Chenommet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chenommet
Chenommet
La mairie de Chenommet.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Manslois
Commune Aunac-sur-Charente
Maire délégué Philippe Esteban
Code postal 16460
Code commune 16094
Démographie
Population 164 hab. (2014 en augmentation de 8.61 % par rapport à 2009)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 15″ nord, 0° 14′ 44″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 117 m
Superficie 4,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Chenommet

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Chenommet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Chenommet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Chenommet

Chenommet est une ancienne commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine). Depuis le 1er janvier 2017, elle est intégrée à la commune nouvelle d'Aunac-sur-Charente.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Chenommet est une commune du Nord-Charente, située à mi-chemin entre Mansle et Ruffec le long de la Charente.

Appartenant au canton de Mansle, elle est à 9 km au nord de Mansle, 11 km au sud de Ruffec, et 33 km au nord d'Angoulême[1].

Située 4 km à l'est de la N 10 entre Angoulême et Poitiers, on y accède par l'échangeur des Maisons Rouges sur la D 27, et le pont de Chenon sur la Charente, ou celui d'Aunac plus en aval. La D 187, petite départementale de Poursac à Aunac, traverse la commune en longeant la Charente sur sa rive gauche et passe au bourg[2].

La gare la plus proche est celle de Ruffec, desservie par des TER et TGV à destination d'Angoulême, Poitiers, Paris et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg est entouré par les hameaux de chez Godeau, chez Piquelot et chez Penot. Plus au sud, on trouve les hameaux de la Côte et chez Durand. Quelques fermes et lieux-dits de moindre taille complètent ceux-ci[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chenommet
Poursac
Chenon Chenommet Couture
Bayers
(Aunac-sur-Charente)
Aunac
(Aunac-sur-Charente)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, le Callovien occupe la surface communale. La vallée de la Charente, à l'ouest, est couverte par des alluvions dont les plus anciennes ont formé une basse terrasse sur laquelle le bourg est construit[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui de bas plateau à l'est, descendant doucement vers la vallée occupant l'ouest. Au nord et au sud, la rive marque un léger escarpement. Le point culminant de la commune est à une altitude de 117 m, situé à l'est de chez Piquelot. Le point le plus bas est à 69 m, situé le long de la Charente en limite sud. Le bourg, situé près du fleuve, est à 77 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Charente vue du pont de Chenon

La Charente limite la commune à l'ouest, et la commune est sur sa rive gauche. Le Bief est un petit bras de la Charente au sud du bourg.

La Combe du Lut, au sud de la commune, est occupée par un ruisseau intermittent se jetant dans le fleuve sur la limite sud de la commune[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme Chanometo vers 1300[6].

Le nom Chenommet est probablement le diminutif de Chenon, commune voisine, signifiant ainsi le « petit Chenon »[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, l'industrie dans la commune était représentée par le moulin du Geay, situé sur la Charente[9].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Robert Périchon    
2008 2014 Alain Lebourg SE Retraité éducateur technique
2014 En cours Philippe Esteban SE Gérant de SCI
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 164 habitants, en augmentation de 8,61 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
380364350379470435420432502
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
505468437443328303317293293
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
286255231210205225207192191
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
182160148146128143159164-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Chenommet en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
2,6 
6,1 
75 à 89 ans
14,3 
21,2 
60 à 74 ans
14,3 
22,7 
45 à 59 ans
15,6 
24,2 
30 à 44 ans
15,6 
9,1 
15 à 29 ans
11,7 
16,7 
0 à 14 ans
26,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre était un prieuré qui dépendait de l'abbaye Saint-Pierre de Cellefrouin. Elle possède un bénitier en pierre du XIVe siècle qui est classé monument historique au titre objet depuis 1933[16]. Sur trois de ses faces est représenté le martyre de saint Jean-Baptiste, patron de la commune. Deux des angles représentent saint Pierre crucifié la tête en bas, et saint André garrotté sur la croix[9].

Le dolmen de la Pierre Folle, situé dans l'est de la commune[2], date du Néolithique moyen ; il est recouvert d'un tumulus. Il est inscrit monument historique depuis 2012[17]. La légende de la Pierre Folle, sous forme de blague assez connue, dit que lorsque la cloche de l'église sonne, elle se met à trembler[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c d et e Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre, (consulté le 7 janvier 2012)
  6. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 284
  7. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 185.
  9. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 126
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Evolution et structure de la population à Chenommet en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  16. « Bénitier de l'église Saint-Pierre », notice no PM16000125, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « Dolmen de la Pierre Folle », notice no PA16000050, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]