Denis Lathoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Denis Lathoud
Denis Lathoud en 2015.
Denis Lathoud en 2015.
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (52 ans)
Lieu Roussillon[réf. nécessaire] ou Lyon
Taille 1,98 m (6 6)[1]
Poste arrière gauche
entraîneur
Situation en club
Club actuel sans club
Parcours junior
Saisons Club
Rhodia Club Handball
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
1984-1992 Drapeau : France Vénissieux handball
1992-1994 Drapeau : France USAM Nîmes
1994-1996 Drapeau : France PSG-Asnières
1996-1998 Drapeau : France US Ivry
1998-1999 Drapeau : France Marseille OM 13 CR
1999-2000 Drapeau : France HBC Villefranche
2000 Drapeau : Qatar Al-Sadd SC
11/2000-2001 Drapeau : Italie SSV Forst Brixen
12/2002-2005 Drapeau : France SMV Porte Normande
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
1987-1996 Drapeau : France France 164 (463)[2]
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Stat
déc. 2002-2005 Drapeau : France SMV Porte Normande
2005-2006 Drapeau : France CAPO Limoges
2006-01/2014 Drapeau : France Dijon Bourgogne HB
12/2015-11/2017 Drapeau : Tunisie ES Tunis
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Denis Lathoud, né le (52 ans) à Roussillon[réf. nécessaire] ou Lyon[1], est un ancien joueur de handball français, évoluant au poste d'arrière gauche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait partie de la fameuse génération des joueurs qui, sous la direction de Daniel Costantini, apporte ses premiers résultats au handball français. Avec des joueurs comme Philippe Gardent, Frédéric Volle et d'autres Barjots, ils font passer l'équipe de France qui navigue entre le Groupe B et le Groupe C mondial à une des meilleures équipes mondiales.

La première récompense arrive en 1992 lors des Jeux olympiques de Barcelone[1]. Ne figurant pas parmi les favoris, ils battent tout d'abord l'un des grands favoris, l'Espagne. Après une défaite en demi-finale contre les Suédois, ils remportent la médaille de bronze face à l'Islande. Les joueurs de l'équipe de France gagnent ainsi le surnom de Bronzés. À l'issue du tournoi, Lathoud est élu meilleur arrière gauche de la compétition.

L'année suivante, lors du championnat du monde 1993, ils confirment en remportant une nouvelle médaille, l'argent après une défaite contre la Russie : les barjots sont nés. Deux ans plus tard, au championnat du monde 1995 en Islande, l'équipe de France atteint une nouvelle fois la finale : la Croatie ne se remettra jamais du formidable début français et la France remporte son premier titre mondial.

La Croatie prendra sa revanche l'année suivante en demi-finale des jeux olympiques d'Atlanta, jeux qui constituent l'une des plus grosses déceptions avec seulement la 4e place[1].

Après sa carrière de joueur, il se reconvertit en tant qu'entraineur. À la tête de l'équipe masculine du Dijon Bourgogne Handball à partir de 2006, il ne parvient pas à stabiliser le club qui fait plusieurs aller-retour entre la D2 et la D1. Le , alors que le club est bon dernier du championnat de D1, il est démis de ses fonctions d'entraîneur[3]. Le 9 décembre 2015, il est nommé à la tête de l'Espérance sportive de Tunis.

Club[modifier | modifier le code]

Joueur
Entraineur

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En clubs[modifier | modifier le code]

Récompenses individuelles[modifier | modifier le code]

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Profil olympique de Denis Lathoud », sur sports-reference.com (consulté le 1er février 2015)
  2. « Les internationaux français (jusqu'en 2002) » (consulté le 1er février 2015)
  3. « Une reprise sur un air de valse... des entraîneurs », sur Handzone.net, (consulté le 4 février 2014)
  4. « Mutations », Hand-ball : bulletin fédéral, Fédération française de handball, no 201,‎ (lire en ligne)
  5. « Présentation de la Division 2 masculine 1998-1999 », Fédération française de handball, (consulté le 22 février 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]