Michel L'Hour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel L'Hour
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnoms
L'Indiana Jones en combinaison, Barberousse aux pieds palmésVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction

Michel L'Hour (né en 1954) est un archéologue sous-marin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Tunis[1] d'un constructeur de routes et d'une secrétaire[2], Michel L'Hour grandit à Nantes[3]. Il est docteur en archéologie (1982)[4], conservateur général du patrimoine[2] et membre de l'Académie de Marine[5]. Il est également membre du conseil scientifique et technique (STAB) de l'Unesco, convention internationale de 2001.

Après avoir enseigné deux ans l'histoire et la géographie dans un collège privé breton[2], il se spécialise dans l'archéologie sous-marine, et intègre le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM)[3]. Il mène sa première fouille en 1979, à Fos-sur-Mer[2]. Il travaille notamment sur les épaves normandes de l'époque moderne, dans la mer des Philippines, au Gabon ou au Pakistan[3].

Il est nommé en 2006 à la tête du DRASSM, après avoir menacé d'en démissionner[6]. Il dote le DRASSM de deux navires: le André Malraux et le Triton. Un troisième navire, long de 46 mètres et nommé Alfred Merlin a été construit dans les chantiers navals de La Ciotat[7]. Il a été inaguré à Marseille le 2 juillet 2021.

Les deux navires ont fait l'objet de nombreuses controverses[8] et enquêtes parlementaires[9] a tel point que le DRASSM a été obligé de faire appel au privé[10] pour ses financements.

De nombreux doutes ont été émis sur le financement du DRASSM notamment lors des ses interventions sur les champs éoliens[11] où il est apparu que l'ADRAMAR créée à la fin des années 90 par Michel L'Hour a remporté bon nombre d'appels d'offres émis par Michel L'Hour alors directeur du DRASSM, et l'association cite de nombreuses opérations du Drassm comme étant les siennes[12]

Au début des années 2010, il lance un programme de développement de robots sous-marins pour l'archéologie des abysses[2],[13] qui se concrétise par de nombreuses campagnes[14],[15], jusqu'à 1000 mètres de profondeur[16], en Méditerranée[17] et en Atlantique[18]. Plusieurs campagnes archéologiques robotisées ont par exemple été menées sur l'épave de la Lune à 90 mètres au large de Toulon[19],[20].

Il est expert pour l’Observatoire international du trafic illicite des biens culturels.

Il est surnommé « Barberousse aux pieds palmés »[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Michel l'Hour, « Les statuettes de bois de l'épave Planier 1 à Marseille », Archaeonautica, vol. 4, no 1,‎ , p. 53-73 (lire en ligne, consulté le ).
  • Michel l'Hour, « Un site sous-marin sur la côte de l'Armorique. L'épave antique de Ploumanac'h », Revue archéologique de l'ouest, vol. 4,‎ , p. 113-131 (lire en ligne, consulté le ).
  • (en) Michel l'Hour, « The wreck of a Danish merchant ship, the Sainte Dorothea (1693) », Nautical Archaeology, vol. 22, no 4,‎ , p. 305-322 (lire en ligne, consulté le ).
  • Michel l'Hour, « À l'aube de la construction navale espagnole en Asie: le San Diego (1600) », Archaeonautica, vol. 14, no 1,‎ , p. 237-241 (lire en ligne, consulté le ).
  • (en) Michel l'Hour, « Lapérouse and the Loss of the Astrolabe and the Boussole (1788): Reports of the 1986 and 1990 Investigations of the Shipwrecks at Vanikoro, Solomon Islands, Edited by Myra Stanbury and Jeremy Green », International Journal of Nautical Archaeologia, vol. 35, no 1,‎ , p. 174-175 (lire en ligne, consulté le ).
  • Courte collaboration avec le chasseur d'épave Bertrand Sciboz pour son ouvrage sur les épaves



Distinctions littéraires

Prix Robert de La Croix, 1989, Festival du Livre Maritime de Concarneau, pour l’ouvrage Le Mauritius, la mémoire engloutie.

Prix du Beau Livre Maritime, 2006, Festival Livre & Mer de Concarneau, pour l’ouvrage La Mer pour Mémoire.

Grand Prix littéraire 2006 de la Corderie et de l’Hermione, Festival Les Rendez-Vous de la Mer de Rochefort, pour l’ouvrage La Mer pour Mémoire.

Prix Corail 2008 du livre maritime au Festival Mondial de l'image sous-marine d'Antibes pour l’ouvrage collectif Le mystère Lapérouse ou le rêve inachevé d’un roi.

Prix Corail 2013 du livre maritime au Festival Mondial de l'image sous-marine, Marseille, pour l’ouvrage «De L’Archéonaute à l’André Malraux. Portraits intimes et histoires secrètes de l’archéologie des mondes engloutis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel L'Hour - Who's Who », sur whoswho.fr (consulté le ).
  2. a b c d e et f Denis Sergent, à la Cité de la mer, Cherbourg, « Michel L’Hour, pionnier de l’archéologie des abysses », La Croix,‎ (lire en ligne).
  3. a b et c Fabrice NODE-LANGLOIS, « Michel L'Hour, 40 ans, a dix-sept ans de plongée derrière lui. Cet as de l'archéologie sous-marine, Breton pur beurre, s'est spécialisé dans les épaves du XVe au XVIIe siècles qu'il traque en Manche . L'archéologue aux pieds palmés. L'archéologue aux pieds palmés », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Thèse sous la dir. de Jean Marcadé ; http://www.sudoc.fr/010418393.
  5. « Site web de l'Académie de Marine »
  6. Viviane Thivent, « Portrait Michel L’Hour, patron de l’archéologie sous-marine », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. « Drassm : le futur navire de recherche archéologique s’appellera Alfred Merlin », sur meretmarine.com,
  8. « Archéologie subaquatique et sous-marine : un havre abrité de la rigueur ? », sur www.senat.fr (consulté le )
  9. « Archéologie subaquatique et sous-marine : un havre abrité de la rigueur ? », sur www.senat.fr (consulté le )
  10. « Le DRASSM va recourir au privé pour l’armement de ses navires hauturiers », sur Mer et Marine, (consulté le )
  11. « Eolien offshore en France : le ministère de la Culture met son grain de sel », sur LEFIGARO (consulté le )
  12. « Opérations », sur adramar.fr (consulté le )
  13. C.V., « Michel L'Hour, l'historien du fond des mers », sur Monaco-Matin (consulté le ).
  14. « Archéologie Sous-Marine: La France est le leader mondial de la recherche archéologique sous-marine », Archeologia,‎ , p. 26-45 (ISSN 0570-6270, lire en ligne)
  15. Émission "Chacun sa route" du jeudi 20 août 2020, sur France Inter, animé par Élodie Font. "A la découverte de l'archéologie sous-marine avec Michel L'Hour". https://www.franceinter.fr/emissions/chacun-sa-route/chacun-sa-route-20-aout-2020
  16. Michel L’Hour, « Donner à visiter un cuirassé dans les abysses : le « Projet Danton » », In Situ, Revue des Patrimoines,‎ (lire en ligne)
  17. Émission "Les Nouvelles Vagues" du 10 juin 2015, France Culture, "La Méditerranée (3/5) : Des sous-marins et des épaves". https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-vagues/la-mediterranee-35-des-sous-marins-et-des-epaves
  18. « A la recherche de la Cordelière, navire mythique perdu au large de Brest »,
  19. Viviane Thivent, « Un premier robot archéologue sous-marin », sur lemonde.fr,
  20. Vahé Ter Minassian, « Archéologie: un robot humanoïde à la conquête des abysses », sur lemonde.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]