Château de Sekiyado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Sekiyado
Image illustrative de l'article Château de Sekiyado
Donjon principal (reconstruit) du château de Sekiyado
Nom local 関宿城
Début construction XVe siècle
Fin construction Reconstruist en 1590 et 1671 et 1995
Destination actuelle Musée
Coordonnées 36° 05′ 48,34″ nord, 139° 46′ 48,61″ est
Pays Drapeau du Japon Japon
Région historique Préfecture de Chiba
Localité Noda-Shi

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Château de Sekiyado

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Chiba

(Voir situation sur carte : préfecture de Chiba)
Château de Sekiyado

Le château de Sekiyado (関宿城, Sekiyado-jō?) se trouve à Noda-Shi, au nord-ouest de la préfecture de Chiba au Japon. À la fin de la période Edo, le château de Sekiyado était le fief du clan Kuse, daimyō du domaine de Sekiyado.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sekiyado se trouvait à la confluence des fleuves Tone et Edo ce qui lui donnait une position stratégique lui permettant de contrôler le trafic fluvial au nord de la région de Kantō, ainsi que les abords nord-est d'Edo. Une fortification avait été construite sur cet emplacement au début de l'époque Muromachi, soit par Yadoya Mitsusuke (1395-1438), soit par Yadoya Shigesuke (d. 1512). Elle fut détruite durant une campagne du clan Go-Hōjō d'Odawara pour prendre le contrôle de la région de Kantō de 1565 à 1574.

Après que le clan Hōjō clan eut été défait au siège d'Odawara, ils furent supplantés par Tokugawa Ieyasu et le château fut reconstruit par Matsudaira Yasumoto en 1590.

Sous le shogunat Tokugawa, le cours du fleuve Tone fut détourné en 1654 pour empêcher les inondations à Edo. La nouvelle embouchure du fleuve fut déplacée de la baie d'Edo au nord vers la péninsule de Bōsō, ce qui entrava sérieusement le transport fluvial. Itakura Shigetsune, le daimyō du domaine de Sekiyado, saisit l'occasion pour construire un canal rejoignant le fleuve Tone et l'Edo-gawa à Sekiyado, ce qui raccourcit considérablement les voyages et augmenta les revenus de son domaine.

Quand le château fut reconstruit en 1671, le nouveau donjon prit modèle de la poivrière (yagura) Fujimi du château d'Edo.

À la restauration de Meiji, le nouveau gouvernement de Meiji ordonna la destruction de toutes les fortifications de l'ancien Japon féodal. Les bâtiments extérieurs du château ayant déjà été détruits par un incendie en 1870, les structures restantes furent abandonnées en accord avec la directive de 1872 et détruits en 1875.

Le donjon actuel a été reconstruit en 1995 pour soutenir le tourisme local et pour servir d'annexe au musée du château de Sekiyado. Les bâtiments reconstruits ne reposent cependant pas sur les fondations originales et la reconstitution n'est pas historiquement fidèle puisqu'elle s'est inspirée d'exemples typique tirés d'autres châteaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Morton S. et Schmorleitz, Castles in Japan, Tokyo, Charles E. Tuttle Co., (ISBN 0-8048-1102-4), p. 144–145
  • (en) Hinago et Motoo, Japanese Castles, Tokyo, Kodansha, , 1e éd., 200 p. (ISBN 978-0-87011-766-4)
  • (en) Jennifer et Mitchelhill, Castles of the Samurai: Power and Beauty, Tokyo, Kodansha, , 1e éd., 112 p. (ISBN 978-4-7700-2954-6)
  • (en) Stephen et Turnbull, Japanese Castles 1540-1640, Oxford, Osprey Publishing, , 64 p., poche (ISBN 978-1-84176-429-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]