Cherré (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cherré
Cherré (Maine-et-Loire)
Mairie.
Blason de Cherré
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Tiercé
Commune Les Hauts-d'Anjou
Statut commune déléguée
Maire délégué Christelle Buron
2020-2026
Code postal 49330
Code commune 49096
Démographie
Gentilé Cheréen
Population 544 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 41″ nord, 0° 33′ 43″ ouest
Altitude 71 m
Min. 35 m
Max. 74 m
Superficie 13,91 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2016
Commune(s) d’intégration Les Hauts-d'Anjou
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Cherré
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Cherré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Cherré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Cherré

Cherré est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis le , la commune appartient à la commune nouvelle des Hauts-d'Anjou[1] et devient commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine de la partie orientale du Segréen[2], Cherré se situe au sud-ouest de Contigné, sur la route D 859, Châteauneuf sur Sarthe[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2009 on trouvait 211 logements sur la commune de Cherré, dont 89 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 76 % des ménages en étaient propriétaires[4].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cherré

De gueules, à l'archer d'argent ; au chef d'or chargé de deux boucs affrontés de sable.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 16 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, quatre habitants sont tués[5].

Un rapprochement intervient en 2016. Le 15 décembre, les communes de Brissarthe, Champigné, Contigné, Cherré, Marigné, Querré et Sœurdres, s'associent pour former la commune nouvelle des Hauts d'Anjou. Cherré en devient une commune déléguée[1]. Un nouveau regroupement intervient en 2019 avec l'intégration de la commune de Châteauneuf-sur-Sarthe, qui devient alors le siège de la nouvelle commune[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , Cherré constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle des Hauts-d'Anjou et dispose d'un maire délégué.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2016 mai 2020 André Chesneau[7]   Agriculteur
mai 2020   Christelle Buron[8]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1983 Eugène Chesneau    
1983 2001 Georges Planchenault   Retraité
2001 décembre 2016 André Chesneau[9]   Agriculteur

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Haut-Anjou[10], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen. Le , la commune nouvelle de Les Hauts-d'Anjou entraine sa substitution dans les établissements de coopération intercommunale[1].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Commune jumelée avec Blindhein (Allemagne).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 544 habitants, en augmentation de 3,62 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
836578798877818810774813831
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838794790750723675650642645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
631619595503495492462438435
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
449452407393378397454539544
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,5 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 53,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,6 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 28,4 %, 45 à 59 ans = 16,5 %, plus de 60 ans = 9,1 %) ;
  • 46,5 % de femmes (0 à 14 ans = 27,5 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 27 %, 45 à 59 ans = 12,3 %, plus de 60 ans = 12,4 %).
Pyramide des âges à Cherré en 2008 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,5 
2,9 
75 à 89 ans
3,8 
6,2 
60 à 74 ans
8,1 
16,5 
45 à 59 ans
12,3 
28,4 
30 à 44 ans
27,0 
18,5 
15 à 29 ans
20,9 
27,6 
0 à 14 ans
27,5 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 15 995 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [4].

En 2009, 48 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 51 % sur le département[4].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 32 établissements présents sur la commune à fin 2010, 56 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), aucun du secteur de l'industrie, aucun du secteur de la construction, 34 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[4].

Culture locale et Patrimoine[17][modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Saint-Pierre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre dont l'origine remonte entre 1070 et 1100[18]. Elle est augmentée d'un transept en 1734 et incendiée en 1794. Elle sera restaurée au XIXe siècle[19]. Plusieurs de ses objets sont classés aux Monuments historiques comme le tableau de la Visitation[20].
  • Le château de Marthou[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Belot, lieutenant-colonel d’infanterie, né en 1669 à Cherré, décédé en 1753.
  • Louis d’Houlières, seigneur de Marthou, officier royal du régiment d’infanterie, né en 1750, décédé en 1802.
  • Charles Prieur, maire de la commune de 1929 à 1938, qui créa le service d'eau en 1929 à Cherré, né en 1876 et décédé en 1938.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)
  • Cherré Histoire d'un village du Haut-Anjou, Christian Leridon, édition La Simarre 2012 (ISBN 978 2 36536 007 4)
  • La Fessardière : Étude d'une seigneurie du Haut-Anjou, Christian Leridon, éditions La Simarre 2018 (ISBN 978-2-36536-095-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Arrêté préfectoral no  DRCL-BSFL-2016-134, « Recueil des actes administratifs de Maine-et-Loire, p. 9-11 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, .
  2. WikiAnjou, Segréen, 8 mai 2014
  3. IGN et BRGM, Géoportail Cherré (49), consulté le 2 septembre 2012.
  4. a b c et d Insee, Statistiques locales du territoire de Cherré (49), consultées le 31 décembre 2012.
  5. Memorialgenweb.org - Cherré : monument aux morts, consulté le 21 décembre 2013.
  6. Préfecture de Maine-et-Loire, « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Les Hauts-d'Anjou », Recueil des actes administratifs spécial no 84 du 26 novembre 2018,‎ , p. 15-17 (lire en ligne [PDF]).
  7. Les Hauts-d'Anjou, La nouvelle commune à 8, article du 7 janvier 2019.
  8. « Châteauneuf-sur-Sarthe. Marilyne Lézé a été réélue maire », sur Ouest-France, (consulté le 26 juillet 2020).
  9. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  10. Insee, Composition de l'EPCI du Haut Anjou (244900841), consulté le 30 novembre 2013
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Cherré en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  16. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012).
  17. « Cherré », sur Les Hauts d'Anjou (consulté le 12 mai 2019)
  18. a et b « Patrimoines et sites remarquables », sur Mairie des Hauts-d'Anjou, (consulté le 19 mai 2019).
  19. Célestin Port 1965, p. 733.
  20. « Tableau la Visitation (peinture) », notice no PM49000585, base Palissy, ministère français de la Culture.