Château de Tsuyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Tsuyama
Image illustrative de l’article Château de Tsuyama
Nom local 津山城
Période ou style Époque d’Edo
Type Château japonais
Début construction 1441 - 1444
Fin construction 1603 - 1616
Propriétaire initial Clan Yamana
Destination actuelle Tourisme
Coordonnées 35° 03′ 46″ nord, 134° 00′ 18″ est
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Chūgoku
Préfecture Okayama
Localité Sange

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Château de Tsuyama

Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Okayama

(Voir situation sur carte : préfecture d'Okayama)
Château de Tsuyama

Le château de Tsuyama (津山城, Tsuyama-jō?) se trouve à Sange, Tsuyama, préfecture d'Okayama au Japon. C'était le siège du gouvernement du clan Tsuyama (Tsuyama Han) durant l'époque d'Edo.

Le château de Tsuyama formait autrefois un complexe de 77 structures. L'attraction principale est le jardin, également appelé parc Kakuzan (鶴山公園 Kakuzan Kouen). Le jardin compte environ 5 000 cerisiers, ce qui attire les visiteurs lorsque leurs fleurs fleurissent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période Muromachi[modifier | modifier le code]

1441-44: Le shugo daimyō (守護大名) de la province de Mimasaka, Yamana Norikiyo (山名教清), ordonna à ses gents de construire un château dans les montagnes de Tsuru (鶴山). Le château fut abandonné lorsque le clan Yamana diminua en nombre après la guerre de Ōnin.

Période Edo[modifier | modifier le code]

En 1603, Mori Tadamasa quitte le domaine de Shinano Kawanakajima, marquant la fondation du château à 186 000 koku. Lorsque la construction commença, Tsuruyama fut renommée Tsuyama.

En 1616, la construction de 77 tourelles, tours de château et 5 étages est achevée.

En 1697, le clan Mori s'éteignit, laissant le château sous le contrôle du seigneur féodal Asano Tsunanaga(浅野綱長) du domaine de Hiroshima (広島藩) dans la province d'Echigo.

En 1698, la lignée du fils aîné de Tokugawa Ieyasu (徳川家康), Matsudaira Nobutomi (松平宣富) (Echizen) déménaga 100 000 kokus du domaine de Takada (越後国高田藩).

En 1809, le palais de Honmaru (本丸御殿) fut frappé par un incendie mais il fut ensuite reconstruit.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le château en 1872.

Sous le gouvernement Meiji, le domaine de Tsuyama s'acheva du fait de l'abolition des clans et l'inauguration du système préfectoral (1871). Le château fut vendu après avoir été administré par le ministère des Finances (1873). La tour du château et toutes ses tourelles furent détruites. Plusieurs portes furent reconstruites (1874-1875). Les murs de pierre de la tourelle Koshimaki (腰巻櫓) du côté nord-ouest du château s'effondrèrent. À la suite de cet événement, la conservation du château s'ensuivit (1890).

Les ruines du château devinrent alors la propriété de la ville de Tsuyama et furent transformées en parc (Kakuzan park/鶴山公園). De nombreux cerisiers en fleurs furent alors plantés (1900). Une exposition régionale y fut organisée, pour laquelle une fausse tour de château fut construite. Elle fut démantelé pendant la guerre du Pacifique pour éviter de devenir la cible d'un raid aérien (1936).

Le château fut déclaré lieu historique national en 1963.

Pour célébrer les 400 ans du château, de nombreuses rénovations sont organisées au début du XXIe. Tout d'abord, la tourelle Bitchū (備中櫓) est restaurée entre 2004 et 2005. La clôture de Taiko (太鼓塀), près de la tourelle Bicchu, est ensuite réparée en 2006.

Description[modifier | modifier le code]

Complexe du Château de Tsuyama: 1: Hommaru, 2: Ni-no-maru 3: San-no-maru, Rouge: Le château, Orange: Bitchū-Tours de guet

Le château occupe toute la montagne Tsuruyama, doté de hauts murs de pierre, et possède dans la zone centrale, le Hommaru (本丸), une tour en pagode de cinq étages. Sur le flanc est de la montagne, les chutes abruptes de la rivière Miyakawa (宮川), à l'ouest, rejoignent les arcs de Ni-no-maru (二の丸) et de San-no-maru (三の丸). Le complexe avait de nombreuses portes et tours de guet. Sur le côté inférieur, des fossés ont été aménagés sur trois côtés, protégeant les travaux de terrassement. L'ensemble du complexe avec ses hauts murs de pierre, ses nombreuses portes et ses tours de guet était unique au Japon, une structure de défense presque exagérée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]