Lambayeque (département)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lambayeque.

Lambayeque
Lambayeque (département)
Localisation de la région Lambayeque
Administration
Pays Drapeau du Pérou Pérou
Capitale Chiclayo
Ville principale Chiclayo
Subdivisions 3 provinces et 38 districts
Président Humberto Acuña Peralta
Démographie
Population 1 091 535 hab. (2005)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 6° 26′ sud, 79° 52′ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. (Incahuasi) 3 078 m
Superficie 1 423 130 ha = 14 231,3 km2
Latitudes 5°27' — 7°10' Sud
Longitudes 79°08' — 80°37' Ouest
Principales ressources Riz, canne à sucre,fruits.
Part du PNB 3,89 %
Liens
Site web www.regionlambayeque.gob.pe

Lambayeque est une région du nord-ouest du Pérou. Elle fait partie du diocèse de Chiclayo.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région a été créée le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est limitée :

Elle possède deux petites îles au large de ses côtes : Lobos de Afuera et Lobos de Tierra.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

La région de Lambayeque, fruit de la division administrative du Pérou, est décomposée en trois subdivisions, celles de Lambayeque, de Chiclayo et de Ferrañafe. Ces provinces étant elles-mêmes divisées en districts.

La population de la région est d’environ 1 200 000 habitants pour une densité de population moyenne de 76,7 habitants au kilomètre carré. Chiclayo est le chef-lieu de cette région et concentre avec Lambayeque la plus grande partie de la population.  En 2002 le gouvernement national a fait voter une loi de décentralisation dont le processus est encore en cours aujourd’hui. Cette loi a permis la création du gouvernement régional dont les responsabilités sont les directives de développement régional, les projets d’investissements publics, ainsi que la gestion et la promotion de l’activité économique.

Les campagnes et les zones de montagne sont peu peuplées (moins de 10 habitants au km²).

Division politique de Lambayeque.

Développement économique[modifier | modifier le code]

La région de Lambayeque, la seconde plus petite du pays, enregistre une croissance dynamique : l’année 2007 montrent une croissance de 10 % de moyenne.

L’agro-alimentaire est la principale branche économique de la région. Ce secteur est un plein développement : la production sucrière sur les premiers mois de l’année 2009 a enregistré 23,6 % de croissance, tout comme la production de jus de fruit, qui a vu sa production fortement augmenter. 

Un des facteurs du développement agroindustriel est dynamisé par la production de biocombustible. Le développement économique s’accompagne d’une forte demande d’exportation surtout dans les produits alimentaires, en effet l’exportation du jus de maracuya, du café, du poivron à destination de l’Europe en sont les principales sources. Tout comme le projet d’irrigation d’Olmos a permis l’accroissement de la demande de travailleurs. Les trois piliers économiques qui composent la planification régionale organisés par le gouvernement régional sont l’agriculture, l’industrie et le tourisme. Le tourisme dont l’objectif de la région est d’en faire la seconde destination du Pérou, reste latent du entre autres aux mauvais états des voies de communications régionales, malgré l'aéroport que possède la ville.

Au niveau, du secteur tertiaire l’industrie de service est en fort développement, comme le montre l’accroissement de groupe régional, « Real Plaza Chiclayo », ou l’accroissement du nombre de supermarchés et centre commerciaux 

L’Institut National de Statistique et d’Informatique (INEI) du Pérou, note que sur l’année 2015, les secteurs produisant le plus valeur agrégées par rapport au PIB régional furent, le secteur commercial, les secteurs de l’agriculture, en hausse par rapport à l’année 2014 et finalement l’activité manufacturière. 

Chiclayo concentrant les enseignes financières de la région, on note que les investissements financiers commerciaux sont les plus importants puisqu’ils culminent à 48,7 % des investissements au total.    

Liens externes[modifier | modifier le code]