Champigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Champigné
Champigné
Mairie.
Drapeau de Champigné
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Tiercé
Commune Les Hauts-d'Anjou
Statut commune déléguée
Maire délégué Paul Jeanneteau
2016-2020
Code postal 49330
Code commune 49065
Démographie
Gentilé Champignéens
Population 2 121 hab. (2014)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 54″ nord, 0° 34′ 16″ ouest
Altitude 43 m
Min. 21 m
Max. 80 m
Superficie 22,7 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2016
Commune(s) d’intégration Les Hauts-d'Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Champigné

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Champigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Champigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Champigné

Champigné est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis le , la commune appartient à la commune nouvelle des Hauts-d'Anjou[1] et devient commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine de la partie orientale du Segréen, Champigné se situe au sud-est de Querré, sur les routes D 190 Marigné - Cheffes, D 770, Thorigné d'Anjou - Châteauneuf sur Sarthe, et D 768, Contigné - Feneu[2].

Rose des vents Marigné Cherré Châteauneuf-sur-Sarthe Rose des vents
Querré N Juvardeil
O    Champigné    E
S
Sceaux-d'Anjou Écuillé Cheffes

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2009 on trouvait 873 logements sur la commune de Champigné, dont 93 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 58 % des ménages en étaient propriétaires[3].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Armes de la famille de Girard de Charnacé originaire de Charnacé : Ecartelé, aux I et IV : d'azur à 3 chevrons d'or (qui est de Girard) ; aux II et III : d'azur, à 3 croisettes pattées d'or (qui est de Charnacé)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La liste des noms de lieux angevins qui se terminent par « é » est longue ; c'est souvent l'indice qu'existait un domaine gallo-romain.

La terre de Charnacé est le berceau de la famille de Girard de Charnacé.

Pendant la Première Guerre mondiale, 59 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 10 habitants sont tués[4].

Un rapprochement intervient en 2016. Le 15 décembre, les communes de Brissarthe, Champigné, Contigné, Cherré, Marigné, Querré et Sœurdres, s'associent pour former la commune nouvelle des Hauts d'Anjou. Champigné en devient une commune déléguée[1]. Un nouveau regroupement intervient en 2019 avec l'intégration de la commune de Châteauneuf-sur-Sarthe, qui devient alors le siège de la nouvelle commune[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Champigné constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle des Hauts-d'Anjou, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2016 en cours Paul Jeanneteau[6] UDF puis UMP Pharmacien
député (2007 - 2012)
conseiller général (2001 - 2014)
président du C.N.E.R. (Conseil National des Économies Régionales)
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1955 1971 Roland de la Poype   Compagnon de la Libération
1995 décembre 2016 Paul Jeanneteau[7] UDF puis UMP Pharmacien
député (2007 - 2012)
conseiller général (2001 - 2014)
président du C.N.E.R. (Conseil National des Économies Régionales)

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Haut-Anjou[8], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen. Le , la commune nouvelle de Les Hauts-d'Anjou entraine sa substitution dans les établissements de coopération intercommunale[1].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 121 habitants, en augmentation de 2,41 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1269701 1951 1531 2101 2231 2621 3691 360
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3641 3721 3431 3831 3811 3871 3241 3271 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2611 2731 2391 0991 0901 0521 0391 1271 076
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 0941 0711 2401 4361 4611 5011 8692 0642 121
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,2 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 16,7 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 24,6 %).
Pyramide des âges à Champigné en 2008 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90  ans ou +
2,7 
5,6 
75 à 89 ans
10,2 
11,9 
60 à 74 ans
11,7 
16,7 
45 à 59 ans
18,0 
20,8 
30 à 44 ans
20,2 
17,7 
15 à 29 ans
16,3 
26,2 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 16 150 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [3].

En 2009, 44 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 51 % sur le département[3].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 159 établissements présents sur la commune à fin 2010, 25 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 47 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[3].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Manoir de Charnacé.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château des Briottières : château du XVIIIe siècle reconstruit vers 1780 par la famille Lesrat sur un parc à l'anglaise de 40 hectares. Actuellement, c'est un château privé recevant des hôtes.
  • Le manoir de Charnacé : la commune s'honore d'avoir vu naître Hercule de Charnacé le 3 septembre 1588 au château de Charnacé. Ce seigneur fut emmené, dès l'âge de 12 ans à la cour d'Henri III de France par son parrain le duc de Montbazon. Remarqué par le cardinal de Richelieu, il fut chargé d'ambassades importantes, notamment auprès du roi Gustave-Adolphe de Suède. Il négocia l'alliance entre ce dernier et Louis XIII en 1631.
  • Le château de la Hamonnière : il doit son nom à messire Antoine Hamon, qui était seigneur en 1408. Le corps central, datant de la première moitié du XVe siècle, comporte une tourelle à pans coupés pour l'escalier. Une immense toiture, aussi haute que la façade, est égayée de hautes lucarnes à grands pignons aigus.
    Au XVe siècle, la Hamonnière se vit adjoindre un prolongement vers l'ouest et un pavillon d'angle ou donjon de plaisance, de trois étages dans le style Renaissance.
Manoir de la Maldemeure.
Manoir de la Maldemeure.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Lebasque (Champigné 1865 - Le Cannet 1937), peintre né sur la commune.
  • Roland de La Poype (Les Pradeaux 1920 - Saint-Tropez 2012), Grand Croix de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération, héros de l'Union Soviétique, pilote de chasse durant la Seconde Guerre mondiale, il fut l'un des héros de l'escadrille Normandie-Niemen (15 victoires homologuées). Industriel après la guerre et pionnier dans l'industrie du plastique (inventeur du berlingot Dop et concepteur de la Méharie), il créera le Marineland d'Antibes. Il sera maire de la commune de 1955 à 1971 où il résidait au château de Mozé, demeure familiale qu'il transforma en golf (Anjou Golf Club).
  • Ernest Pineau (Chalonnes 1886-Beaupréau 1975), curé de la paroisse de Champigné, auteur et metteur en scène d’œuvres théâtrales, dont La Passion de Notre Seigneur Jésus Christ dite la Passion de Champigné, jouée dans la salle Saint-Roland de Champigné par des paroissiens, de 1946 à 1960, ce spectacle ayant attiré environ 70 000 spectateurs pendant cette période de quatorze années [15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)
  • La passion de Champigné, L’œuvre théâtrale d'un village et de son curé (1946-1960), ouvrage de Jean Robert et de Gérard Pasquier, éditions Cheminements, 2005

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Arrêté préfectoral no  DRCL-BSFL-2016-134, « Recueil des actes administratifs de Maine-et-Loire, p. 9-11 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, .
  2. IGN et BRGM, Géoportail Champigné (49), consulté le 30 août 2012.
  3. a b c et d Insee, Statistiques locales du territoire de Champigné (49), consultées le 16 décembre 2012.
  4. Memorialgenweb.org - Champigné : monument aux morts.
  5. Préfecture de Maine-et-Loire, « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Les Hauts-d'Anjou », Recueil des actes administratifs spécial no 84 du 26 novembre 2018,‎ , p. 15-17 (lire en ligne [PDF]).
  6. Les Hauts-d'Anjou, La nouvelle commune à 8, article du 7 janvier 2019.
  7. Ouest-France, Paul Jeanneteau réélu maire, sans surprise, article du 1er avril 2014.
  8. Insee, Composition de l'EPCI du Haut Anjou (244900841), consulté le 30 novembre 2013.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Champigné en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  14. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).