Siculo-arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le siculo-arabe est un ensemble de parlers dialectaux de l'arabe, qui se sont formés à la suite de la conquête berbéro-arabe de la Sicile et de l'archipel maltais. Ces parlers étaient plus ou moins homogènes et mutuellement intelligibles.

Composition[modifier | modifier le code]

  • Arabe maltais. À la différence de la Sicile, l'archipel maltais est resté à l'écart de la romanisation, et la présence arabe durant quatre siècles[1] a permis de poser les bases de la langue maltaise. L'arabe maltais s'est transformé, à l'écart des autres dialectes arabes, et il a pris un 60 % de son vocabulaire du sicilien et de l'italien. Le maltais reste aujourd'hui la seule langue vivante représentative de la famille des dialectes siculo-arabes.

Quelques mots siculo-arabes[modifier | modifier le code]

Siculo-arabe Français
Babbaluciu Escargot (arabe maghrébin : babbush)
Caponata Caponata
Cassata Gâteau
Gebbia Citerne
Giuggiulena Graine de sésame (arabe maghrébin : zinjlan)
Saia Canal (arabe : sqaya/saqya)
Tanura Four
Zaffarana Safran
Zagara Fleur
Zibbibbu Raisins secs (arabe : Zabîb)
Zuccu Tronc
Bizeffe Beaucoup (arabe maghrébin : bi-z-zâf : avec exagération, c'est-à-dire : beaucoup)
  • Dijina "religion"
  • Itriyya "vermicelles" donnera le mot sicilien tria, "macaroni".
  • Khaddam "laquais, domestique, valet".
  • M'dina "la ville"
  • Qabâ' "tunique" donnera le mot sicilien cabbanu, "vareuse".
  • Zabad "mousse d'eau ou d'un autre liquide"

De ce dialecte sont nés en sicilien des mots qu'on ne peut comprendre que par le biais de l'arabe. En voici quelques exemples :

  • Gaddemi "celui qui administre le bois à la chaudière pour cuire le ricotta" terme méprisant qui vient du siculo-arabe khaddam, "laquais, domestique, valet", proche de l'arabe libyen khadem, servante ou l'arabe égyptien khadam, servir.
  • Santudina ! Interjection typiquement sicilienne, se traduit par « Sainte religion ! »,le terme qui nous intéresse dans ce mot est le -dina ou -dena, il semble venir d'un terme siculo-arabe dina dérivé de l'arabe dinn : loi/religion.
  • zabbina (le « z » se prononçant « ds », écrit autrefois zabina) « polenta », peut-être dérivé du mot sicilien zabbatina ,« mousse que l'on obtient en faisant bouillir la ricotta » qui lui-même vient du siculo-arabe zabad, « mousse d'eau ou d'un autre liquide » ou de giabbân, « fromage » (jubn en arabe classique). Est-il à rapprocher du verbe jiabanna, "cailler,coaguler" mentionné par Dozy (Suppléments aux dictionnaires arabes, Leyde, Brill,1877,I p.172)ou le terme halib muggiaban, "lait (caillé sans feu)? Après tout ne trouvons nous pas en arabe libyen jébna "lait caillé" et en égyptien gibna, « fromage » ?

Quelques toponymes siculo-arabes[modifier | modifier le code]

  • Alcamo qui vient de Manzil alqama - "Station des Melons toxiques"? ou "Station des Fleurs de lotus"
  • Calatafimi qui vient de Kalt-al-Fimi, "Château d'Eufème"
  • Marsala, qui vient de Marsa Allah - "Le Port d'Allâh" (Le Port de Dieu).
  • Regaleali qui vient de Rahal Ali - "La Ferme d'Ali".

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les juifs furent expulsés de Malte en 1492 par Ferdinand II d'Aragon(J. Godechot (1970) p. 30

Références[modifier | modifier le code]

  1. J. Godechot (1970) p. 25.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jacques Godechot (1970) Histoire de Malte, coll. Que sais-je ? n° 509, PUF - Presses Universitaires de France, Paris

Liens internes[modifier | modifier le code]