Clovis Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vincent.
Clovis Vincent
Portrait de Clovis Vincent

légende de l'image

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à IngréVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
à ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Neuroscientifique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur‎ (d) et médaille militaireVoir et modifier les données sur Wikidata

Clovis Julien Désiré Vincent, né le à Ingré (Loiret) et mort le à Paris, est un neurologue et neurochirurgien français. Il a été avec Thierry de Martel (1875-1940) l'un des fondateurs de la neurochirurgie en France[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de médecins, Clovis Vincent est admis à l'Internat des hôpitaux de Paris en 1903 et en gagnera la Médaille d'Or en 1909. Élève du professeur Fulgence Raymond, le successeur de Jean Martin Charcot, et d'Achille Souques, il a la plus grande admiration pour Joseph Babinski dont il reprendra la notion de pithiatisme pour désigner les troubles fonctionnels sans lésions organiques. En 1910, il soutient sa thèse de doctorat sur les méningites chroniques syphilitiques devant les professeurs Anatole Chauffard, André Broca et Henri Claude en 1910. Il devient médecin des hôpitaux de Paris en 1913.

La Grande guerre[modifier | modifier le code]

En août 1914, lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il est médecin aide-major de 2e classe dans un corps de brancardier divisionnaire affecté au 46e régiment d'infanterie. Fin février 1915, il participe à la bataille de Vauquois. « Officier admirable et admiré de tous », Il reçoit la Légion d'honneur à titre militaire[2] et la médaille militaire en 1915.

Le torpillage des poilus[modifier | modifier le code]

En novembre 1915, il est nommé médecin-chef du Centre neurologique de la 9e région militaire, installé dans les bâtiments du lycée Descartes à Tours.

Les soldats frappés d'obusite, souffrant de ce que l'on nomme aujourd'hui de trouble de stress post-traumatique, étaient, selon la terminologie de Babinsky, qualifiés de « pithiatiques »[3] : sans aucune lésion organique, les paralytiques et les plicaturés n'étaient que des simulateurs qui s'ignoraient. Pour les soigner, Clovis Vincent met au point un « traitement faradique », plus communément appelé « torpillage »[4] : « Le mot torpillage n'a pas été trouvé par moi », écrit-il en 1916, « ce sont les premiers poilus que j'ai traités et guéris [...] qui ont dit : « Ça vous retourne comme une torpille ». Le mot lancé par eux s'est transmis ensuite de poilus à poilus. »[5] Des chocs électriques de 60 milliampères, mais pouvant aller jusqu'à 100 mA, sont infligés aux soldats plicaturés. Cette pratique, qui sera plus tard qualifiée de « torture »[6], aura beaucoup de succès auprès des autorités militaires qui souhaitent la généraliser dans tous les autres centres : seuls les centres neurologiques de Lyon et de Montpellier, respectivement dirigés par les docteurs Paul Auguste Sollier et Joseph Grasset, refuseront de l'employer. Afin de montrer l'efficacité de la méthode, la Section photographique et cinématographique des armées (SPCA) tournera un film intitulé : Les progrès de la science française au profit des victimes de la guerre, une grande découverte du docteur Vincent[7].

L'affaire du zouave Deschamps[modifier | modifier le code]

Le 27 mai 1916, lors d'une séance de « torpillage », le zouave Baptiste Deschamps[8] frappe à plusieurs reprises Clovis Vincent et lui fracture le nez[9]. Clovis Vincent réplique et passe à tabac le soldat : cet épisode lui vaudra le surnom de « médecin-boxeur ». Il s'ensuit un procès retentissant, convoqué le 1er août 1916 au conseil de guerre de Tours, que la presse relate en ces termes : « Un soldat peut-il refuser de se faire soigner ? »[10]. L'avocat Paul Meunier défend Deschamps. Le docteur Eugène Doyen témoigne contre la pratique du torpillage. Baptiste Deschamps est finalement condamné à six mois de prison avec sursis. Toutefois, dans son jugement, le tribunal précise que « M. Clovis Vincent a eu tort de torpiller Deschamps par la violence ». Paul Meunier est satisfait : « On peut être tranquille maintenant ; Deschamps ne sera pas torpillé, et nul autre blessé, grâce à lui, ne sera plus jamais torpillé, au moins contre sa volonté »[11]. Désavoué, Clovis Vincent demande à retourner sur le front : il sera affecté, comme médecin-chef, au 44e bataillon de chasseurs à pied, puis dans le 98e régiment d'infanterie et participera à la bataille de la cote 304 et celle du Mort-Homme en août 1917.

En 1928, dans un texte célébrant le cinquantenaire de l'hystérie[12], André Breton évoquera cette affaire : « Où sont les zouaves torpillés par le Raymond Roussel de la science, Clovis Vincent ? »

La neurochirurgie[modifier | modifier le code]

En 1927, il se rend à Boston avec Thierry de Martel afin de rencontrer Harvey Cushing, pionnier de la neurochirurgie. Le professeur Cushing affirmera plus tard, en parlant de Clovis Vincent, « avoir vu opérer le meilleur neurochirurgien du monde »[13].

En 1933, il fonde le Centre neurochirurgical de La Pitié-Salpêtrière.

Le 19 décembre 1937, le professeur Clovis Vincent tente à Paris une intervention chirurgicale sur le cerveau de Maurice Ravel dans l'hypothèse d'une atteinte tumorale[14],[15]. Le compositeur se réveilla un court moment après l’intervention, puis plongea définitivement dans le coma.

La Résistance[modifier | modifier le code]

Le , lors de l'entrée des troupes allemandes dans Paris, tandis que son ancien collaborateur Thierry de Martel se suicide, « il descend dans la rue le fusil à la main. »[16].

À partir de 1942, avec Robert Debré et Paul Milliez, il collabore à la mise en place du Comité médical de la Résistance (CMR)[17] qui sera présidé par le professeur Louis Pasteur Vallery-Radot[18].

Clovis Vincent est le parrain de l'historienne et psychanalyste Élisabeth Roudinesco[19] : sa mère Jenny Roudinesco, membre du Comité médical de la Résistance, avait notamment été son interne.

Citation[modifier | modifier le code]

  • « La neurochirurgie, ce n'est pas seulement l'art d'enlever les tumeurs du cerveau, mais c'est le moyen d'apprendre d'une façon précise les fonctions du cerveau humain ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Baudoin, « Les nouveaux Professeurs. Le Professeur Clovis Vincent », dans Paris médical : la semaine du clinicien, 18 février 1939, no 112, p. 113-114, texte intégral.
  • Jaques Philippon, « Histoire de la Neurochirurgie à la Pitié Salpêtrière », Histoire des sciences médicales, vol. 31, no 97,‎ , p. 173-180 (lire en ligne).
  • (en) Percival Bailey, « Professor Clovis Vincent (1879-1947) », Archives of Neurology and Psychiatry,‎ , p. 74-78 (lire en ligne).
  • Henri Giroire, Clovis Vincent 1879-1947, Perrin, , 195 p..
  • Jacques Poirier, Le torpillage des poilus par Clovis Vincent, médecin des Hôpitaux de Paris, 149-168 p. (lire en ligne).
  • Jean-Yves Le Naour, Les soldats de la honte, Perrin (Paris), 2012.
  • Musée de l'AP-HP, Reportage de photographies stéréoscopiques, prises par Clovis Vincent en 1916 durant la Grande Guerre, Œuvre du mois, septembre 2016 (PDF). (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.T.F. Catmaran, « Biographie du docteur Clovis Vincent », Bibliothèque de l'Académie nationale de médecine (consulté le 12 août 2011).
  2. a et b « Cote LH/2710/23 »
  3. Pierre Darmon : « Des suppliciés oubliés de la Grande Guerre : les pithiatiques », in Histoire, économie et société, 2001, 20e année, n°1. pp. 49-64,Texte intégral.
  4. Pierre Darmon, « Des suppliciés oubliés de la Grande Guerre : les pithiatiques », Histoire, économie et société, vol. 20, no 20-1,‎ , p. 49-64 (lire en ligne).
  5. Clovis Vincent, « Le traitement des phénomènes hystériques par la "rééducation intensive" », Archives d'électricité médicale, no 411,‎ (lire en ligne).
  6. « En 1916, le médecin-chef du centre neurologique de Tours, Clovis Vincent, va plus loin que la simple « persuasion » et prône la violence comme méthode de guérison. Le « torpillage », qui consiste à injecter des doses massives d’électricité aux malades, est revendiqué comme le traitement le plus efficace et le plus rapide pour renvoyer au front. », dans Speaker Icon.svg L'Esprit public du 25.08.2013, « Violences de la Grande Guerre », avec Jean-Yves Le Naour, Émission audible en ligne.
  7. Catalogue ECPAD Réf : 14.18 A 900 - Noir et blanc, muet, durée : 14 min 34 s.
  8. Baptiste DESCHAMPS, né à Smarves en 1881. De 1902 à 1905, il effectue son service militaire dans le 1er régiment de zouaves en Algérie. En avril 1914, il est réaffecté dans le même régiment, il est blessé le 12 novembre à Reminghe (Belgique). Le 3 août 1916, il est condamné à six mois de prison avec sursis pour "voies de fait envers un supérieur". Ce n'est qu'en 1926 qu'il recevra une pension d'invalidité à 100% pour « impotence presqu'absolue des membres inférieurs ». Il meurt à Saint-Martin-la-Rivière en 1953 à l'âge de 72 ans. « Le zouave Baptiste DESCHAMPS », Mémoire des poilus de la Vienne, sur poilusdelavienne.blogspot.fr, (consulté le 27 octobre 2014).
  9. Yves Charpy, Paul-Meunier : un député aubois victime de la dictature de Georges Clemenceau, Paris, Éditions L'Harmattan, 396 p. (ISBN 2296450059) - Paul Meunier sera l'avocat de Baptiste Deschamps lors du procès.
  10. Vincent Viet, « Refus de guérison ou refus de guerre ? », La Lettre du Chemin des Dames, sur http://www.chemindesdames.fr, (consulté le 1er mars 2013), p. 22-33
  11. Paul Meunier, Le Droit des blessés, Paris, Paul Ollendorff, 1916, p. 61-62
  12. Aragon, André Breton, « Le cinquantenaire de l'hystérie (1878-1928) », La Révolution Surréaliste, no 11, 15 mars 1928.
  13. François Clarac et Jean-Pierre Ternaux, Encyclopédie historique des neurosciences : Du neurone à l'émergence de la pensée, Bruxelles, De Boeck, , 1e éd., 1042 p. (ISBN 9782804158989), p. 259.
  14. Maurice Boucher, « La maladie de Maurice Ravel », dans Histoire des sciences médicales, 1991, 25 (3), p. 191-198, texte intégral.
  15. R A Henson, « Maurice Ravel's illness: a tragedy of lost creativity », in Br Med J (Clin Res Ed), 1988 June 4; 296(6636): 1585–1588. PMCID: PMC2545963, texte intégral
  16. Laurent Tatu et Julien Bogousslavsky, La Folie au front : La grande bataille des névroses de guerre (1914-1918), Éditions Imago, , 192 p. (ISBN 978-2-84952-190-8)
  17. Anne Simonin, « Le Comité Médical de la Résistance : un succès différé », Le Mouvement Social, Éditions de l'Atelier, no 180 « Pour une histoire sociale de la Résistance »,‎ , p. 268 (lire en ligne).
  18. Paul Milliez, Ce que j'espère ; suivi du Journal d'une drôle de guerre, Odile Jacob, , 209 p. (ISBN 9782738100764), p. 62
  19. Jourdan-Morhange H, Ravel et nous, Éditions du milieu du monde, 1945, p. 252

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Clovis Vincent BIU Santé