Kermorvan (DF P2)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kermorvan (DF P2)
Image illustrative de l’article Kermorvan (DF P2)
Le Kermorvan à quai à Concarneau
Type patrouilleur garde-côtes
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Chantier naval Socarenam Boulogne-sur-Mer
Lancement
Statut en service
Équipage
Équipage 17 hommes d'équipage (22 max.)
Caractéristiques techniques
Longueur 43,4 m
Maître-bau m
Tirant d'eau 2,60 m
Déplacement 412 tonnes
Propulsion 2 moteurs diesels Caterpillar3516 BHD
Puissance 2 x 2 500 cv
Vitesse 18 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
  • 2 mitrailleuses de 12,7 mm
  • 2 mitrailleuses de 7,62 mm
Rayon d'action 3 300 milles à 12 nœuds
Aéronefs non
Carrière
Port d'attache Brest

Le Kermorvan (DF P2) est un patrouilleur des Garde-Côtes des douanes françaises. Lancé en 2008, c'est le sistership du Jacques Oudart Fourmentin (DF P1).

Conception[modifier | modifier le code]

Dans une volonté d’augmenter ses moyens et rajeunir sa flotte, les douanes françaises lancent un appel d’offres européen pour la construction de deux nouveaux patrouilleurs qui doivent permettre la réalisation de missions en mer plus longues et plus fréquentes. Le 23 janvier 2006, le contrat de construction de deux nouveaux patrouilleurs garde-côtes des douanes, destinés à la surveillance maritime des côtes françaises est signé avec la société Socarenam de Boulogne-sur-Mer qui a remporté l’appel d'offres[1].

Les deux navires doivent répondre à des conditions de mer souvent difficiles en Manche et dans l’Atlantique et garantir une présence à la mer de 300 jours par an sur des missions de six jours contre deux jours au maximum pour les anciennes vedettes[1]. Pour ce faire, le Kermorvan (DF P2) comme son sistership le Jacques Oudart Fourmentin (DF P1), possède un système antiroulis permettant la mise à l’eau en toute sécurité de leurs deux annexes. Une de ces annexes, un Hurricane H920-10, long de 10 mètres, bénéficie d’une grande autonomie, étudiée pour lui permettre d’atteindre la distance limite de suivi par le radar du patrouilleur. Le patrouilleur possède aussi de nombreux équipements embarqués tels que des moyens de vision nocturne, de détection (deux radars de navigation), vidéo-endoscopes, densimètres, etc[2].

Le premier des deux nouveaux patrouilleurs Jacques Oudart Fourmentin (DF P1) est lancé en février 2007. Le Kermorvan (DF P2) est lancé en janvier 2008. Ce dernier porte le nom du phare de Kermorvan dans le Finistère, le phare à terre le plus occidental de France[3]. Dépendant de la direction régionale des garde-côtes (DRGC) de Nantes, le Kermorvan (DF P2) est basé à Brest, son port d'attache actuel et sa zone d'action se situe sur la façade atlantique.

Histoire et Service[modifier | modifier le code]

Centrée sur sa base de Brest, sa zone de patrouille s’étend sur la façade atlantique jusqu’à 24 milles des côtes françaises. Le navire porte sur sa proue le marquage AEM (Action de l'État en Mer)[4], les trois bandes inclinées bleu, blanc, rouge. Ses missions principales sont :

  • La lutte contre la fraude douanière par voie maritime (en particulier le trafic de stupéfiants)
  • La contribution à l'action interministérielle de l'État en mer (la lutte contre la pollution marine, le contrôle en mer de la pêche, la sécurité en mer et la police de la navigation)
  • La contribution à la lutte contre le trafic maritime des migrants (l’immigration illégale)

Dans le cadre de ses missions, le patrouilleur et ses hommes ont permis, dans la nuit du 27 au 28 août 2011, la saisie de 1,3 tonne de résine de cannabis à Brest. La saisie a été effectuée sur un voilier battant pavillon du Danemark en provenance des îles Canaries. La valeur estimée de la marchandise est de plus de 6 millions d’euros[5].

En octobre 2012, le groupe Piriou de Concarneau remporte l'appel d'offres de la DGDDI (Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) afin d'assurer le maintien en condition opérationnelle (MCO) du navire. Le contrat comprend les opérations programmées comme le carénage et la maintenance générale mais également des opérations non programmées, comme les réparations à la suite d'avaries[6]. Le navire subit son premier programme de maintenance à l'automne 2013 dans le port de Concarneau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Inauguration des Patrouilleurs garde-côte par Eric Woerth - Dossier de presse., Direction générale des douanes et droits indirects, 20 mars 2008, p. 6.
  2. « Douane : A la découverte du patrouilleur Kermorvan », sur meretmarine.com, (consulté le 24 novembre 2016)
  3. Inauguration des Patrouilleurs garde-côte par Eric Woerth - Dossier de presse., Direction général des douanes et droits indirects, 20 mars 2008, p. 10.
  4. « Les marquages Service Public sur les bâtiments de la Marine », sur netmarine.net, (consulté le 24 novembre 2016)
  5. « Admission temporaire de marchandises », sur douane.gouv.fr, (consulté le 24 novembre 2016)
  6. « Piriou va assurer le MCO du patrouilleur Kermorvan de la Douane », sur meretmarine.com, (consulté le 24 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]