Nikolaï Ivanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nikolaï Ivanov (homonymie).
Nikolaï Ioudovitch Ivanov
Николай Иудович Иванов
À  la « une » du journal français Le Pays de France.
À la « une » du journal français Le Pays de France.

Naissance
Décès (à 68 ans)
Origine Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme artillerie
Grade Imperial Russian Army GenBranch 1917 h.png Général d’artillerie
Années de service 1863-1918
Commandement IIe batterie de la Garde impériale
artillerie de la forteresse de Kronstadt
IIe Corps de sibériens
citadelle de Kronstadt
district militaire de Kiev
Secteur sud du Front Est
District militaire de Pétrograd
armée de Cosaques blancs
Conflits Guerre russo-turque de 1877-1878
Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Faits d'armes Bataille de Lemberg
Siège de Przemyśl
Distinctions Ordre de St-Georges IIe classe Ordre de Saint-Georges

Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Saint Alexandre Nevski Ordre de Saint-Alexandre Nevski
Ordre de l'aigle blanc Ordre de l’Aigle Blanc
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas

Autres fonctions Membre du Conseil d'état
conseiller militaire de Nicolas II.

Nikolaï Ioudovitch Ivanov (en russe : Никола́й Иу́дович Ивано́в) est un général russe, né en 1851 et décédé en 1919, qui combattit durant la Première Guerre mondiale.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

D'une famille de militaires, après une formation d'officier d'artillerie à l'école Mikhaïlovsky en 1869, il servit dans le IIIe régiment d'artillerie des Grenadiers de la Garde, puis au conflit Guerre russo-turque de 1877-1878. Il resta en Roumanie comme instructeur pour l'armée en formation. Il commanda ensuite la seconde batterie de la Garde Impériale à partir du 28 juillet 1884 pour devenir ensuite l'aide-de-camp du grand-duc Michel, le 14 décembre 1899.

Puis, la Guerre russo-japonaise éclatant, Nikolaï Ivanov servit dans l'armée russe de Mandchourie. À partir du 18 juillet 1904, il commanda le IIIe Corps d'armée sibérien. Se distinguant pendant ce conflit, il fut décoré de l'ordre de Saint-Georges de 4e classe, mais aussi de 3e classe avec épées et diamants. Après le conflit, il prit la tête de la logistique pour le retrait de l'Armée de Mandchourie.

Commandant d'un Corps d'armée du 19 décembre 1905 au 6 novembre 1907 dans le district militaire de Saint-Pétersbourg, il passa alors gouverneur général de la forteresse de Kronstadt et se distingua dans son rôle lors de la Révolution russe de 1905 en maintenant l'ordre parmi ses troupes. Son dernier commandement avant la Première Guerre mondiale fut celui du district militaire de Kiev à partir du 2 décembre 1908.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Nikolaï Ivanov reçoit le commandement du Front du Sud-Ouest de l'armée russe et combat en Galicie contre les Austro-Hongrois ; il remporte la bataille de Lemberg (Lviv) qui permet l'occupation de la Galicie orientale et de la Bucovine. La bataille des Carpates (décembre 1914-mars 1915), livrée en plein hiver, est coûteuse en hommes mais s'achève par la capitulation de la garnison austro-hongroise à l'issue du siège de Przemyśl. Ivanov est décoré de l'ordre de Saint-Vladimir de première classe avec épées. En mars 1916, il est remplacé par Alexeï Broussilov et passe au Conseil d'État, devenant conseiller pour les affaires militaires de Nicolas II, mais se trouve en butte à la censure de Mikhaïl Alekseïev dans l'application des plans.

Pendant la Révolution, il est nommé commandant du district militaire de Pétrograd pour appliquer la loi martiale et réprimer les troubles le 27 février 1917. Le Gouvernement provisoire rend ce projet inapplicable. Ivanov part pour Kiev par Moscou ; il est arrêté par le soviet de Kiev et renvoyé à Pétrograd. Remis en liberté sous caution par Alexandre Kerenski, il fuit à Novotcherkassk pour rejoindre les Russes blancs.

Ardent partisan du tsar, le général Ivanov lève une armée de cosaques pour combattre les armées rouges mais, en désaccord avec Wrangel, il est défait à Vechenskaïa et part rejoindre les cosaques du Don.

Le 27 janvier 1919, il décède de la fièvre typhoïde à Novotcherkassk ou à Odessa.

notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :