Cajamarca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cajamarca (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour la bataille, voir bataille de Cajamarca.

Cajamarca
Blason de Cajamarca
Héraldique
Drapeau de Cajamarca
Drapeau
Cajamarca
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Région Cajamarca
Province Cajamarca
Maire Manuel Becerra Vílchez
Démographie
Gentilé cajamarquino(a), cajacho(a), cajamarquez
Population 283 767 hab. (2012)
Densité 723 hab./km2
Géographie
Coordonnées 7° 09′ 25″ sud, 78° 31′ 03″ ouest
Altitude 2 750 m
Superficie 39 247 ha = 392,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pérou

Voir sur la carte administrative du Pérou
City locator 14.svg
Cajamarca
Liens
Site web http://www.municaj.gob.pe

Cajamarca est une ville située sur les hauts plateaux du nord du Pérou, et est la capitale de la région du même nom. La ville de Cajamarca a une population de 153 466 habitants au recensement 2005. Le département de Cajamarca a une population de 288 865 habitants au recensement de 2005. La ville est le siège du diocèse de Cajamarca avec sa cathédrale Sainte-Catherine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle s'élève à 2 700 m au-dessus du niveau de la mer. La plus haute montagne est le Rumi Rumi (4 400 m).

Toponyme[modifier | modifier le code]

Cajamarca a été fondée sous le nom « San Antonio de Cajamarca », et Le nom de la ville a été enregistré par les premiers chroniqueurs[1] comme « Caxamarca », terme tiré du quechua kasha marka signifiant « peuple (marka) d'épines (kasha) » en référence à l'abondance du cactus de San Pedro (Echinopsis pachanoi), une plante originaire des Andes péruviennes, dont le nom local en quechua est wachuma, cactus, que l'on trouve entre 2 000 et 3 000 m d'altitude [2],[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est ici que fut fait prisonnier l'empereur Inca Atahualpa par Francisco Pizarro à l'issue de la bataille de Cajamarca.

Atahualpa, ayant constaté que les Espagnols étaient attirés par l'or, proposa à Francisco Pizarro de remplir une pièce d'or et d'argent (el cuarto del rescate signifie «  la chambre de la rançon ») en échange de sa libération. Atahualpa tint sa parole mais Pizarro refusa de le libérer et le fit exécuter.

Le centre historique de la ville a été proposé en 2002 pour une inscription au patrimoine mondial et figure sur la « liste indicative » de l’UNESCO dans la catégorie patrimoine culturel[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Cajamarca possède un aéroport (Mayot A.R. Iglesias, code AITA : CJA).

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plusieurs circuits touristiques sont proposés par des agences, entre autres au bord de la Place d'Armes.

Les sites :

  • Los baños del Inca (Source d'eau thermale où l'on peut se laver dans un bain privatif)
  • Cumbe Mayo (site apparemment pré-colombien. Canal, pétroglyphes et superbes paysages de roches)
  • La Colpa (Ancienne hacienda préservant la coutume où l'on appelle les vaches par leurs prénoms)
  • Porcon (zoo, confection de tissu, industrie du bois)
  • Ventanillas de Otuzco (sépultures dans le flanc de montagne)
  • El cuarto del rescate
  • Fromagerie, Cerro de Santa Apolonia, Place d'Armes, usinage de statuettes en pierre, Catarata de Llanacora, el jardín de las hortensias, catacombes de l'église San Francisco
  • et bien sûr divers musées et églises.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Six choses que vous ne saviez pas sur la création de Cajamarca
  2. Rodolfo Cerrón Palomino, Notas para un estudio científico de la toponimia quechua, pp. 189-211 (pp. 207-208 pour kasha marka), univ. San Marcos 17, 1976
  3. Jaroslav Soukup SDB. Vocabulario de los nombres vulgares de la flora peruana y catálogo de los géneros
  4. (en) UNESCO World Heritage Centre, « The Historic Centre of Cajamarca - UNESCO World Heritage Centre », sur whc.unesco.org (consulté le 28 février 2018)