Guéric Kervadec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guéric Kervadec
Image illustrative de l’article Guéric Kervadec
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (49 ans)
Lieu La Garenne-Colombes
Taille 1,98 m
Masse 105 kg
Poste Pivot
Surnom(s) Le Menhir
Parcours junior
Saisons Club
1987-1988 Belley
1988-... Vénissieux handball
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
00...-1993 Vénissieux handball
1993-1994 USAM Nîmes
1994-1997 US Créteil
1997-2002 SC Magdebourg
2002-12/2009 US Créteil
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
1993-2005 France 217 (517)[1]
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Guéric Kervadec, né le à La Garenne-Colombes, est un ancien joueur de handball français jouant au poste de pivot. Champion du monde 1995, il remporte également deux médailles de bronze aux championnats du monde 1997 et 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Après le déménagement de sa famille à Belley, Kervadec évolue dans le club de ville avant de rejoindre en 1988 le Vénissieux handball. Avec le club de la banlieue lyonnaise, il remporte deux Coupes de France en 1991 et 1992 et un titre de champion de France en 1992. En 1993, il rejoint l'USAM Nîmes où il remporte une nouvelle Coupe de France. En 1994, il quitte Nîmes après une saison pour l'US Créteil où il remporte en 1997 sa 4e Coupe de France. En 1997, il prend la direction du championnat d'Allemagne. En cinq saisons au SC Magdebourg, avec des joueurs tels que Joël Abati, Henning Fritz, Christian Gaudin et Ólafur Stefánsson, il remporte deux Coupes EHF en 1999 et 2001, le titre de champion d'Allemagne en 2001 et surtout la Ligue des Champions en 2002. En 2003, il est le 7e joueur et le premier non allemand avec Stefánsson à être inscrit au Hall of Fame du SC Magdebourg. En 2002, alors qu'il vient de remporter la Ligue des champions, il décide de rentrer en France à l'US Créteil. Dès sa première saison, il remporte la Coupe de la Ligue 2003 et atteint la finale de la Coupe de France 2003. Lors de la saison 2003-2004, il devient vice-champion de France mais s'incline en finaliste de la Coupe de la Ligue. En décembre 2009, il décide de prendre sa retraite sportive car il aurait dû se faire opérer de son épaule blessée mais les délais de guérison auraient alors été bien trop longs pour envisager pouvoir revenir sur les terrains avant la fin de la saison[2]. À 42 ans, il reprend une licence pour défendre les couleurs du club de National 3 Marolles Handball, à compter de la saison 2014-2015 où il évolue au poste de pivot et porte le brassard de capitaine[3],[4].

Carrière en équipe nationale[modifier | modifier le code]

À l'été 1993, il connait ses premières sélections en équipe de France à l'occasion des Jeux méditerranéens. Il connait l'année suivante sa première grande compétition internationale à l'occasion du Championnat d'Europe 1994 où la France termine à la 6e place. En 1995 vient la consécration avec le premier titre de Champion du monde du handball français. S'il assiste à la fin des Barjots aux Jeux olympiques de 1996,, il continue l'aventure en Bleu, remportant notamment une médaille de bronze lors du championnat du monde 1997 au Japon où il est également récompensé du titre de meilleur pivot. Mais après les Jeux olympiques de Sydney, il décide de se retirer parce que « je n’avais pas apprécié certains comportements pendant la compétition. »[5],[6] et assiste des tribunes au deuxième titre mondial de la France en 2001[5].

Il fait son retour en équipe de France en juin 2003 à l'occasion du Tournoi de Bercy avec comme ligne de mire les Jeux olympiques de 2004[6]. Si, Kervadec et les Français ne parviennent une nouvelle fois pas à glaner de médaille olympique à Athènes, il met un terme définif à sa carrière en Bleu après la médaille de bronze difficilement acquise au Championnat du monde 2005.

L'après-carrière[modifier | modifier le code]

En 2010, il devient directeur sportif de l'US Créteil. En 2013, à l'issue d'une saison ratée ayant conduit le club en D2, il est remercié[7].

Il retrouve alors les terrains du Championnat de France de N3 (5e division à Marolles-en-Brie en 2014 avant de rejoindre en 2015 Auray où il occupe également un poste de chargé de mission auprès de la communauté de communes Auray-Quiberon-Terre Atlantique.

Parallèlement, son fils Ewan entre au centre de formation de US Créteil où il signe son premier contrat professionnel en 2019.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales
Compétitions nationales

Distinctions individuelles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ressource relative au sportVoir et modifier les données sur Wikidata :
  1. « Jubilé de Guéric Kervadec, aujourd'hui, à Pluvigner », Le Télégramme, (consulté le )
  2. « Guéric Kervadec raccroche ! », sur Handzone.net, (consulté le )
  3. « Les vieux se reprennet au jeu », sur Le Parisien, (consulté le )
  4. « Parlons Hand du 20 octobre 2014 - Quand Guéric Kervadec évoque sa nouvelle carrière », (consulté le )
  5. a et b Laurent Moisset, « Les choix de Guéric Kervadec », Ligue nationale de handball, (consulté le )
  6. a et b Le retour de Guéric Kervadec, dans Tout le sport sur France 3 (Archives de l'INA) () Consulté le .
  7. « Guéric Kervadec remercié », sur Handnews.fr, (consulté le )
  8. (en) « Statistiques cumulées de l'Equipe de France au championnat du monde 2005 » [PDF], sur Site officiel de l'IHF (consulté le )