Dmitri Chtcherbatchiov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dmitri Grigorievitch Chtcherbatchiov
Le général Chtcherbatchiov présenté dans Le Pays de France.
Le général Chtcherbatchiov présenté dans Le Pays de France.

Naissance
Décès
Origine Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme artillerie
infanterie
Grade IRA F8GenBranch 1917 h.png Général d’infanterie
Années de service 1863 – 1919
Conflits Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Commandement 145e régiment d'infanterie de Novotcherkassk
Régiment de la Garde Pavlovski
l'École militaire d'état-major Nicolas
IXe Corps d'infanterie
7e Armée
du Front roumain
Faits d'armes Bataille de Lemberg
Siège de Przemyśl
Offensive Broussilov
Distinctions Ordre de St-Georges IIIe classe Ordre de Saint-Georges

Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas
Legion Honneur GC ribbon.svg Grand-Croix de la Légion d'honneur

Dmitri Grigorievitch Chtcherbatchiov (en russe : Дмитрий Григорьевич Щербачёв) était un général russe, né en 1857, décédé en 1932 qui combattit durant la Première Guerre mondiale puis avec les Armées blanches.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

D'une formation d'artillerie, il était sorti de l'école d'artillerie Mikhaïlovski et avait servi dans une unité d'artillerie à cheval puis dans l'artillerie à cheval de la Garde le 30 août 1877. Il fut diplômé de l'École militaire d'état-major Nicolas en 1884 pour être versé dans le Régiment des chasseurs de la garde, il passe le 28 septembre 1898 comme chef d'état-major de la 2e division d'infanterie de la Garde; passe commandant du 145e régiment d'infanterie de Novotcherkassk puis le 10 mai 1903 commandant du Régiment de la Garde Pavlovski. C'est dans ce cadre qu'il participa à le répression de la Révolution russe de 1905 à la tête d'un détachement spécial des Gardes et à la fusillade de la Perspective Nevski ce qui lui valut de faire partie de la suite Sa Majesté.

Il devint ensuite le commandant de la 1e brigade d'infanterie de Finlande en 1906 avant de passer à la tête de l'École militaire d'état-major Nicolas pour tirer les enseignements de la Guerre russo-japonaise et y faire entrer de nouveaux enseignants.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il était le commandant du IXe Corps d'infanterie depuis 1912, sous les ordres du général Nikolaï Ivanov, et mis en œuvre sa tactique (le bombardement à outrance de la première ligne ennemi comme le voulait la doctrine française) durant la bataille de Lemberg ; il se distingua lors de la prise de Lviv, qui lui valut l'ordre de Saint-Georges de IVe classe, et lors du siège de Przemyśl.

En avril 1915 le général Chtcherbatchiov est nommé commandant de la XIe armée dans les Carpates (entre la VIIIe armée de Broussilov et la IXe de Letchitski). En octobre 1915, promu général d'infanterie, il passe à la tête de la VIIe Armée sur le front du sud-ouest où il se fit déborder par les ailes en appliquant la même tactique de bombardement.

Durant l'Offensive Broussilov, les mêmes causes donnant les mêmes effets, plus de 20 000 soldats furent perdus dans une attaque le long de la Strypa (affluent du Dniestr), sur l'insistance d'Alexeï Broussilov une seconde attaque fut le 4 juin 1916 avec l'obligation de résultat et les troupes du général Bothmer furent refoulées. Grâce à cette percée, l'étoile de Chtcherbatchiov se remet à briller et il prit le 11 avril 1917 le commandement du front roumain, fort de quatre armées russes et deux armées roumaines, en remplacement d'Andreï Zaïontchkovski. Il reprend part à la bataille de Marasesti en juillet 1917 mais le gouvernement Kerensky bloque l'exploitation de cette avance, l'offensive de August von Mackensen de la 11e armée allemande est toutefois repoussée.

La Guerre civile[modifier | modifier le code]

Depuis le front roumain il rejoignit l'Armée blanche. Il combattit le long du Don. Il eut le soutien de Henri Berthelot qui opérait à Iași. Il entama des pourparlers avec Mackensen et les Austro-Hongrois en décembre 1917 pour la paix. Pendant ce temps, il poussa son avantage et celui des Roumains en envahissant la Bessarabie. La politique roumaine et les événements en Russie l'amenèrent à démissionner de son commandement le 18 avril 1918. Il suivit alors Berthelot et reçut la grand-croix de la Légion d'honneur pour son action. Il soutint alors les troupes blanches. Il fut nommé représentant des troupes russes auprès des Alliés et œuvra pour l'union des forces blanches (Armée des volontaires et Armée du Don).

Avec la chute des Armées blanches, il rejoignit la France en 1919 où il travailla au ravitaillement des Armées blanches, au recrutement de soldats et fut confirmé dans son poste par Alexandre Koltchak.

Il s'installa à Nice en 1920 avec une pension roumaine. Il décéda le 18 janvier 1932 et fut enterré avec les honneurs militaires rendu par les Chasseurs alpins, le maréchal Constantin Prezan pour l'armée roumaine, le général Wari représentant la France, de nombreux collègues russes dans le cimetière orthodoxe de Caucade.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]