Illeville-sur-Montfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illeville-sur-Montfort
L'église Saint-Médard.
L'église Saint-Médard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Pont-Audemer
Intercommunalité Communauté de communes de Pont-Audemer Val de Risle
Maire
Mandat
Vladimir Hangard
2014-2020
Code postal 27290
Code commune 27349
Démographie
Gentilé Illevillais
Population
municipale
879 hab. (2014)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 37″ nord, 0° 43′ 39″ est
Altitude Min. 42 m – Max. 144 m
Superficie 14,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Illeville-sur-Montfort

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Illeville-sur-Montfort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Illeville-sur-Montfort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Illeville-sur-Montfort

Illeville-sur-Montfort est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Illeville-sur-Montfort[1]
Brestot Brestot, Rougemontiers
Appeville-Annebault, Brestot Illeville-sur-Montfort[1] Flancourt-Catelon, Touville
Montfort-sur-Risle Écaquelon, Touville Touville

Boisement[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune d'Illeville-sur-Montfort est couverte par la forêt de Montfort.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Willevilla au XIIIe siècle.

La "ville de Willa" ou de Withlac, noms de personne anglo-saxons.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Illeville-sur-Montfort fut certainement très tôt habitée. Deux voies la traversaient, un camp militaire y fut construit au Bas Empire et une riche villa également.
  • C'est le Roi Philippe-Auguste qui ordonna l'édification de l'église actuelle. Louis XII la céda aux Chartreux de Rouen vers 1520 ainsi que tous ses droits qu'il possédait à Illeville, les revenus et une maison seigneuriale. Il ne reste rien du château de Louis XII.
  • La révolution éclata et M. Chefdeville, maréchal ferrant fut le 1er maire, puis M. Hardel, puis M. Marie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 juin 1995 Lionel Lerouge    
juin 1995 mars 2008 Michel Guedon    
mars 2008 mars 2014 Marie Astrid Soroka    
mars 2014 en cours Vladimir Hangard   Professeur des écolesDVD
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 879 habitants, en augmentation de 3,17 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 004 1 065 1 119 1 108 1 068 1 025 1 015 967 968
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
877 846 772 721 717 631 638 632 537
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
523 538 528 435 431 394 404 433 443
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
392 372 357 526 680 664 765 881 879
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune d'Illeville-sur-Montfort compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

  • L'église Saint-Philbert (XIIIe, XVe et XVIe)  Inscrit MH (1926)[6]. Vers 1520, Louis XII céda l'église aux Chartreux de Rouen. L'église était dédiée à saint Philbert reconnaissable à son clocher à base carrée et à saint Blaise, elle passe en 1809 sous le patronage de saint Médard[réf. nécessaire], traditionnellement on continue à l'honorer le dimanche suivant sa fête. On trouve dans l'église de belles soieries, un piét du XVe siècle, un chemin de croix offert par Napoléon III et dans un angle un Saint Fiacre patron des jardiniers.

Par ailleurs, plusieurs autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • Le presbytère (XVIIIe)[7] ;
  • Le monument aux morts (XXe)[8]. Il est situé dans le cimetière de l'église Saint-Philbert ;
  • Un manoir des XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit le Chastel[9] ;
  • Une croix de cimetière du XVIe siècle[10]. Elle est située dans le cimetière de l'église Saint-Philbert ;
  • Une maison du XIXe siècle au lieu-dit le Quesney[11].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Le chêne à la Vierge[12] ;
  • Le rond de Beuvron[13].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort[14] ;

Site classé[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Monsieur Marie qui fut le 3e maire de la commune est rédacteur des cahiers de doléances, il est ami de Dupont de l'Eure. Il administra la commune de 1806 à 1855.
  • Jean Jacques Gosseaume surnommé MOSCOU, était un soldat qui s'illustra pendant les guerres de l'Empire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Église », notice no PA00099456, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Presbytère », notice no IA00019666, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Monument aux morts », notice no IA00019669, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Manoir », notice no IA00019665, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Croix de cimetière », notice no IA00019667, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Maison », notice no IA00019664, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Le chêne à la Vierge », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 20 avril 2016).
  13. « Le rond de Beuvron », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 20 avril 2016).
  14. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 20 avril 2016).
  15. « La vallée de la Risle à Appeville-Annebault, Écaquelon, Freneuse-sur-Risle, Glos-sur-Risle, Illeville-sur-Montfort, Montfort-sur-Risle, Pont-Authou, Saint-Philbert-sur-Risle, Thierville », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 2 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]