bois, bosquet » qui a précisément abouti à la terminaison -lon, ron, voire -non en Normandie[8],[9]. La comparaison avec les nombreux Ecaquelon permet d'identifier cet élément, par exemple Ecaquelon (Seine-Maritime, Rainfreville, Escaquelond milieu 1260); Ecaquelon ou Ecatelonde (Seine-Maritime, Smermesnil, Scakerlonde 1165), etc.

L'étymologie du premier élément Ecaque- ne fait pas l'unanimité chez les toponymistes : Gillian Fellows Jensen y voit le nom de personne Skakari de type rare, mais que l'on pourrait reconnaître dans Ecaquetot (Seine-Maritime, Saint-Denis-de-Héricourt, Escaquetot 1503), cependant François de Beaurepaire préfère reprendre la suggestion de Jean Adigard des Gautries et proposer le vieil anglais sceacre (sic) que l'on identifie dans Shackerston ou Shackerley en Grande-Bretagne. Ecaquelon serait dans cette perspective le « bois des voleurs »[10]. Jean Renaud reprend cette théorie et propose également l'anthroponyme Skakarri, l'appellatif skaggi « langue de terre » ou encore skekill « extrémité d'un champ »[11].

Remarque : Si le rejet du nom de personne Skakar(r)i par François de Beaurepaire semble justifié, car on ne voit pas pourquoi cet anthroponyme rare aurait été (presque) exclusivement combiné avec lundr, sceacre (comprendre sċeacre) ne convient pas davantage phonétiquement, à moins d'imaginer un *skakker anglo-scandinave de même sens. Quant aux appellatifs proposés par Jean Renaud, ils ne sont soutenus par aucune forme ancienne montrant une évolution (non régulière) de /g/ à /k/ ou encore de /e/ à /a/. L'origine du premier élément reste donc obscure.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 3 juin 2009 Jean-Louis Renverseau[12]    
juillet 2009 en cours Christiane Dupont DVG Retraitée de l'enseignement

Les données antérieures ne sont pas encore connues.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2015, la commune comptait 610 habitants[Note 1], en augmentation de 17,76 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0158999761 012956964949929893
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800964722700656582572544479
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
467417386389432402376385337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
361372300357426428449513601
2015 - - - - - - - -
610--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête de la Saint-Jacques : premier dimanche de mai.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune d'Écaquelon compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

Par ailleurs, plusieurs autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • Le château du Bois-Héroult (XVIe (?) et XVIIIe)[18] ;
  • Une croix de cimetière du XVIIIe siècle dans le cimetière de l'église Notre-Dame, Saint-Jacques[19] ;
  • Un manoir du XVIIIe siècle au lieu-dit les Epinais[20].

Autres lieux :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • La mare d'Itot[21] ;
  • La mare du bois des loups[22] ;
  • La petite vallée[23].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

Site classé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Roumois », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 23 novembre 2017).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Écaquelon et Pont-Audemer », sur www.lion1906.com (consulté le 13 avril 2016).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Écaquelon et Rouen », sur www.lion1906.com (consulté le 13 avril 2016).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Écaquelon et Lisieux », sur www.lion1906.com (consulté le 13 avril 2016).
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Écaquelon et Évreux », sur www.lion1906.com (consulté le 13 avril 2016).
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée ».
  7. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 102
  8. François de Beaurepaire, op. cit., p. 33.
  9. Jean Renaud, Vikings et noms de lieux de Normandie. Dictionnaire des toponymes d'origine scandinave en Normandie, éditions OREP, 2009 (ISBN 978-2-915762-89-1), p. 59.
  10. François de Beaurepaire, op. cit., p. 102.
  11. Jean Renaud, op. cit.
  12. décédé le 3 juin 2009.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Église », notice no PA00099394, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Château du Bois Héroult », notice no IA00019647, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Croix de cimetière », notice no IA00019648, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Manoir », notice no IA00019646, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « La mare d'Itot », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 avril 2016).
  22. « La mare du bois des loups », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 avril 2016).
  23. « La petite vallée », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 avril 2016).
  24. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 13 avril 2016).
  25. « L'église et le cimetière d'Écaquelon », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 12 juillet 2017).
  26. « La vallée de la Risle à Appeville-Annebault, Écaquelon, Freneuse-sur-Risle, Glos-sur-Risle, Illeville-sur-Montfort, Montfort-sur-Risle, Pont-Authou, Saint-Philbert-sur-Risle, Thierville », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 2 août 2017).