Château de Takashima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Takashima

高島城 Takashima-jō

Image illustrative de l’article Château de Takashima
Le donjon reconstruit du château de Takashima

Lieu Suwa, Préfecture de Nagano, Japon
Type d’ouvrage Château japonais de plaine
Construction 1592
Rénovation 1970
Démolition 1875
Ouvert au public Oui
Contrôlé par Hideno Takayoshi, clan Suwa
Coordonnées 36° 02′ 23″ nord, 138° 06′ 43″ est

Le château de Takashima (高島城, Takashima-jō?) est un château japonais situé à Suwa, dans le préfecture de Nagano, au centre du Japon. À la fin de l'époque d'Edo, le château de Takashima abritait le clan Suwa, le daimyō du domaine de Suwa . Le château est également connu sous le nom de « château flottant de Suwa » (諏訪の浮城 Suwa-no-uki-shirō) ou château de Shimazaki (島崎城 Shimazaki-jō).

Situation[modifier | modifier le code]

Plan du château de Takashima.

Le château de Takashima est à l'origine construit sur une péninsule s'étendant dans le lac Suwa, le lac lui-même faisant partie de ses douves. Cela signifiait que seul le côté faisant face au rivage devait avoir de forts remparts. L'enceinte principale (Honmaru) [1] était connectée à la seconde enceinte (Ni-no-maru) [2] et à la troisième enceinte (San-no-Maru) [3] par des ponts, protégés par le Bastion principal (Koromo-no- nami kuruwa (之 波 曲)) [K] contenant la porte principale (Ōtemon) [A] faisant face au rivage. Au cours de la période Edo, la sédimentation croissante du lac Suwa a laissé le château entouré de terres, et le site est maintenant situé au centre de la ville moderne de Suwa.

Aujourd'hui, le site est un parc public. Seuls les côtés nord et est du fossé ont été préservés. En 1970, certaines des structures du château ont été reconstruites, mais elles ne sont pas exactes sur le plan historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région autour du lac Suwa était sous le contrôle du clan Suwa depuis au moins le début de la période Heian; cependant, les Suwa ont été conquis pendant la période Sengoku par Takeda Shingen, qui avait annexé la région à ses territoires. Le château de Takashima fut dirigé par une succession de généraux de Takeda (commençant par Itagaki Nobukata) jusqu'à la défaite et l'anéantissement du clan Takeda à la bataille de Nagashino en 1575.

La région est ensuite passée sous le contrôle d'Oda Nobunaga, qui l'a confiée à l'un de ses généraux, Kawajiri Hidetaka. Après l'assassinat de Nobunaga dans l'incident du Honnō-ji, le territoire est passé sous le contrôle de Toyotomi Hideyoshi, qui y a assigné Hineno Takayoshi en tant que daimyō du domaine de Suwa. Hineno Takayoshi entrepris alors une reconstruction complète du château, complétée par son fils, Hineno Yoshiakira. Les Hineno ont été réaffectés en 1601 et le domaine a été rendu au clan Suwa par Tokugawa Ieyasu. Les Suwa ont conservé le contrôle du château jusqu'à la restauration de Meiji.

Après la mise en place du gouvernement Meiji et l'abolition du système han, les structures restantes du château sont démantelées en 1875, ne laissant que les fondations en pierre. Un sanctuaire shinto dédié aux victimes de la guerre a été créé sur le terrain en 1900 et les deuxième et troisième enceintes ont été construits en tant que quartier résidentiel. Le donjon, la yagura et les portes actuelles sont des reconstructions achevées en 1970.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Takada, Tōru: Takashima-jo dans: Miura, Masayuki (ed. ): Shiro à Jinya. Tokoku-hen. Gakken, 2006. (ISBN 978-4-05-604378-5)
  • Nishigaya, Yasuhiro (ed. ): Takashima-jo. Dans: Nihon Meijo Zukan, Rikogaku-sha, 1993. (ISBN 4-8445-3017-8).
  • Morton S. Schmorleitz, Castles in Japan, Tokyo, Charles E. Tuttle Co., , 144–145 p. (ISBN 0-8048-1102-4)
  • Hinago Motoo, Japanese Castles, Tokyo, Kodansha, (ISBN 0-87011-766-1), p. 200 pages
  • Jennifer Mitchelhill, Castles of the Samurai: Power and Beauty, Tokyo, Kodansha, (ISBN 4-7700-2954-3), p. 112 pages
  • Stephen Turnbull, Japanese Castles 1540-1640, Osprey Publishing, (ISBN 1-84176-429-9), p. 64 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :