Corinne Erhel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Corinne Erhel
Corinne Erhel en juin 2012.
Corinne Erhel en juin 2012.
Fonctions
Députée de la 5e circonscription des Côtes-d'Armor
En fonction depuis le
Législature XIIIe, XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Alain Gouriou
Conseillère régionale de Bretagne
En fonction depuis le
Réélection
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Quimper (Finistère)
Parti politique PS
Diplômée de IHEDREA
Profession Assistante technique / collaboratrice parlementaire

Corinne Erhel est une femme politique française, née le 3 février 1967 à Quimper (Finistère).

Elle est membre du Parti socialiste depuis 1997.

En 2007, elle est élue députée de la cinquième circonscription des Côtes-d'Armor pour la XIIIe législature (2007-2012). Elle est réélue pour un second mandat en 2012 avec près de 64% des voix (39 319 électeurs)[1].

Elle est la tête de liste costarmoricaine de la liste La Bretagne avec Jean-Yves Le Drian[2] pour les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015, élue avec 49,86% des voix au second tour[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée de l'Institut des hautes études de droit rural et d'économie agricole (IHEDREA), avec une spécialisation en aménagement du territoire[4], elle devient, en 1990, assistante technique Charte Intercommunale d’Aménagement et de Développement du Trégor Rural, une des neuf provinces historiques de Bretagne (il comprend la partie ouest du département des Côtes-d'Armor).

En 1997, elle devient collaboratrice parlementaire d'Alain Gouriou, député-maire de Lannion (Côtes-d'Armor).

En 2004, elle est élue conseillère régionale de Bretagne. En 2006, Alain Gouriou annonce officiellement qu'il ne se représentera pas pour les élections législatives. Corinne Erhel brigue alors l'investiture du Parti Socialiste.

Elle a été élue députée le 17 juin 2007, pour la XIIIe législature (2007-2012), dans la 5e circonscription des Côtes-d'Armor en battant, au deuxième tour, Marie-Dominique Furet (UMP) avec 56,08 % des suffrages.

Dans la foulée de son élection de 2007, elle confirme qu'elle ira au bout de son mandat de conseillère régionale, mais que, conformément aux engagements qu'elle avait pris et au principe de non-cumul des mandats, elle ne se représentera pas et ne briguera pas d'autres mandats, préférant se consacrer à son mandat de députée. Elle figure néanmoins en 12ème position sur la liste de gauche lors des élections régionales de 2010 dans les Côtes-d'Armor. Celle-ci remporte 11 sièges, mais Corinne Erhel est élue en raison du décès de Jacqueline Chevé pendant la campagne électorale, au titre de la suivante de liste. Elle est ainsi réélue conseillère régionale de Bretagne.

À l'Assemblée nationale, elle siège au sein du groupe « Socialiste, radical et citoyen », dont elle fait partie du bureau. Elle est membre de la commission des affaires économiques[5].

Elle suit particulièrement les sujets liés au numérique, enjeu sociétal, territorial, économique et industriel majeur. À ce titre, elle est l’auteure de nombreux rapports d’information sur le sujet. Un premier dès avril 2008, co-écrit avec Jean Dionis du Séjour sur la mise en application de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique[6]. Puis, en avril 2011, un deuxième rapport, co-écrit avec Laure de La Raudière, sur la neutralité de l’internet et des réseaux[7] ainsi qu’un autre en  décembre 2011 sur la mise en application de la loi relative à la lutte contre la fracture numérique[8].

En février 2013, elle a rendu les conclusions de la mission d’information sur l’impact de la régulation des télécoms sur la filière télécom[9], dont elle était co-rapporteure.

Elle a été en octobre 2013 rapporteure de la proposition de résolution européenne sur la stratégie numérique de l’Union européenne[10] pour la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale.

Elle a présenté en mai 2014 les conclusions[11] d’une nouvelle mission d’information avec Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir, sur le développement de l’économie numérique française[12].

Vice-présidente de la commission spéciale en charge de l’examen du projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, elle  enrichit le texte de multiples dispositions relatives aux télécoms et au numérique[13].

Corinne Erhel a également été nommée en novembre 2015 rapporteure pour avis par la commission des Affaires économiques sur le projet de loi pour une République numérique[14].  Elle rend son avis[15] en janvier 2016 en insistant sur la nécessité de préserver l’équilibre entre confiance des utilisateurs, soutien fort à l’innovation et capacité à saisir les opportunités économiques.

Elle est également depuis 2012 rapporteure pour avis du budget communications électroniques et économie numérique pour le projet de loi de Finances[16].

En février 2009, Corinne Erhel affirme son opposition à l'entrée d'un nouvel opérateur mobile sur le marché français[17] qui pourrait, selon elle, déstabiliser la concurrence en place[4] et laisser moins de fréquence aux trois actuels opérateurs pour le développement de la couverture 3G.

Elle s’oppose depuis janvier 2012 au projet d’extraction de sable en baie de Lannion - Côte de Granit rose. Elle interpelle régulièrement les pouvoirs publics sur ses conséquences pour la biodiversité et le littoral, les risques de conflits d’usage ainsi que l’impact pour l'emploi et l’activité économique tant en mer qu’à terre. Elle a d’ailleurs recueilli en juin 2014 l’opposition de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, à ce projet.

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats actuels[modifier | modifier le code]

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

  • ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lemonde.fr/resultats-elections-legislatives/5eme-circonscription-des-cotes-d-armor/
  2. (fr) « Régionales. Corinne Erhel, tête de liste socialiste des Côtes-d’Armor », sur Ouest-France.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  3. (fr) « Résultats Departementales 2015 sur lemonde.fr », sur Le Monde.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  4. a et b Blog de Corinne Erhel
  5. http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=/14/tribun/xml/xml/organes/419610.xml
  6. « Rapport d'information sur la mise en application de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique. », sur Site de l'Assemblée nationale
  7. « Rapport d'information sur la neutralité de l'internet et ldes réseaux », sur Site de l'Assemblée nationale
  8. « Rapport d'information sur la mise en application de la loi relative à la lutte contre la fracture numérique », sur Site de l'Assemblée nationale
  9. « Rapport d'information sur l'impact de la régulation des télécoms sur la filière télécom », sur Site de l'Assemblée nationale
  10. « Rapport d'information sur la proposition de résolution européenne sur la stratégie numérique de l’Union européenne », sur Site de l'Assemblée nationale
  11. « Des parlementaires alertent sur le retard du développement de l’économie numérique », sur Les Echos,‎
  12. « Rapport d'information "Agir pour une France numérique" », sur Site de l'Assemblée nationale
  13. « Le quart d'heure télécom de la loi Macron », sur Contexte (consulté le 20 janvier 2016)
  14. « Assemblée nationale ~ Compte rendu de réunion de la commission des affaires économiques », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  15. « N° 3391 - Avis de Mme Corinne Erhel sur le projet de loi , après engagement de la procédure accélérée, pour une République numérique (n°3318) », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 20 janvier 2016)
  16. « Rapport budgétaire PLF 2014 - Communications électroniques et économie numérique », sur Site de l'Assemblée nationale
  17. Vidéo dailymotion

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]