Condillac (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Condillac
Condillac (Drôme)
Château de Condillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Montélimar-Agglomération
Maire
Mandat
Jacky Goutin
2020-2026
Code postal 26740
Code commune 26102
Démographie
Gentilé Condillacois
Population
municipale
139 hab. (2017 en diminution de 0,71 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 18″ nord, 4° 48′ 48″ est
Altitude Min. 150 m
Max. 576 m
Superficie 9,57 km2
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Condillac
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Condillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condillac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condillac

Condillac est une commune française, située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mirmande Rose des vents
La Coucourde N Marsanne
O    Condillac    E
S
Savasse Sauzet La Laupie

Condillac est situé à 12 km au nord de Montélimar et à 6 km de Marsanne. Les communes les plus proches sont les Tourrettes, La Coucourde, Sauzet et Savasse.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par plusieurs ruisseaux, dont le Blomard[1] et le Leyne[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[4] :

  • 1360 : Castrum de Condilaco, Castrum et territorium de Condilhaco, Valentinensis diocesis (cartulaire de Montélimar, 157).
  • 1397 : Condiliaco (Columbi : De reb. épisc. Valent., 137).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : Capella de Condilhano (pouillé de Valence).
  • 1509 : mention de l'église Saint-Pierre : Ecclesia Sancti Petri Condilhacii (visites épiscopales).
  • 1548 : Condilhat (terrier de l'évêché de Valence).
  • 1549 : Condilhacum (terrier de l'évêché de Valence).
  • 1595 : Condilhas, Condilhac (rôle de tailles).
  • 1891 : Condillac, commune du canton de Marsanne.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie :

  • Terre appartenant aux abbés de Cruas (Ardèche)[4].
  • Elle passe aux Adhémar[4].
  • 1360 : acquise par les évêques de Valence[4].
  • 1451 : inféodée aux Plovier[4].
  • 1453 : vendue aux Prion (ou Priam)[4].
  • 1592 : passe (par alliance) aux Forez[4].
  • début XVIIe siècle : passe (par alliance) aux Armand, derniers seigneurs[4].

1773 (démographie) : 39 familles (150 personnes)[4].

Avant 1790, Condillac était une communauté de l'élection, subdélégation et bailliage de Valence, formant une paroisse du diocèse de Valence, dont l'église, rebâtie en 1686, était dédiée à saint Pierre. La cure était de la collation de l'évêque diocésain, et les dîmes appartenaient au prieur des Tourettes[4].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Comprise en 1790 dans le canton de Sauzet, cette commune a été attribuée à celui de Marsanne dans la réorganisation de l'an VIII[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Comtesse Françoise d'Andigné    
mars 2001 En cours
(au 23 janvier 2015)
Raymond Burel[5] DVD Retraité

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2017, la commune comptait 139 habitants[Note 1], en diminution de 0,71 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
175183189218195216191173182
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
195185180187195214172158148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1411361301141031019697106
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
98938688124133145142141
2017 - - - - - - - -
139--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : lavandin, céréales[3].

Industrie[modifier | modifier le code]

En 1845, une source d'eau gazeuse été découverte dans le lit de la rivière le Leyne. Cette eau a été commercialisée, sous le nom de « La Reine des eaux de table », jusqu'en 1978[10].

  • En 1992, cette source minérale semble être toujours exploitée (hépatiques)[3].

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Chasse et pêche[3].
  • Fête votive : premier week-end d'août[3].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Condillac : donjon quadrangulaire du XIe siècle masqué par les ajouts des XVIe et XVIIe siècles, restauré au XIXe siècle (propriété privée appartenant à la même famille depuis 1450 et qui ne se visite pas)[réf. nécessaire].
    • Château du XIe siècle, remanié aux XVIe et XVIIIe siècles : fresques (classées C)[3].
  • Église Saint-Pierre-aux-Liens[réf. nécessaire].
  • Chapelle désaffectée (XIIe siècle[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les Andigné puis les Couëdic de Kerérant[réf. nécessaire][modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. le Blomard sur le site du SANDRE
  2. le Leyne sur le site du SANDRE
  3. a b c d e f g h i j et k Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Condillac
  4. a b c d e f g h i j et k J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 109
  5. Condillac sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 23 janvier 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. eau gazeuse

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]