Drogenbos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Drogenbos
Blason de Drogenbos
Héraldique
Drapeau de Drogenbos
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau du Brabant flamand Province du Brabant flamand
Arrondissement Hal-Vilvorde
Bourgmestre Alexis Calmeyn (Drogenbos Plus-LB) (2007-24)
Majorité Drogenbos Plus-LB, UF (2019-24)
Sièges
Drogenbos Plus-LB
UF
go 1620
17 (2019-24)
10
5
2
Section Code postal
Drogenbos 1620
Code INS 23098
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Drogenbossois(e)[1]
(Drogenbossenaar en néerlandais)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
5 599 ()
46,95 %
53,05 %
2 248 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
22,30 %
59,17 %
18,54 %
Étrangers 11,57 % ()
Taux de chômage 9,43 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 547 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 47′ nord, 4° 19′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
2,49 km2 (2005)
6,53 %
7,32 %
82,28 %
3,86 %
Localisation
Localisation de Drogenbos
Situation de la commune dans l’arrondissement de Hal-Vilvorde et la province du Brabant flamand.

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Drogenbos

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Drogenbos
Liens
Site officiel www.drogenbos.be

Drogenbos (ancienne graphie Drogenbosch ou Droogenbosch) est une commune néerlandophone à facilités de Belgique située en Région flamande dans la province du Brabant flamand.

Limitrophe de la Région de Bruxelles-Capitale, elle est l'une des six communes[2] de la périphérie bruxelloise bénéficiant de facilités linguistiques. Drogenbos fait partie de l'arrondissement administratif de Hal-Vilvorde et de l'arrondissement judiciaire et électoral bilingue de Bruxelles-Hal-Vivorde. La commune fait partie de ce qui est appelé la périphérie sud (Zuidrand) de Bruxelles[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Drogenbos
Anderlecht (Région de Bruxelles-Capitale) Forest (Région de Bruxelles-Capitale)
Leeuw-Saint-Pierre (Région flamande) Drogenbos Uccle (Région de Bruxelles-Capitale)
Beersel (Région flamande)


Drogenbos est limitrophe des communes suivantes :

La localité est traversée par la Senne où le Linkebeek et le Geleytsbeek affluent.

Son territoire est constitué par une étroite bande de 4000 m de long sur 150 m dans sa partie la plus étroite et sur 900 m dans sa partie la plus large. La superficie de Drogenbos est de 2,9 km².

La localisation de Drogenbos à proximité de Bruxelles et sur le parcours du canal Bruxelles-Charleroi et du chemin de fer, a incité, dès la fin du XIXe siècle, de nombreuses industries à s’y installer, provoquant un rapide accroissement démographique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Wapen van Drogenbos.svg
La commune possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 1er février 1947 et à nouveau le 13 octobre 1987. Elles sont identiques à celles des ducs d’Aremberg, derniers seigneurs à qui appartenait le village de 1691 à 1798. Le plus ancien sceau connu de Drogenbos date de 1295 et montre les armoiries de la famille Berthout, alors propriétaire du village. Sur les sceaux plus tard, on voit le saint patron, Saint-Nicolas. Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que les armoiries d’Aremberg apparaissent sur les sceaux locaux.
Blasonnement : De gueules à 3 quintefeuilles d'or. L'écu entouré par la chaîne de l'ordre de la Toison d'Or et placé sur un manteau de pourpre, tapissé d'hermine, avec des franges d'or; le tout surmonté d'une couronne princière du Saint Empire romain germanique. (Traduction libre)
Source du blasonnement : Heraldy of the World[4].



Blason Drogenbos.svg
Blason simplifié.
Blasonnement : De gueules à 3 quintefeuilles d'or.



Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Elle comptait, au , 5 703 habitants (2 684 hommes et 3 019 femmes), soit une densité de 2 290,36 habitants/km²[5] pour une superficie de 2,49 km².

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du village remontent au XIe siècle, érigé en bordure de la Senne, il a fait partie du bailliage de Rhode-Saint-Genèse jusqu’en 1798. Ensuite, Drogenbos est devenu un hameau de Uccle. La commune a conquis son autonomie sous le régime français.

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la Ligne 82 et la Ligne 32 qui compte trois arrêts communs aux deux lignes (Rodts, Grand'Route et Drogenbos Château) du tram de Bruxelles, gérées par la société STIB.


Vie politique[modifier | modifier le code]

Résultats des élections communales depuis 1976[modifier | modifier le code]

Partis 10-10-1976[6] 10-10-1982[6] 9-10-1988[6] 9-10-1994[6] 8-10-2000[6] 8-10-2006[7] 14-10-2012[8] 14-10-2018[9]
Votes / Sièges % 15 % 15 % 15 % 15 % 15 % 15 % 17 % 17
PS - 12,62 1 - - - - - -
L.B. 53,83 10 59,39 11 81,9 13 78,19 13 80,46 13 - - -
Drogenbos Plus - - - - - 46,69 8 - -
Drogenbos Plus-LB - - - - - - 63,55 11 48,00 10
SP 19,13 2 - - - - - - -
RA-Udrt - 3,13 0 - - - - - -
SV-EL 21,02 3 14,82 2 - - - - - -
VLVD 6,02 0 - - - - - - -
GB-IC - 10,04 1 - - - - - -
GS-EC - - 18,1 2 21,81 2 - - - -
ACCENT - - - - 19,54 2 11,86 1 - -
UF - - - - - 41,45 6 36,45 6 28,40 5
go 1620 - - - - - - - 15,0 2
Ecolo-Groen Drogenbos - - - - - - - 8,60
Total des votes 3466 3392 3186 2997 2920 3035 2802 2723
Participation % 88,23 87,84 87,95 90,46 84,73 85,40
Votes blancs ou nuls % 4,21 4,89 7,94 8,34 7,98 5,8 7,39 7,30

Législature actuelle (2019 - 2024)[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Compétence(s)
Bourgmestre
  • Enseignement, police/sécurité/ gardiens de la paix, plan d'action inondations, finances.
Premier échevin
  • Myriam Claessens
  • Communication, information et participation affaires sociales, associations et tourisme, festivités et jeunesse.
Deuxième échevin
  • Nahyd Meskini
  • Affaires juridiques, bien-être animal, informatique et nouvelles technologies, économie locale, affaires européennes et internationale, culture, affaires civiles, finances.
Troisième échevin
  • José Lefever
  • Sports, mobilité, environnement, environnement public et propreté, aménagement du territoire.
Quatrième échevin
  • .

Langue[modifier | modifier le code]

La langue officielle est le néerlandais et des facilités linguistiques ont été accordées aux francophones dans les années 1960. L'enquête Kluft-Jaspers de 1969 révèle à cette époque une population composée à plus de 50 %[10] de francophones. Actuellement, les francophones représentent environ 75 % de la population de la commune[11],[12].

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Nicolas[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nicolas est de style gothique brabançon. L'architecte des parties les plus anciennes (milieu du XIVe siècle) est Jan van Lier. Le bâtiment a été classé en 1938 et le site l'a été en 1945.

Ancienne école communale[modifier | modifier le code]

L'ancienne école communale conserve un témoignage de l'Art nouveau puisqu'elle était ornée de sgraffites par Gabriel van Dievoet.

Personnalités et natives de Drogenbos[modifier | modifier le code]

Il est l'un des fondateurs de la peinture abstraite en Belgique. Né à Drogenbos le 12 janvier 1898, il y a résidé jusqu'à sa mort en 1995. Cet artiste était avant tout un fermier qui occupait son temps libre à la peinture. Un musée lui est consacré. La collection comprend 300 peintures et 40 dessins. Elle offre un aperçu et un échantillon de l'œuvre de l'artiste. La ferme dans laquelle il résidait est en cours de rénovation.

Célébrités habitants de Drogenbos[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Jusque dans les années 80, la plupart des cartons de bière que l'on trouvait en Belgique étaient fabriqués dans la commune. Aujourd'hui, diverses entreprises telles que Sytec ont pris le relais des Acec, d'UCB, de Catala ainsi que diverses entreprises de peintures et de construction. L'importance de l'industrie dans la commune a permis de conserver une fiscalité très modérée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jan Lindemans et Constant Theys, Brabantsche plaatsnamen. IX: Drogenbosch, Louvain/Bruxelles, 1942, 23 p.
  • Constant Theys, Geschiedenis van Drogenbosch, Bruxelles, 1942, 143 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]