Vorkouta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vorkouta
(ru) Воркута
Blason de Vorkouta
Héraldique
Drapeau de Vorkouta
Drapeau
Vorkouta
Vue d'une rue typique de Vorkouta (hiver 2007)
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Nord
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Drapeau de la République des Komis République des Komis
Maire Valeri Boudovski
Code OKATO 87 410
Indicatif (+7) 82151
Démographie
Population 51 321 hab. (2022)
Géographie
Coordonnées 67° 30′ nord, 64° 02′ est
Fuseau horaire UTC+04:00
Divers
Statut Ville depuis 1943
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
Voir sur la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Vorkouta
Géolocalisation sur la carte : république des Komis
Voir sur la carte topographique de république des Komis
City locator 14.svg
Vorkouta
Géolocalisation sur la carte : Russie
Voir sur la carte topographique de Russie
City locator 14.svg
Vorkouta

Vorkouta (en russe : Воркута ; en komi : Вӧркута ; en nénètse des forêts : Варкута) est une ville minière de la république des Komis, dans le nord-ouest de la Russie, au nord du cercle polaire arctique. Sa population s'élevait à 51 321 habitants en 2022. Elle est incluse dans l'okroug urbain de Vorkouta, qui inclut d'autres municipalités alentours et dont la population s'élevait en 2019 à 74 756 habitants[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vorkouta est arrosée par la rivière du même nom, un affluent de l'Oussa. Appelée la « ville de la toundra », elle est située dans la partie nord-est de la république des Komis, à 150 km au nord du cercle polaire, dans le bassin minier de la Petchora, juste à l'ouest de l'Oural polaire, à un peu plus de 200 km de la côte de l'océan Arctique, à 901 km au nord-est de Syktyvkar et à 1 885 km au nord-est de Moscou[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Normales et records pour la période 1991-2020 à Vorkouta
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −23,1 −22,7 −17,6 −12,2 −4,5 4 8,2 6 1,5 −5,8 −16 −20,1 −8,5
Température moyenne (°C) −19,3 −18,9 −13,5 −8,2 −1,1 8,4 13,3 9,9 4,7 −3,1 −12,4 −16,4 −4,7
Température maximale moyenne (°C) −15,4 −15,1 −9,4 −4,2 2,5 13,4 18,8 14,2 8,4 −0,5 −9 −12,8 −0,8
Record de froid (°C)
date du record
−48
1980
−49,4
2010
−43,1
2013
−38,5
1984
−25,3
1986
−8,4
1992
−1
1978
−4,8
2017
−10,5
1996
−29
1977
−45,1
1984
−52
1978
−52
1978
Record de chaleur (°C)
date du record
1,1
2008
1,2
2004
5,3
2008
12
1995
26,5
1991
31
1977
33,8
1990
30
1981
24,2
2009
15,6
2003
4,8
1985
3,5
1999
33,8
1990
Précipitations (mm) 34 30 35 27 35 47 49 60 55 56 45 39 512
dont neige (cm) 47 66 81 84 53 4 0 0 0 6 17 30 388
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
33
1965
28
1959
33
1954
18
2003
32
1977
35
1963
37
1964
35
1963
24
1963
23
2013
32
1998
24
1961
37
1964
Nombre de jours avec précipitations 1 0,2 1 3 9 16 19 22 19 10 2 1 103
Humidité relative (%) 81 80 81 79 79 72 74 82 85 88 84 82 81
Nombre de jours avec neige 25 23 24 21 20 8 1 1 8 23 25 26 205
Nombre de jours d'orage 0 0,03 0 0 0,1 2 3 1 0,4 0,03 0 0 7
Nombre de jours avec brouillard 4 4 3 3 5 3 4 7 7 9 5 4 58
Source : Погода и Климат[3]NOAA (Ensoleillement)[4]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
−15,4
−23,1
34
 
 
 
−15,1
−22,7
30
 
 
 
−9,4
−17,6
35
 
 
 
−4,2
−12,2
27
 
 
 
2,5
−4,5
35
 
 
 
13,4
4
47
 
 
 
18,8
8,2
49
 
 
 
14,2
6
60
 
 
 
8,4
1,5
55
 
 
 
−0,5
−5,8
56
 
 
 
−9
−16
45
 
 
 
−12,8
−20,1
39
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence d'importants champs de charbon près de la rivière Vorkouta fut découverte en 1930 par le géologue soviétique Georgui Tchernov (en) (Георгий Александрович Чернов). Il était le fils d'un autre géologue, Alexandre Tchernov, qui avait promu le développement du bassin de charbon de Petchora, qui incluait les champs du bassin de la Vorkouta[5],[6]. Avec cette découverte, l'exploitation minière débuta dans la RSSA des Komis. À l'époque, seule la partie sud du bassin minier était inclus dans cette république. La partie nord, comprenant Vorkouta, appartenait au district autonome de Nénétsie de l'oblast d'Arkhangelsk. En 1931, un village de géologues fut construit sur le bassin minier, la plupart des travailleurs étant des détenus du Goulag du camp d'Oukhta-Petchora[5],[7]. Un réseau de plusieurs camps de prisonniers allait alors être créé dès 1932 sur le bassin minier, le Vorkoutlag, l'un des camps les plus célèbres et les plus durs du Goulag. Il fut surnommé « la guillotine glacée ». Les prisonniers exploitèrent les mines de la région à partir des années 1930 et bâtirent la ville dès 1932.

En 1941, la ville et les camps furent reliés au reste du pays par une ligne de train construite par les prisonniers, reliant Konocha et Kotlas et les camps d'Inta. Vorkouta obtient le statut de ville le .

Pendant la guerre froide, la région de Vorkouta abritait une base militaire avancée pour les bombardiers soviétiques[8].

Les camps autour de Vorkouta étaient les plus peuplés de toute la partie européenne de l'Union soviétique et servaient de plus à gérer d'autres camps plus petits comme ceux de Kotlas, Petchora et Ijma (appelée maintenant Sosnogorsk). En 1953, les détenus se révoltèrent contre leurs conditions de détention — les températures pouvant atteindre −60 °C — avant d'être implacablement réprimés par l'armée et le NKVD.

La plupart des camps du Goulag cessèrent leurs activités dans les années 1950[9]. Cependant, certains[Qui ?] assurent que des camps ont continué à fonctionner dans la région de Vorkouta jusque dans les années 1980.

Vers la fin des années 1980, les mineurs se sont mis en grève pour protester contre des retards de paiement dans leurs salaires allant jusqu'à un an[10]. La plupart des mines de charbon ont été fermées depuis la fin des années 1990 en raison des coûts d'exploitation trop élevés.

Depuis 2019 environ, la ville a connu un renouveau économique grâce aux mines de coke, importante pour l'industrie métallurgique russe. Les salaires dans ces complexes miniers sont très hauts en Russie : entre 1500€ et 2000€[11].

Le marché de l'immobilier reste encore peu coûteux, à la suite de l'exode massif que la ville a connu dans les années 1990. En effet, un appartement à Vorkouta peut être acheté à des prix très bas, car l'offre dépasse très largement la demande : certains appartements sont disponibles à moins de 150 000 roubles, soit environ 1300€[12].

Cet intérêt nouveau a stimulé la démographie de la ville, et l'homme d'affaires Roman Trotsenko a acquis plusieurs mines en conséquence[13].

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[14]

Évolution démographique
1943 1959* 1970* 1979* 1989*
7 00055 66889 742100 210115 646
2002* 2010* 2012 2013 2014
84 91770 54867 10064 35361 638
2015 2016 2017 2018 2019
60 36859 23158 13356 08854 233
2020 2021 2022 - -
52 77652 29251 321--

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalité[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Aucouturier, « Un triomphe de la volonté. L'essor de Vorkouta », Les Lettres françaises, no 96,‎ , p. 6.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Город - общая информация », sur www.xn--80adypkng.xn--p1ai (consulté le )
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. (ru) « Климатические таблицы. Данные для Воркуты. », Погода и Климат (consulté le ).
  4. (en) « Blagovescensk Climate Normals 1961–1990 », NOAA (consulté le ).
  5. a et b (ru) "История Воркуты".
  6. (ru) "История Воркуты".
  7. (ru)"Историческая справка. МО ГО "Воркута"".
  8. Vorkuta
  9. Philippe Descamps, « Vorkouta, son charbon et ses fantômes : Identités et mémoires urbaines dans la Russie arctique », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  10. Vorkuta Miners Hold Authorities Prisoners
  11. (en-GB) « In Russia’s Vorkuta, the remnants of a gulag town carry on », sur Il manifesto global, (consulté le )
  12. (ru) « Квартиры в Воркуте 🏢: продажа, покупка и аренда », sur Авито (consulté le )
  13. (en) « Coal tycoon buys Vorkuta mines », sur The Independent Barents Observer (consulté le )
  14. « Recensements et estimations de la population depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Office fédéral de statistiques, Recensement de la population russe de 2010 », sur www.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2012 » [rar], sur gks.ru(ru) « Population résidente par municipalité de la Fédération de Russie au 1er janvier 2013 » [rar], sur gks.ru

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :