Marigné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marigné
Image illustrative de l'article Marigné
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Tiercé
Commune Les Hauts d'Anjou
Statut commune déléguée
Code postal 49330
Code commune 49189
Démographie
Gentilé Marignéen
Population 697 hab. (2014 en augmentation de 9,08 % par rapport à 2009)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 24″ nord, 0° 37′ 04″ ouest
Altitude 55 m
Min. 20 m
Max. 83 m
Superficie 24,41 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2016
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Marigné

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Marigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Marigné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Marigné

Marigné est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Depuis le , la commune appartient à la commune nouvelle de Les Hauts d'Anjou[1] et devient commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans le Haut-Anjou, dans la partie orientale du Segréen[2], au nord-ouest de Cherré, dans le nord du département en limite de celui de la Mayenne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 2009 on trouvait 284 logements sur la commune de Marigné, dont 85 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 75 % des ménages en étaient propriétaires[3].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Marigné.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules, à la fasce ondée d'argent, accompagnée en chef de deux chouettes affrontées d'or et en pointe d'un marteau de forge du même.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La terre et châtellenie de Marigné-sous-Daon relevait en partie de la baronnie de Candé. Le seigneur devait la foi, l'hommage lige, la bouche et les mains au baron de Candé en Anjou, qui s'est toujours confondu avec le baron de Châteaubriant en Bretagne. Ainsi Marigné avait des liens en Bretagne.

Les propriétaires de la châtellenie furent :

  • En 1407, Lancelot Turpin de Crissé rend hommage à Charles de Dinan. En 1414, Denise de Montmorency, veuve du précédent et tutrice de leurs enfants.
  • 1445 Anthoine Turpin de Crissé rend hommage à Catherine de Rohan veuve de Jacques de Dinan. À cette date, les hommes de foi sont : le seigneur de Grez-sur-Mayenne, Jehanne d'Orvaux, veuve de Jehan des Rues, tutrice d'Estienne des Rues, Amaury de Vrigné pour son domaine du Plessis-Gaudin, Jehan Giffart pour sa terre de la Perrine autrement Estriché, Hugues de Montalais pour ses fiefs en la paroisse de Marigné, Robert Hernault pour partie de la Chabocière.
  • 1453 François de Coesmes par sa femme Jeanne Turpin, fille d'Antoine
  • 1499 Nicolas de Coesmes
  • 1523 Jean de Montalais l'acquiert et réunit la terre de Marigné à celle de Chambellay
  • 1634 Pierre de Montalais, seigneur de Chambellay, baron de Keraër, vicomte de Querambourg, seigneur de Vernée, Daon, Bréon, Fourmentières, Vern et Sceaux
  • 1665 Françoise de Montalais
  • 1698 Messire Lechat de Vernée l'acquiert
  • 1784 Louis André de la Forest d'Armaillé, époux de Pauline Louise de Lesrat, fille de Pauline Lechat

Pendant les troubles de la Ligue, Marigné ne fut pas épargnée. Les habitants, comme dans bien d'autres bourgs du Haut-Anjou durent se réfugier au château de leur seigneur. Or le seigneur de Marigné ne demeure pas sur la paroisse mais dans son château de Vernée à Champteussé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 2001 Pierre Bautrais sans étiquette  
mars 2001 mars 2008 Pierre Bautrais sans étiquette  
mars 2008   Daniel Boisbouvier[4] sans étiquette Horticulteur
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Haut-Anjou[5], elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2014, la commune comptait 697 habitants[Note 1], en augmentation de 9,08 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : +3,3 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 1 113 1 177 1 267 1 312 1 208 1 217 1 104 1 163
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 175 1 134 1 075 1 056 1 068 1 069 1 026 989 986
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
940 968 918 802 820 780 722 724 712
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
637 642 584 575 514 523 605 616 627
2013 2014 - - - - - - -
686 697 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 21,5 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 19,4 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 24,2 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 20,9 %).
Pyramide des âges à Marigné en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
7,4 
75 à 89 ans
7,0 
11,7 
60 à 74 ans
12,9 
19,1 
45 à 59 ans
21,9 
21,5 
30 à 44 ans
17,5 
16,3 
15 à 29 ans
15,6 
23,7 
0 à 14 ans
24,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 16 669 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [3].

En 2009, 48 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 51 % sur le département[3].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 71 établissements présents sur la commune à fin 2010, 54 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 27 % de celui du commerce et des services et 4 % du secteur de l'administration et de la santé[3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Le bourg : maisons anciennes. L'église Saint-Pontien, inscrite MH 1971, date des XIe, XIIe, XVIe et XVIIes, et conserve un reliquaire de saint Pontien et saint Pérégrin.
  • La Motte féodale.
  • Le Lavoir.
  • La Grand-Maison : le 10 mars 1654, Mathurin Blouin, curé de Mézangé en Bretagne, évêché de Nantes, tant en son nom que comme père et tuteur naturel de ses enfants de †Delle Elizabeth Gaillard, vend à René Marchays Sr du Petit Boys Dt à Angers la Trinité, les lieux et métairie et closerie de la Tardiverie et Grand Maison situés au bourg et paroisse de Cherré et Marigné, avec un petit logis et jardin qu’il avait acquis, consistant en maison, jardins, écuries, cours, ayreaux, droits, rues issues, terres labourables et non labourables, prés, pâtures, vignes, qu’il avait tant par acquêts que par échange, et que ce qui peut appartenir à ses enfants par la succession de leur †mère, suivant les partages faits entre lui et noble homme Jean Gaillard des biens à eux échus de la succession de †n.h. François Gaillard Sr de Launay leur père passés par Leconte Nre Angers, fors à l’égard de 400 L de rente que Mr de Chambellay doit à ladite succession comme seigneur du four à ban dudit [Cué]… et lui cède pour 181 L les bestiaux et semances à lui deues par André Houdebine métayer de la Tardiverie (AD49 Lecourt Angers).
  • La Perrine : château du XIXe siècle. Le fief a appartenu aux familles Giffart et Champagné.
  • Le Port-Joulain : le château du 17e domine les courbes très pittoresque de la Mayenne. Le fief relevait de Daon, et tient son nom de Joulain du Port seigneur en 1396 qui fonda la chapelle du 15e toujours existante.
  • La Ragotière : Le 9 décembre 1608, Jean d’Andigné écuyer et Delle Françoise Descore son épouse Dt à Marigné baillent à moitié pour 5 ans à Pierre Chevalier la closerie de la Ragotière à Marigné (AD49 Chevallier Nre de la court de Marigné).
  • La Rochette : Le 5 août 1591 Pierre Marchandye Md Dt au bourg de Méral pays de Craonnais, et Jehanne Froger sa femme, baillent à ferme pour 20 L pour 5 ans à Jacques Guerin Md au bourg de Marigné, la closerie de la Rochette appartenant à ladite Froger de la succession de Pierre Froger (AD49 Chevallier Nre de la court de Marigné).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Bernardin de Saint-François (1529-1582), né à Marigné, religieux.
  • François-Louis Chartier, prêtre guillotiné le 22 mars 1794 à Angers, béatifié par Jean-Paul II en 1984.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs du Maine-et-Loire » (consulté le 28 octobre 2016)
  2. WikiAnjou, Segréen, 8 mai 2014
  3. a, b, c et d Insee, Statistiques locales du territoire de Marigné (49), consultées le 20 avril 2013
  4. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  5. Insee, Composition de l'EPCI du Haut Anjou (244900841), consulté le 30 novembre 2013
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. « Évolution et structure de la population à Marigné en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)