Château de Kumamoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Château de Kumamoto
熊本城
Kumamoto Castle 05n3200.jpg
Présentation
Type
Matériau
Construction
1467
Construction
Propriétaire initial
Ideta clan (1469-1496)
Kanokogi clan (1496-1550)
Jou clan (1550-1587)
Sassa clan (1587-1588)
Kato clan (1588-1632)
Hosokawa clan (1632-1871)
Propriétaire actuel
Japon (1871-présent)
Site web
Localisation
Pays
Région
Préfecture
Commune
Baigné par
Coordonnées

Le château de Kumamoto (熊本城, Kumamoto-jō?) est un château en hauteur à Kumamoto dans la préfecture de Kumamoto au Japon[1]. C'était un grand château extrêmement bien fortifié. Le tenshu (donjon) a été partiellement rénové en 1960 mais les plus anciennes poutres de bois ont été laissées sur place. Il est considéré comme un des trois plus beaux châteaux au Japon, avec le château de Himeji et le château de Matsumoto[2]. Treize structures de l'ensemble du château ont été désignées « biens culturels importants[1] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du château de Kumamoto remonte en 1467 quand Ideta Hidenobu en édifia les fortifications[1]. Ces fortifications furent développées en 1496 par Kanokogi Chikakazu[1]. En 1588, Kiyomasa Katō fut transféré dans ce qui était encore l'ébauche du château de Kumamoto[1]. De 1601 à 1607, il agrandit considérablement le château, le transformant en un complexe comprenant quarante-neuf yagura (poivrières, dix-huit portes de poivrières et vingt-neuf portes plus petites[1]. La tour du château, plus petite, construite quelque temps après le donjon, avait plusieurs installations dont un puits et une cuisine[1]. Le palais Honmaru Goten fut achevé en 1610[1]. L'ensemble du château mesure environ 1,6 km d'est en ouest et 1,2 km du nord au sud. Le tenshu fait quant à lui 30,3 m de haut.

Le château fut assiégé en 1877 durant la rébellion de Satsuma[3] et le donjon ainsi que d'autres parties du château furent détruits par le feu[1]. Treize des bâtiments de l'ensemble furent préservés et ont été désignés « biens culturels importants ». En 1960, le donjon a été reconstruit en béton[1]. De 1998 à 2008, l'ensemble du château a bénéficié de travaux de restauration durant lesquels la plupart des structures du XVIIe siècle ont été reconstruites[1].

Les murs en pierre courbes, connus sous le nom de « musha-gaeshi », ainsi que des surplombs en bois, étaient conçus pour empêcher les attaquants de pénétrer dans le château. Les chutes de pierres servaient également de moyen de dissuasion.

Dans le parc San-no-Maru proche se trouve le Hosokawa Gyobu-tei, l'ancienne résidence du clan Hosokawa, daimyo de la province de Higo durant la période Edo. Dans le parc de cette maison traditionnelle en bois se trouve un agréable jardin japonais.

Le château de Kumamoto a récemment célébré ses 400e anniversaire. Le s'est achevée la rénovation à grande échelle du palais intérieur du daimyo. Une cérémonie publique pour fêter la rénovation s'est tenue le .

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k (en) Daniel O'Grady, « Kumamoto Castle (熊本城) », sur www.japanese-castle-explorer.com (consulté le 21 octobre 2019).
  2. (en) « The Three Famous Castles of Japan », sur www.ktshawaii.com (consulté le 21 octobre 2019).
  3. « Le château Kumamoto, forteresse réputée imprenable »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.vivrelejapon.com (consulté le 21 octobre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Hinago Motoo, Japanese Castles, Tokyo, Kodansha, , 200 p. (ISBN 0-87011-766-1).
  • (en) Morton S. Schmorleitz, Castles in Japan, Tokyo, Charles E. Tuttle Co., (ISBN 0-8048-1102-4), p. 114-116.

Liens externes[modifier | modifier le code]