Coronavirus humain OC43

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

HCoV-OC43

Le coronavirus humain OC43[2] (sigle HCoV-OC43) est un membre de l'espèce Betacoronavirus 1, dans le genre Betacoronavirus, qui infecte les humains et les bovins[3]. Son ancêtre pourrait être un coronavirus « bovin » ayant par mutation acquis une aptitude à infecter l'Homme, et d'après les études d'horloge moléculaire cette émergence serait relativement récente, leur ancêtre commun le plus récent étant daté de 1890 environ[4].

Il s'agit d'un virus à ARN simple brin enveloppé, de sens positif, grossièrement sphérique et de grande taille pour un virus (de 120 à 160 nm), coiffé et polyadénylé et encapsidé dans une nucléocapside hélicoïdale[4]. Il pénètre dans sa cellule hôte en se liant au récepteur de l'acide N-acétyl-9-O-acétylneuraminique[5].

HCoV-OC43 est l'un des six coronavirus humains qui incluent HCoV-229E, HCoV-NL63, HCoV-HKU1, MERS-CoV et SARSr-CoV (SARS-CoV-1 et SARS-CoV-2). Il possède, comme d'autres membre du sous-genre Embecovirus dans le genre Betacoronavirus, une protéine de surface en forme de pointe (12 à 24 nm de long) et une autre protéine de surface, plus courte, dite hémagglutinine estérase (HE)[6].

Virologie[modifier | modifier le code]

Quatre génotypes de HCoV-OC43 (A à D) ont été identifiés, dont le génotype D qui provient très probablement d'une recombinaison génétique[7]. Le génome des coronavirus est d'environ 30 kb (ex : 30 738 nucléotides de la souche prototype HCoV-OC43 (ATCC VR759)[4].

Avec HCoV-229E, une espèce du genre Alphacoronavirus, HCoV-OC43 est parmi les virus connus qui sont responsables du rhume commun[7],[8]. Les deux virus peuvent provoquer de graves infections des voies respiratoires inférieures, notamment une pneumonie chez les nourrissons, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées telles que celles qui subissent une chimiothérapie et celles atteintes du VIH-sida[9],[10],[11].

Sur le modèle animal murin (souris de laboratoire), on a montré que la souche OC43 (HCoV-OC43) est neurovirulente (c'est à dire qu'elle peut aussi infecter les neurones) et qu'elle peut donc affecter le système nerveux central (ou SNC)[12],[13],[14],[15],[16],[17].

Comme pour les autres coronavirus, la protéine d'enveloppe (E) est un facteur de virulence (elle intervient pour la morphogénèse, l’assemblage du virus par la machinerie interne des cellules de l'hôte infectées, la production de particules infectieuses (virions) et dans la pathogénèse. Son importance serait liée à la présence d’un domaine transmembranaire formant des canaux ioniques, mais aussi à un motif d’interaction protéique, deux sujet récemment étudiés en contexte d’infection de neurones. Cette protéine E « est un facteur essentiel pour une production et une propagation virale efficace en cellules épithéliales, neuronales, ainsi que dans le SNC de souris, et qu’elle est essentielle pour la neuropathologie »[12].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Les coronavirus ont une distribution mondiale, causant 10 à 15% des cas de rhume commun. Les infections présentent un schéma saisonnier, la plupart des cas se produisant pendant les mois d'hiver[18],[19],[20].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Taxonomy of viruses », ICTV.
  2. (en) Paul Lee, « Molecular epidemiology of human coronavirus OC43 in Hong Kong », Thesis, The University of Hong Kong,‎ (DOI 10.5353/th_b4501128, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  3. (en) Yvonne Lim, Yan Ng, James Tam et Ding Liu, « Human Coronaviruses: A Review of Virus–Host Interactions », Diseases, vol. 4, no 4,‎ , p. 26 (ISSN 2079-9721, PMID 28933406, PMCID PMC5456285, DOI 10.3390/diseases4030026, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  4. a b et c (en) Leen Vijgen, Els Keyaerts, Elien Moës et Inge Thoelen, « Complete Genomic Sequence of Human Coronavirus OC43: Molecular Clock Analysis Suggests a Relatively Recent Zoonotic Coronavirus Transmission Event », Journal of Virology, vol. 79, no 3,‎ , p. 1595–1604 (ISSN 0022-538X et 1098-5514, PMID 15650185, PMCID PMC544107, DOI 10.1128/JVI.79.3.1595-1604.2005, lire en ligne, consulté le 16 mai 2020)
  5. (en) Fang Li, « Structure, Function, and Evolution of Coronavirus Spike Proteins », Annual Review of Virology, vol. 3, no 1,‎ , p. 237–261 (ISSN 2327-056X et 2327-0578, PMID 27578435, PMCID PMC5457962, DOI 10.1146/annurev-virology-110615-042301, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  6. (en) Patrick C. Y. Woo, Yi Huang, Susanna K. P. Lau et Kwok-Yung Yuen, « Coronavirus Genomics and Bioinformatics Analysis », Viruses, vol. 2, no 8,‎ , p. 1804–1820 (ISSN 1999-4915, PMID 21994708, PMCID PMC3185738, DOI 10.3390/v2081803, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  7. a et b (en) S. K. P. Lau, P. Lee, A. K. L. Tsang et C. C. Y. Yip, « Molecular Epidemiology of Human Coronavirus OC43 Reveals Evolution of Different Genotypes over Time and Recent Emergence of a Novel Genotype due to Natural Recombination », Journal of Virology, vol. 85, no 21,‎ , p. 11325–11337 (ISSN 0022-538X, PMID 21849456, PMCID PMC3194943, DOI 10.1128/JVI.05512-11, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  8. (en) E. R. Gaunt, A. Hardie, E. C. J. Claas et P. Simmonds, « Epidemiology and Clinical Presentations of the Four Human Coronaviruses 229E, HKU1, NL63, and OC43 Detected over 3 Years Using a Novel Multiplex Real-Time PCR Method », Journal of Clinical Microbiology, vol. 48, no 8,‎ , p. 2940–2947 (ISSN 0095-1137, PMID 20554810, PMCID PMC2916580, DOI 10.1128/JCM.00636-10, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  9. (en) Brigitte A. Wevers et Lia van der Hoek, « Recently Discovered Human Coronaviruses », Clinics in Laboratory Medicine, vol. 29, no 4,‎ , p. 715–724 (PMID 19892230, PMCID PMC7131583, DOI 10.1016/j.cll.2009.07.007, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  10. Murray, Patrick R. et Baron, Ellen Jo., Manual of clinical microbiology, ASM Press, (ISBN 1-55581-371-2 et 978-1-55581-371-0, OCLC 63195972, lire en ligne)
  11. (en) K. Pyrc et B. Berkhout and L. van der Hoek, « Antiviral Strategies Against Human Coronaviruses », sur Infectious Disorders - Drug Targets, (DOI 10.2174/187152607780090757, consulté le 4 mai 2020)
  12. a et b Dubois G (2018) Coronavirus humain OC43, neurovirulence et neuropropagation : Importance de sa protéine d’enveloppe (Doctoral dissertation, Université du Québec, Institut national de la recherche scientifique).
  13. (en) E. Brison, H. Jacomy, M. Desforges et P. J. Talbot, « Novel Treatment with Neuroprotective and Antiviral Properties against a Neuroinvasive Human Respiratory Virus », Journal of Virology, vol. 88, no 3,‎ , p. 1548–1563 (ISSN 0022-538X, PMID 24227863, PMCID PMC3911624, DOI 10.1128/JVI.02972-13, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  14. (en) E. Brison, H. Jacomy, M. Desforges et P. J. Talbot, « Glutamate Excitotoxicity Is Involved in the Induction of Paralysis in Mice after Infection by a Human Coronavirus with a Single Point Mutation in Its Spike Protein », Journal of Virology, vol. 85, no 23,‎ , p. 12464–12473 (ISSN 0022-538X, PMID 21957311, PMCID PMC3209392, DOI 10.1128/JVI.05576-11, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  15. (en) Hélène Jacomy, Gabriela Fragoso, Guillermina Almazan et Walter E. Mushynski, « Human coronavirus OC43 infection induces chronic encephalitis leading to disabilities in BALB/C mice », Virology, vol. 349, no 2,‎ , p. 335–346 (PMID 16527322, PMCID PMC7111850, DOI 10.1016/j.virol.2006.01.049, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  16. (en) Hélène Jacomy, Julien R St-Jean, Élodie Brison et Gabriel Marceau, « Mutations in the spike glycoprotein of human coronavirus OC43 modulate disease in BALB/c mice from encephalitis to flaccid paralysis and demyelination », Journal of Neurovirology, vol. 16, no 4,‎ , p. 279–293 (ISSN 1355-0284 et 1538-2443, PMID 20642316, PMCID PMC7095228, DOI 10.3109/13550284.2010.497806, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  17. (en) Hélène Jacomy et Pierre J Talbot, « Vacuolating encephalitis in mice infected by human coronavirus OC43 », Virology, vol. 315, no 1,‎ , p. 20–33 (PMID 14592756, PMCID PMC7126296, DOI 10.1016/S0042-6822(03)00323-4, lire en ligne, consulté le 17 mai 2020)
  18. Lia van der Hoek, « Human coronaviruses: what do they cause? », Antiviral Therapy, vol. 12, no 4 Pt B,‎ , p. 651–658 (ISSN 1359-6535, PMID 17944272, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  19. (en) Dennis Wat, « The common cold: a review of the literature », European Journal of Internal Medicine, vol. 15, no 2,‎ , p. 79–88 (PMID 15172021, PMCID PMC7125703, DOI 10.1016/j.ejim.2004.01.006, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  20. (en) Stephen M. Kissler, Christine Tedijanto, Edward Goldstein et Yonatan H. Grad, « Projecting the transmission dynamics of SARS-CoV-2 through the postpandemic period », Science,‎ , eabb5793 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 32291278, PMCID PMC7164482, DOI 10.1126/science.abb5793, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]